Le Lycée Alexandre Dumas d’ILLKIRCH (1) Sa Majesté le Recteur châtie un serf…

Publié: 01/07/2014 dans B 1 Harcèlement Moral Hiérarchique ou douce bienveillance ?, Le Lycée Alexandre Dumas d'ILLKIRCH (67)

De mauvaises langues l’affirment : des milliers de chefs d’établissement harceleurs séviraient actuellement dans l’Education Nationale, dont seule une infime minorité est montrée du doigt par leurs victimes. Globalement, les médias se montrent étonnamment bienveillants avec ces managementeurs, et ils n’épinglent qu’une minuscule pincée de ces petits chefs qui dérapent et cassent des hommes et des femmes tout en émargeant lourdement au budget du Ministère.

Depuis sa création, à son modeste niveau, Omerta au Rectorat désacralise ces chefaillons dont les mains sont parfois couvertes de sang. Mais il ne serait pas juste de passer sous silence qu’un chef d’établissement peut lui aussi être malmené par sa hiérarchie de tutelle. Le pouvoir d’un recteur est tel que l’arme du harcèlement est inutile : d’une signature, un chef d’établissement est mis au tapis sans qu’il soit nécessaire de pratiquer de longs processus de harcèlement moral. Non, un principal de collège, un proviseur de lycée, un directeur d’I.U.T. ne peut pas être harcelé. Mais il arrive qu’il déplaise à un recteur et que le retour de bâton se fasse sentir. Est-ce le cas de Christiane MUYLAERT, proviseur du lycée des Métiers de l’Hôtellerie et du Tourisme Alexandre Dumas d’Illkirch ? Le conseil d’administration de ce lycée a pris une décision qui, bien que pleine de bon sens, a déplu à notre bon Maître, comme l’explique Pierre FRANCE dans son article du 19 mai 2014, publié sur RUE 89.

Jeanne, Marie, et Philippe

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Pierre FRANCE,  RUE 89,  19 mai 2014.

http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2014/05/19/societe/les-airs-de-grandeurs-du-recteur-choquent-lacademie/

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

  • 6:00
  • 19 mai 2014
  • par Pierre France

Les réceptions et le style du Recteur choquent à l’académie

23125 visites | 39 commentaires

Le Recteur de l'académie de Strasbourg Jacques-Pierre Gougeon (Photo Académie de Strasbourg)

Les habitudes du nouveau Recteur de l’académie de Strasbourg, Jacques-Pierre Gougeon, choquent les fonctionnaires de l’académie. Un pamphlet circule, décrivant le représentant du ministre de l’Éducation en Alsace en monarque absolu. Une première dans cet univers feutré et d’habitude loyal.

Info signalée par un internauteNommé en octobre 2013 nouveau Recteur de l’académie de Strasbourg, Jacques-Pierre Gougeon avait pour mission de déminer le dossier du bilinguisme en Alsace après les choix jugés ici trop jacobins de sa prédécesseure Armande Le Pellec Muller. Germaniste, ancien conseiller culturel à l’ambassade de Berlin, Jacques-Pierre Gougeon avait le bon profil et c’est pourquoi Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, s’est séparé de son conseiller spécial.

Mais alors que le nouveau Recteur s’emploie à rassurer tout le monde sur le bilinguisme, les agents de l’académie et du rectorat, eux, s’inquiètent. Ils s’inquiètent d’abord qu’à peine arrivé, Jacques-Pierre Gougeon réquisitionne deux grandes et superbes salles de l’hôtel du Recteur pour y installer ses bureaux. Les salles Cassin et Véranda étaient jusqu’alors utilisées pour des réunions par les agents. Il leur reste une troisième salle de réunion, la salle Leclerc, mais pas entre midi et deux, et pas trop en début d’après-midi, le Recteur l’utilisant pour ses déjeuners.

