Le Collège Bellefontaine de Toulouse (2) Ne plus souffrir en silence : que le chef d’établissement fasse plutôt sa part de travail !

Publié: 31/01/2015 dans B 1 Harcèlement Moral Hiérarchique ou douce bienveillance ?, Le Collège Bellefontaine de TOULOUSE (31)

« Nous n’avons plus de moyens coercitifs qui permettraient d’éradiquer les violences physiques et verbales dont nous sommes victimes au quotidien. Nous demandons que les difficultés, les problématiques, ainsi que la souffrance au travail inhérentes à nos établissements soient reconnues par nos hiérarchies, dans les textes et dans les faits. Sans quoi nous ne pouvons plus exercer notre métier dans de bonnes conditions pour les élèves. »

« Les réponses apportées par la direction étaient insuffisantes, illusoires et contradictoires. »

Voilà comment on peut très simplement exprimer la réalité du terrain, plutôt que de se diviser et d’aller lâchement dans le sens de sa hiérarchie, comme cela se fait dans beaucoup d’endroits.

A la lecture des faits exposés par la soeur de l’élève violent ou par le principal Monsieur Pascal ROQUES, on pourrait penser que ces profs exagèrent. Mais ce serait ne pas comprendre que ces enseignants connaissent mieux que quiconque ce qui se passe dans leur collège, quelles sont les incivilités, les actes de violence, les tensions, les rapports de force entre des adolescents plus ou moins azimutés et les adultes qui les encadrent et qui doivent les instruire. Eux seuls savent concrètement ce que fait leur chef d’établissement et ce qu’il ne fait pas !

Dans votre établissement la direction ne vous donne pas les moyens d’exercer votre métier ? Vous êtes les punching ball permanents de gosses en perdition ? Ne souffrez plus en silence ! Prenez les choses en mains. Si votre chef d’établissement minimise systématiquement les actes de violence, alors ne vous laissez pas embobiner.

Jeanne, Philippe, et Marie.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Frédéric ABELAA, 11 janvier 2014, La Dépêche.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/11/1792329-college-bellefontaine-profs-en-greve-apres-une-agression.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Actualités

Collège Bellefontaine : profs en grève après une agression

Publié le 11/01/2014 à 07:52, Mis à jour le 11/01/2014 à 10:40

violence

Hier matin devant le collège de Bellefontaine./Photo DDM, Frédéric Charmeux.
Hier matin devant le collège de Bellefontaine./Photo DDM, Frédéric Charmeux.

 

Les cours au collège de Bellefontaine n’ont pas été assurés hier en raison d’une grève des profs. Ils entendaient protester contre une sanction jugée «insuffisante» prise, jeudi, par le conseil de discipline à l’encontre d’un élève de 4e qui avait agressé un assistant d’éducation.

 

Parce qu’ils estiment la sanction «insuffisante» à l’encontre d’un élève de 4e qui avait violemment repoussé un assistant éducatif, les professeurs du collège de Bellefontaine, à Toulouse, se sont mis en grève hier. Les 390 élèves de cet établissement situé en zone sensible ont donc regagné leur domicile en milieu de matinée. Aucun cours n’était assuré.

«Les membres du personnel éducatif du collège expriment leur désaccord et leur inquiétude suite à la sanction d’exclusion avec sursis, prononcée par le conseil de discipline du jeudi 9 janvier, concernant l’agression physique d’un membre du personnel, par un élève du collège», précisent, dans un communiqué, les personnels de l’établissement.

Les faits remontent au jeudi 18 décembre. Entre 13 et 14 heures, un élève de 14 ans refuse de quitter un hall intérieur de l’établissement malgré les avertissements verbaux d’un assistant d’éducation. Ce dernier est pris à partie physiquement par l’élève qui le repousse énergiquement avec ses mains. Les enseignants grévistes évoquent «un coup de poing au thorax.» Pris en charge par l’équipe éducative de la vie scolaire, l’élève fini par se calmer. Mais l’incident n’est pas clos pour autant. Dans un souci d’apaisement, la direction a convoqué les parents de l’adolescent récalcitrant. «J’ai estimé qu’on était dans le cas d’une transgression majeure», justifie le Principal du collège, Pascal Roques, qui décide dans la foulée de convoquer un conseil de discipline. La sœur de l’élève précise : «Il n’est pas question d’excuser ce qu’à fait mon frère mais il a surtout mal réagi. Il discutait avec un autre surveillant, il attendait une réponse. Il n’a pas fait attention que le deuxième surveillant lui demandait de sortir. Comme mon frère n’écoutait pas, le surveillant l’a tiré par le col. C’est là que mon frère a mal réagi et l’a poussé. Il s’est ensuite excusé.»

Sursis pour l’élève

Jeudi, les membres du conseil de discipline, auquel participent aussi des représentants de professeurs, se sont réunis. Verdict : l’élève écope d’une exclusion avec sursis. Décision qui l’autorise donc à retrouver le chemin de la classe ce qui l’a fait hier matin. C’est cette sanction jugée trop laxiste par les personnels du collège qui a déclenché un tollé se traduisant par une grève des 25 professeurs présents hier au sein de l’établissement.

Les personnels en colère ajoutent : «Nous n’avons plus de moyens coercitifs qui permettraient d’éradiquer les violences physiques et verbales dont nous sommes victimes au quotidien. Nous demandons que les difficultés, les problématiques, ainsi que la souffrance au travail inhérentes à nos établissements soient reconnues par nos hiérarchies, dans les textes et dans les faits. Sans quoi nous ne pouvons plus exercer notre métier dans de bonnes conditions pour les élèves.» À la tête de ce collège depuis septembre 2013, le Principal Pascal Roques se dit surpris par la réaction des enseignants. «Même si l’on peut comprendre leur émoi, nous sommes tous concernés par ces problèmes. Mais il faut être en capacité d’échanger sereinement autour de ces questions-là. Depuis le début de l’année scolaire, c’est le premier incident violent que nous recensons.»

Hier, les personnels grévistes ont estimé que «les réponses apportées par la direction étaient insuffisantes, illusoires et contradictoires.» Ils envisagent de prolonger leur mouvement «dans le but d’obtenir un entretien avec les autorités académiques.» En marge de cette affaire, le collège de Bellefontaine est aussi l’un des mieux doté de l’académie. Ses projets éducatifs et ses initiatives pédagogiques reconnues s’inscrivent dans une logique d’insertion sociale qui a fait ses preuves depuis ces dernières années.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Frédéric ABELAA, 11 janvier 2014, La Dépêche.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/11/1792329-college-bellefontaine-profs-en-greve-apres-une-agression.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Publicités
commentaires
  1. […] En janvier les enseignants constataient que face aux violences physiques et verbales dont ils étaient victimes au quotidien, « les réponses apportées par la direction étaient insuffisantes, illusoires et contradictoires ». Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/01/31/le-college-bellefontaine-de-toulouse-2-ne-plus-sou… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s