Le Lycée André Malraux de Béthune (3) « Il faut que ce harcèlement cesse… »

Publié: 27/02/2013 dans B 1 Harcèlement Moral Hiérarchique ou douce bienveillance ?, Le Lycée André Malraux de BETHUNE (62)

Après la marche blanche en hommage à Marielle Croquefer, enseignante qui a mis fin à ses jours en désignant du doigt l’institution scolaire. Témoignages d’enseignants recueillis dans l’article de Marc VASSEUR publié dans L’Avenir de l’Artois du jeudi 15 novembre 2012.

«

Ce que le corps enseignant réclame : « Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Ça ne peut plus durer. Il faut que ce harcèlement cesse, on brise le personnel sans qu’il puisse exprimer sa souffrance. »

»

*********************************************************************************************************************

*********************************************************************************************************************

« Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Ça ne peut plus durer. Il faut que ce harcèlement cesse, on brise le personnel sans qu’il puisse exprimer sa souffrance. »

« Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Ça ne peut plus durer. Il faut que ce harcèlement cesse, on brise le personnel. » 

« Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Il faut que ce harcèlement cesse, on brise le personnel. » 

« Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Il faut que ce harcèlement cesse. »

« Il faut que ce harcèlement cesse. » 

« Il faut que ce harcèlement cesse. » 

« Il faut que ce harcèlement cesse. » 

« Que ce harcèlement cesse. » 

« Harcèlement cesse. »

« Harcèlement. »

« Harcèle. »

« Har… »

« … »

Questions. Qui est ce « on » qui brise le personnel ? Derrière ce pronom, on doit bien pouvoir trouver un nom ? Un visage ? Une responsabilité ou une part de responsabilité ? Des personnes responsables ? Ne nous dites pas que ces personnes sont payées par l’Etat…

Il y aurait bel et bien des formes de « harcèlement » dans l’Education Nationale ? Un harcèlement mené en toute conscience et en toute impunité ? Par quels individus, précisément ?    

L’administration de l’Education Nationale méprise ses professeurs ? L’administration méprise le personnel enseignant ? Mais l’administration est bien composée de personnes, d’individus, de femmes et d’hommes responsables, non ?

Le sujet mériterait qu’on s’y attarde, et qu’un jour, ces questions soient réellement soulevées…  Si on refuse de creuser cette voie, rien ne changera, les mêmes pratiques menées par les mêmes managementeurs donneront les mêmes effets. Et il y aura demain d’autres suicides, dans d’autres établissements scolaires… 

« Il faut que ce harcèlement cesse. » 

« Il faut que ce harcèlement cesse. » 

« Il faut que ce harcèlement cesse. »

« Que ce harcèlement cesse. » 

« Harcèlement cesse. »

« Harcèlement. »

« Harcèle. »

« Har… »

« … »

Jeanne, Marie et Philippe.

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

Ci-dessous l’intégralité de l’article de Marc VASSEUR publié dans L’Avenir de l’Artois du jeudi 15 novembre 2012.

http://www.lavenirdelartois.fr/actualite/la_une/Bethune/2012/11/19/article_500_personnes_reunies_pour_la_marche_bla.shtml

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

 

Béthune

HOMMAGE

500 personnes réunies pour la marche blanche au départ du lycée Malraux

jeudi 15.11.2012, 08:00

Moment d'émotion lors du dépôt des fleurs blanches au pied de l'arbre de la laïcité. Moment d’émotion lors du dépôt des fleurs blanches au pied de l’arbre de la laïcité.

L’appel lancé par les collègues de Marielle Croquefer, qui a mis fin à ses jours avant les vacances de Toussaint, a été suivi par près de 500 personnes.

Lundi 12 novembre, plusieurs centaines d’élèves, d’enseignants et de parents d’élèves lui ont rendu un dernier hommage dans la dignité.
Dignité. Hommage. Deux mots qui ont pris tout leur sens lundi 12 novembre lors de la marche blanche. « Il ne faut pas que ce drame reste sans suite », lance Michel Paillard, collègue de Marielle Croquefer et syndicaliste d’Action et Démocratie. Le cortège s’est élancé du lycée professionnel André-Malraux peu après 10h pour rejoindre l’arbre de la laïcité (sur le parking du théâtre municipal). Dans un silence relatif, et sans revendications ni banderole, près de 500 personnes ont marché entre ces deux points de Béthune, le tout encadré par la police. Une centaine d’élèves ouvrait le cortège. Fleur à la main, professeurs et parents d’élèves suivaient. « C’est aussi pour nous l’occasion de lui rendre hommage, puisqu’elle avait laissé des consignes à sa famille pour qu’aucune personne de l’Éducation nationale ne soit présente aux obsèques », souligne Jean-Pierre, venu en tant que professeur d’un autre établissement.

Prendre en compte le mal-être des enseignants
Dans le cortège, Maxime, professeur au lycée d’Artois à Noeux, indique : « Il y a actuellement un climat de mécontentement général dans l’Éducation. Les conditions de travail se détériorent, les classes sont surchargées, sans oublier les TZR (titulaire sur zone de remplacement) qui sont pourtant titulaires et qu’on envoie un peu partout. » Pour les élèves, comme Kévin et Grégory : « Notre présence est une façon de rendre hommage à cette professeur. Jamais on ne devrait pas en arriver là pour un boulot. » Réunies autour de l’arbre de la laïcité, « un lieu symbolique où Marielle était venue lutter contre les suppressions de postes il y a à peine un an », les personnes ont déposé les fleurs blanches au pied de l’arbre avec beaucoup de dignité. L’émotion a encore grimpé lorsque des collègues de Marielle et des parents d’élèves ont pris le micro pour lire quelques poèmes.
Mélanie, élève de 1 MA (métier d’accueil), qui avait Marielle Croquefer comme professeur, a aussi lu un texte en forme d’hommage à « cette lumière qui diffusait le savoir ». Ce que le corps enseignant réclame : « Il faut arrêter le mépris des professeurs par l’administration. Ça ne peut plus durer. Il faut que ce harcèlement cesse, on brise le personnel sans qu’il puisse exprimer sa souffrance. »
Marc VASSEUR

L’Avenir de l’Artois

 

 

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

Ci-dessus l’intégralité de l’article de Marc VASSEUR publié dans L’Avenir de l’Artois du jeudi 15 novembre 2012.

http://www.lavenirdelartois.fr/actualite/la_une/Bethune/2012/11/19/article_500_personnes_reunies_pour_la_marche_bla.shtml

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

commentaires
  1. Françoise D dit :

    Comme vous le dites il faut que ce harcèlement cesse. Maintenant et dans tous les lycées et collèges en France. Pour un suicide médiatisé, combien sont étouffés? Et combien de vies brisées en silence, sans aucune médiatisation? On s’étonne que ça va mal à l’école? En plus ça coûte cher à la société de casser des vies humaines. C’est trés cher au budget de la nation. Et quand un principal pique dans la caisse de son collége, c’est la même omerta sur l’argent détourné? Un principal assez salaud et malhonnête pour harceler et détruire un professeur serait capable de s’enrichir personnellement avec de l’argent détourné. Françoise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s