Car le Recteur Gougeon reçoit beaucoup. Rencontrer diverses personnalités régionales fait partie de ses attributions, et Jacques-Pierre Gougeon semble avoir pris cette mission très à cœur comme en témoigne son agenda officiel, un planning de déjeuners complet jusqu’à deux mois à l’avance. Sont-ce des habitudes d’ambassades ou de Matignon, ces réceptions à répétition font jaser parmi les fonctionnaires de l’académie, qui doivent eux composer avec des restrictions budgétaires chaque année plus rudes.

« Tout le monde s’indigne de ce comportement »

L’un d’entre eux témoigne :

« Les agents parlent dans les couloirs, tout le monde s’indigne de ce fonctionnement. Les catégories aux plus bas salaires triment, ramènent leur propre lampe de bureau, leur gamelle chaque midi parce que cela revient moins cher que le restaurant ou les sandwichs, les services financiers nous rappellent sans arrêt “qu’il n’y a plus de sous”, un conseiller pédagogique attend depuis deux ans ses gilets pour la piscine et là ils trouvent de l’argent, mais cela doit être sur une autre ligne budgétaire, évidemment. »

Un syndicaliste précise :

« Ces histoires de salles ont fait beaucoup de bruit parmi les collègues, car elles étaient très utilisées et les précédents recteurs s’étaient tous très bien accommodés de leur bureau, déjà grand, dans la partie moderne du bâtiment. Et cette pénible affaire se rappelle aux agents à chaque réunion puisque les toilettes situées à proximité ont aussi été réquisitionnées par le Recteur. Du coup, les collègues doivent traverser la cour pour se soulager… »

De son côté, le Recteur Jacques-Pierre Gougeon justifie ces changements logistiques par la proximité avec ses appartements :

« Je travaille très tard le soir et très souvent le week-end. Avec l’ancien bureau, il fallait traverser la cour, prendre la carte d’accès, déverrouiller la sécurité… Là, mon bureau est situé juste sous mes appartements, c’est beaucoup plus pratique. Par ailleurs, une partie de mon cabinet occupe également ces espaces. »

« Le règne débuta un 2 octobre… »

Brusqués, les fonctionnaires du Rectorat se sont alors mis à scruter chaque geste de leur patron. Et après que le Recteur a changé sa voiture de fonction, d’une Peugeot 407 de 7 ans pour une Citroën C5, rudoyé quelques inspecteurs d’académie, étoffé son cabinet et changé son secrétariat, un pamphlet s’est mis à circuler fin mars dans les services. Rédigé dans un français impeccable et châtié, on est au rectorat, ce texte décrit la renaissance flamboyante de la cour d’un monarque absolu pour révéler que le souverain en question n’est autre que le Recteur de Strasbourg en fin de texte. Le pamphlet insiste sur un point :

« Bien entendu, la volonté du roi de remettre sa fonction à l’honneur modifia l’équilibre budgétaire de la contrée. Les sujets, qui précédemment déjà avaient coutume de financer sur leurs deniers propres le matériel nécessaire pour mener à bien leurs missions, durent accroître leurs efforts afin de soutenir leur monarque dans cette reconquête de la noblesse de corps et de cœur dont il se voulait le plus digne représentant. »

L’ambiance est alors devenue beaucoup plus électrique, le Recteur demandant aux services informatiques d’identifier l’auteur du texte. Ce qu’ils n’ont pas été en mesure de faire jusqu’à présent, mais plusieurs fonctionnaires ont été interrogés, y compris parmi les syndicalistes. L’un d’eux témoigne :

« Rien de ce qu’a fait le Recteur n’est interdit ou contraire aux règles. On ne laisserait pas passer sinon. Mais ce style ostentatoire, qu’on appelle “francilien” ici, choque. Parce qu’on est en région, parce qu’on est en Alsace, parce que les précédents recteurs ne nous ont pas habitués à ça et aussi parce qu’on est en période de restrictions budgétaires et qu’il s’agit de l’exemplarité au sommet de l’administration, de l’image auprès des personnels. »

