Comment rendre un homme fou ? En lui répétant qu’il l’est. Et en le déstabilisant sans cesse. C’est une des techniques de base des manipulateurs, comme l’évoque Daniel ARNAUD dans son ouvrage à propos des chefs d’établissement harceleurs, pages 55 à 57, 105 et 106, 111 et 112 notamment (voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2013/06/25/daniel-arnaud-2-le-harcelement-moral-dans-lenseignement-louvrage-de-reference-2/).

Un homme. Harcelé par sa hiérarchie. Et qui, légitimement, s’en plaint auprès de son administration.

Première couche : la brutalité de son chef. La violence du harcèlement. Le travail de sape pernicieux. Impossible de s’en tirer indemne. On sous-estime l’effet destructeur de ce fléau.

Deuxième couche : la réponse de l’administration. Un procès stalinien conseil de discipline dans lequel le Rectorat est à la fois juge et partie. Une mise à pied humiliante, dégradante, inhumaine. Deux ans sans salaire…

Troisième couche. La victime se débat comme elle peut et porte plainte contre son proviseur, pour un épisode postérieur. Et là, le procureur – qui ignore tout de ce qu’est le Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale – lui assène qu’il est complètement zinzin, siphonné à bloc, foldinguo absolu. Et on le condamne à ce supplice ultime : verser une amende à son bourreau.

Isolé, mal entouré, mal conseillé – où était le SNES-FSU, ce syndicat qui s’enorgueillit d’être le plus gros syndicat enseignant du pays ?  –  le harcelé finit par craquer et la boucle est bouclée.

La boucle est bouclée, la messe est dite, la victime est définitivement décridibilisée. Elle est déséquilibrée, donc il n’y a jamais eu de harcèlement. Personne n’ira suggérer à un journaliste, ni à ses lecteurs, qu’après tout, il est fort probable que le trouble de cette victime soit une conséquence du harcèlement répété et de l’incompréhension de la Justice.

Et personne n’est responsable, ni de près, ni de loin, du pétage de plomb fatal de cet agent administratif.

Tout va bien. Et la morale est sauve.

Jeanne, Marie, et Philippe.

P. S. : ce n’est, bien sûr, absolument pas ce qu’il s’est passé au Lycée Jules Mousseron de Denain, dans lequel JAMAIS au grand JAMAIS on ne saurait soupçonner quiconque de harcèlement moral contre un subordonné, nous sommes bien d’accord. Un « forcené » ne saurait être une victime de harcèlement, allons… C’est juste un forcené qui est forcené de naissance, n’allons pas chercher plus loin.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article de Francis THUILLIEZ,  27 août 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/denain-le-forcene-retranche-dans-un-logement-de-ia15b36964n2344792#les-reactions

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Denain : le forcené retranché dans un logement de fonction du lycée Mousseron maîtrisé

Publié le 27/08/2014

FRANCIS THUILLIEZ

Le bâtiment qui abrite les logements de fonction du lycée Mousseron de Denain a été investi, ce mercredi matin, par l’antenne RAID du GIPN de Lille.

À 8 heures, les policiers locaux s’étaient présentés au domicile de Laurent B., 42 ans, ancien attaché d’intendance de l’établissement contre lequel avait été pris un arrêté d’expulsion. L’individu ne voulant pas ouvrir sa porte, un serrurier a alors forcé l’entrée. Mais lorsque l’huis s’est ouvert, les gardiens de la paix ont été aspergés d’essence.

Le RAID en renfort

Le bras de fer est monté d’un cran. Compte tenu de la situation, les policiers ont appelé à la rescousse l’antenne RAID du GIPN de Lille. D’autant que le forcené s’était retranché chez lui, après avoir aspergé son logement d’essence. Pompiers de Denain, importantes forces de police, agents d’EDF et élus locaux, rejoints ensuite par le sous-préfet et un vice-procureur du tribunal de Valenciennes, ont pris position autour du lycée.

Les hommes du RAID ont tenté en vain de raisonner le fonctionnaire. Mais ce dernier, que l’on voyait de temps à autre s’agiter derrière les fenêtres, est resté enferré dans ses convictions de victime. À 10 h 50, après les négociations, l’assaut a été donné. Le forcené a été maîtrisé sans heurts, puis placé en garde à vue. Dans l’après-midi, après ventilation des locaux imbibés d’essence, des déménageurs ont vidé le logement. Le contentieux est lourd entre l’employé et son autorité de tutelle.

Un homme procédurier

Ce célibataire, multipliant les procédures pour harcèlement contre le Rectorat, avait été sanctionné par l’Éducation nationale, qui avait prononcé une suspension de deux ans. Il devait donc rendre son logement de fonction. Le 17 octobre 2013, le proviseur de Mousseron était déjà venu lui demander de quitter son bureau. Cette démarche ne s’était pas bien passée et, dans la foulée, l’agent avait accusé son supérieur de « violences physiques ». En mai dernier, cette affaire avait été portée devant le tribunal correctionnel de Valenciennes. Se défendant seul, cet adepte de sites Internet juridiques avait alors été condamné pour « dénonciation calomnieuse ». Il devait payer 1 000 € d’amende et 500 € de dommages et intérêts. Dans ses réquisitoires, François Pérain, procureur de la République, estimait que l’agent « est tellement procédurier et en dehors du monde réel qu’il ne s’aperçoit même pas qu’il est dans un délire total ».

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus article de Francis THUILLIEZ,  27 août 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/denain-le-forcene-retranche-dans-un-logement-de-ia15b36964n2344792#les-reactions

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s