De son côté, Jacques-Pierre Gougeon trouve le pamphlet « outrancier et mensonger » :

« Mes prédécesseurs recevaient très peu, très bien, mais c’est aussi ce que me confient les personnalités que je rencontre et qui ont à échanger avec le Recteur d’académie… C’est mon travail, même si je comprends que cette soudaine activité déstabilise au début. Et j’utilise les salons de l’hôtel du Recteur ainsi que les cuisiniers du lycée hôtelier d’Illkirch-Graffenstaden, ce qui évite d’avoir des notes de restaurant. »

Le lycée hôtelier d’Illkirch à bout

Pas de notes de restaurant peut-être, mais une note auprès du lycée Alexandre Dumas d’Illkirch, avec lequel le rectorat a signé une convention pour la mise à disposition d’enseignants et d’élèves afin d’assurer le service et la cuisine des déjeuners à l’hôtel du Recteur. Pour le lycée professionnel, c’est un bon exercice pratique mais l’activité quotidienne du Recteur a généré une telle charge de travail que l’organisation du lycée hôtelier et de son restaurant d’application s’en est trouvée ébranlée.

Plus gênant, la convention prévoyait que cette mise à disposition s’arrêtait avec le début des examens des élèves, soit le 17 avril. Le Recteur ne l’entendait pas ainsi et a demandé au lycée de poursuivre les prestations. Le conseil d’administration du lycée, ne voyant pas dans cette prolongation d’intérêt pédagogique pour les élèves, a refusé de voter un avenant à la convention dans un rare geste de rébellion ouverte. Conséquence : la proviseure du lycée Alexandre Dumas s’est vue refuser l’accès à une réunion de travail par le Recteur, en public. Ambiance.

Cet incident a donné l’occasion au syndicat de la proviseure de demander au Recteur des explications. Quant aux autres syndicats, ils restent très remontés et guettent le prochain faux pas. D’habitude feutrée, l’ambiance au rectorat et à l’académie est devenue tendue : tous les témoins ont tenu à rester anonymes, même les syndicalistes. Une partie du personnel de l’académie était jeudi 15 mai dans la rue pour protester contre le gel du point d’indice du traitement des fonctionnaires et « l’austérité dans la fonction publique ».

 

 

40 Commentaires postés

Et voilà également ce que l’on pouvait également trouver sur le Net, il y encore quelque mois….

Description du Job

vous serez le cuisinier personnel de monsieur le recteur de l’académie de Strasbourg. vos missions: élaboration des menus, mise en œuvre des techniques culinaires dans le respect des règles d’hygiènes, gestion de l’ensemble des approvisionnements, des achats et de l’équipement, entretien des locaux. la connaissance des règles d’hygiènes alimentaire est exigée. vous devez également savoir gérer les coûts, connaitre les techniques et les règles de conditionnement, de stockage et de conservation alimentaire. une expérience sur un poste similaire sera fortement appréciée. possibilité de petits-déjeuners de travail/déjeuners et/ou réceptions le soir. possibilité de prolongation du contrat. poste à pourvoir à compter du 1er novembre. rectorat de l’académie de Strasbourg. coordonnés : expérience: débutant accepté

formation et connaissances : niveau 3 (bac+2) hôtellerie restauration exigé

qualification : employé qualifié
salaire indicatif : mensuel de 1 800 euros sur 12 mois
durée hebdomadaire de travail : 35h hebdo
taille de l’entreprise : non défini
secteur d’activité : tutelle des activites sociales

 

Comme M. Gougeon le dit lui-même, il est toujours particulièrement pénible de traverser une cour et d’ouvrir des portes avec une carte magnétique pour aller à son lieu de travail, surtout quand l’envie vous prend de travailler pour la République au beau milieu de la nuit.

J’ai connu un proviseur de lycée qui traversai la cour en voiture pour aller à la cantine… Si si
Bon c’est un grand lycée, la cour fais quand même 200m…

  • Si vous croyez que ce n’est pas comme ça dans les autres académies !!!

  • J’ai déjà travaillé dans deux rectorats et avec plusieurs recteurs. Les recteurs reçoivent toujours des personnalités à déjeuner, cela fait partie du travail de connaissance locale, d’immersion dans la société civile… La seule différence, ici, c’est que ce recteur joue la transparence en publiant son agenda. Vous préférez que les activités des hauts-fonctionnaires se passent en secret ?

  • Il n’y a pas de « prédécesseure » (pas plus que de « proviseure »). Quand va-t-on enfin arrêter ce charabia? Rappelons simplement que la « prédécesseure » avait remis les pendules à l’heure aux journalistes des DNA après avoir lu qu’elle était « recteure ».
    « Je suis recteur », avait-elle précisé.

  • Article basé sur un pamphlet anonyme et citant des sources systématiquement masquées…. On peut tout écrire, comme ça. Mouais….

  • Bien écrit.

    Peut être que recteur envisage de rembourser les frais sur ses propres deniers et de dédommager les serfs!

  • Le problème c’est que ces pratiques sont monnaie courante dans notre république bananière et tous ces grands hommes autoproclamés se recasent toujours malgré leur excès, pendant que le pays s’effondre sous le poids des taxes finançant cette caste politico-administrative qui nous fait crever jour après jour.

  • « Rien de ce qu’a fait le Recteur n’est interdit ou contraire aux règles. On ne laisserait pas passer sinon. Mais ce style ostentatoire, qu’on appelle “francilien” ici, choque. Parce qu’on est en région, parce qu’on est en Alsace, parce que les précédents recteurs ne nous ont pas habitués à ça et aussi parce qu’on est en période de restrictions budgétaires et qu’il s’agit de l’exemplarité au sommet de l’administration, de l’image auprès des personnels. »

    Parce que ici on est en Alsace, et on a une forte influence allemande ! On aime pas que « nos » dirigeants passent leurs temps à manger et boire à nos frais. En Allemagne Merkel (alors qu’elle est démocrate)prend des vols sur les lignes courantes de la Luftansa pour ses déplacement dans les Land, alors que Hollande (l’ennemi de la finance^^) prend le Jet pour aller voter pour les municipales…

    Que tous ces membres de la royauté parisienne se donne la peine de retourner en Île de France auprès de la cour de son monarque en attendant leurs décapitations quand le peuple se soulèvera !

  • Je suis atterré…mais c’est l’Ancien Régime !!! Honte à cette démocratie décadente…

  • « Prédécesseure » n’existe pas (pas plus que « proviseure », c’est du charabia. Bon, c’est utile (et facile) pour se pousser du col… « regardez, moi, je défends l’égalité femmes-hommes », mais quid d’un engagement effectif pour l’égalité des salaires et des fonctions? Faut-il rappeler que la « prédécesseure » avait mouché les journalistes qui lui avaient donné de « recteure », en précisant: « je suis recteur »?

    • Pour prédécesseur, plusieurs écoles s’affrontent (prédécesseure, prédécesseur, voir prédécesseresse) mais pour recteur, il y a rectrice. A moins que l’on considère que le féminin ne dégrade la fonction ?

      • Allez voir la definition du mot rectrice et vous comprendrez pourquoi Mme lepellec muller refusait etre nommee ainsi

  • c’est dommage qu’on ait tant de mal à se procurer le texte du pamphlet. et dire que c’est de ce genre de personnage que l’ancien premier ministre était entouré, pas étonnant qu’il ait été à la ramasse.

    • De toute évidence, le journaliste y a eu accès et a choisi de ne pas le publier. Pour des raisons légales, je suppose? Si Pierre France pouvait nous en dire plus là-dessus, ce serait appréciable.
      J’espère que M. France mène une enquête et ne se contente pas d’interviews, parce qu’il y a matière à faire un follow-up.

      Je veux bien recopier le pamphlet dans les commentaires, mais si c’est pour qu’il soit supprimé par l’équipe de modération, j’ai moyennement envie de perdre mon temps.

      • Tout à fait, le pamphlet n’a pas été reproduit car il contient des éléments que je n’ai pas pu vérifier. Quand aux suites, je suis joignable s’il y en a évidemment…

  • J’avais osé un commentaire en alsacien, pas méchant en plus, juste pour voir. Il a vite été effacé par rue89. Comme quoi le bilinguisme est mal en point à Strasbourg. Les recteurs n’y changent pas grand chose.

  • Un recteur qui se bat pour le bilinguisme et qui honore sa fonction et qui est sur le terrain tout le temps est préférable à d’autres personnes dans les mêmes fonctions et sans envergure !!

    • savez pas que si le bilinguisme ne prend pas et que les effectifs s’étiolent les années par classe d’age c’est pas la faute des anciens recteurs.
      c’est que la parité d’enseignement ne satisfait pas les parents et les enfants.
      en plus de l’impossibilité de choisir une autre langue que l’allemand.

      impossibilité pour des parents ne parlant pas la langue de suivre et d’aider leurs gamins en science.

      prendre des mauvaise note en math ou en histoire à cause de la langue ça la fout mal.
      et je connais des parents bilingues qui enlèvent leurs enfants de ce système.

      après c’est plus facile de rejeter la faute sur les recteurs que remettre en cause le système de parité, qui est devenu un dogme pour certains.

      • Tout à fait d’accord avec Fred2.
        J’enseigne depuis près de 9 ans en classes bilingues. On a voulu faire venir le plus grand nombre d’enfants dans ce cursus sans expliquer les réalités de ces enseignements aux parents. Nombreux déchantent et si l’enfant a des difficultés d’apprentissage ou autres la sortie du bilingue n’est pas aisée.
        Il faudrait une information réelle et arrêter de dire aux parents que les enfants sont des éponges et que tous sont capables de suivre en réussissant dans cette filière.
        Pour ceux qui le peuvent c’est un véritable atout mais pour certaines familles le bilinguisme vire au cauchemar.

      • Peut-être lisez-vous les journaux et êtes-vous informé du chômage chez nos jeunes, de plus vous devez savoir que l’Allemagne manquent de main-d’œuvre, d’ingénieurs, de jeunes apprentis … Quels parents responsables diraient aux enfants n’apprenez pas l’allemand ?

      • D accord avec fred2: tout miser sur un enseignement bilingue en primaire est un choix élitiste et couteux (en adéquation avec le personnage, semble t-il…). Il serait plus efficace de donner envie a nos enfants de parler l allemand, et de le pratiquer dans un contexte de détente en développant des activités périscolaires avec de jeunes allemands.

      • Bravo Fred 2 !
        On doit offrir aux jeunes de pouvoir apprendre une langue secondaire pleinement sans pour autant compliquer les autres matières.
        Ce système de bilinguisme concerne à la base les familles de diplomates ou de fonctionnaires immigrés. On prend cela en modèle au regard de la réussite de ces enfants. Le bilinguisme n’est pas la raison de leurs réussite évidement.

    • Certes! Mais le fait de comporter comme un potentat n’est garant d’aucune efficacité particulière. Dans le privé comme dans le public, l’efficacité, c’est aussi l’exemplarité.

    • êtes vous sur d’avoir compris ce que je dis ?

  • Quand on sait que pendant plus de 27 ans un homme remarquable, M. Robert LOYE pour ne pas le citer, a assumé SEUL sous près de cinq recteurs et non des moindres (de Gaudemard pour ne citer que lui) la fonction de directeur de cabinet, il est déplorable de savoir que maintenant DEUX « dircab » assurent le même travail avec en plus un chef de cabinet.
    Economies, économies disent-ils ces messieurs-dames du gouvernement. Mais PAS pour les « hauts » fonctionnaires.
    Révoltant.

  • logiquement ce monarque-recteur devrait voter royaliste aux européennes…

    • C’est la première fois qu’un recteur publie son agenda et montre combien il est sur le terrain, cela ne tient pas de la monarchie à mon avis ….

      • Sous la monarchie, beaucoup d’activités, aujourd’hui intimes, étaient rendu publiques… votre réponse ne dément donc rien !

      • QUI sait que ces « hauts » fonctionnaires reçoivent une prime annuelle de fin d’année -alors qu’ils sont fonctionnaires et payés pour faire leur boulot sans notion de rendement- qui varie de 15000 à 25000 euros. Recteurs mais aussi secrétaires généraux, préfets, sous-préfets et je dois en oublier.
        Le recteur a un logement de fonction de belle surface totalement exonéré de loyer et en plus il a l’électricité à l’œil grâce à un savant « bricolage » de l’installation électrique astucieusement raccordée au réseau du rectorat.
        Qui dit mieux ?????
        Courage à tous quand les impôts arriveront… Vous saurez où ira un peu de votre argent !

      • NON, NON ET NON : les agendas des recteurs étaient TOUJOURS publiés (j’étais DIRCOM). Faut simplement savoir où chercher sur le site de l’académie. Ce triste « gugusse » ne fait pas mieux que ses prédécesseurs. Sauf à se goberger aux frais de la République et à bloquer un prof. de cuisine du lycée hôtelier à ses seuls soins. Un enseignant technique est bien plus utile et nécessaire DEVANT des élèves que dans les cuisines du rectorat.
        Quant à être sur le terrain : TOUS les recteurs sont sur le terrain à rencontrer proviseurs, directeurs de collège, enseignants et parents d’élèves au moins une fois par semaine. L’académie de Strasbourg est une petite académie avec ses deux départements. Toutes les semaines les anciens recteurs étaient en visite dans les établissements scolaires. Ce triste sire n’a pas découvert l’eau tiède en étant, soi disant, davantage sur le terrain. PAS DU TOUT.

    • voter royaliste c est toujours mieux que de voter pour notre gauche francaise qui vend et ruine le pays au profit de la diversite

  • à pleurer cette France que les jeunes n’aspirent qu’à quitter …

    • Terrible cet état d’esprit quand on essaye de faire bouger un corps public… Bien sur que le bilinguisme doit être une priorité, surtout en Alsace, je me souviens d’avoir appris l’Allemand à partir du CM1… Naguere, quand la crise n’existait pas! Et qu’Hautepierre etait une cité radieuse, ou le multiculturalisme etait de mise dans ses écoles primaires…

    • Mais nous sommes dans la monarchie la plus dictatoriale du monde avec cette cour et les basse-cour dans nos villes, nous sommes de devenus l’attraction de l’Europe les guignols sont une réalité

      • Encore un homme de gauche à qui le pouvoir fait péter les plombs … J’ai honte pour lui… J’ai honte pour nous …

        *************************************************************************************************

        *************************************************************************************************

        Ci-dessus, article de Pierre FRANCE,  RUE 89,  19 mai 2014.

        http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2014/05/19/societe/les-airs-de-grandeurs-du-recteur-choquent-lacademie/

        *************************************************************************************************

        *************************************************************************************************

Publicités
commentaires
  1. berthold dit :

    Jai ete contractuelle tres longtemps.nai jamais refuse aucun poste .ALors que jetais prete a etre titularisee jai ete lachement viree suite a un mauvais rapport du principal de saint exupery mulhouse qui ma harcelee.Lannee precedente je lai ete au college kennedy mulhouse par la cpe et un prof de lettre!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s