Le Collège Marie Curie de Provins (1) Un principal anxiogène qui tombe des nues !

Publié: 22/09/2015 dans B 1 Harcèlement Moral Hiérarchique ou douce bienveillance ?, Le Collège Marie Curie de PROVINS (77)

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Marie Curie de Provins. Toutefois, la défense de son principal face aux constats des enseignants nous a semblé si grotesque que nous souhaitons la partager ici.

Voilà donc un chef d’établissement dont les enseignants ne veulent plus supporter la tyrannie. Trop, c’est trop ! Les témoignages sont accablants et pour une fois les parents d’élèves voient assez clairs pour ne pas s’embarquer dans la défense du chefaillon. Une mère a même la sagesse d’expliquer : « Ce qui arrive aux professeurs peut être vu comme du harcèlement » et d’ajouter : « Et il y a des lois contre cela. ». Certes, il y a des lois contre les harceleurs, mais elles ne sont pas appliquées. Et les rectorats font tout le nécessaire pour qu’elles ne soient JAMAIS appliquées. Un principal de collège, un proviseur de lycée est au-dessus des lois.

Les faits reprochés au chef d’établissement semblent accablants. Et le système de défense du principal est consternant de stupidité. Il affirme : « Je ne pense pas avoir fait d’erreurs pédagogiques ».  Vous avez bien lu ! Ce chef n’a pas encore compris – les textes sont pourtant formels – qu’il n’avait strictement aucun rôle pédagogique à jouer dans son établissement, et que la pédagogie était du seul ressort des enseignants (voire des formateurs et des inspecteurs). Bref, un champion dans sa catégorie… Et qui tombe des nues en découvrant qu’il produit de longue date un malaise profond dans son propre collège !

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

P.S. : bien sûr ce principal bénéficie de la présomption d’innocence. Il fait d’ailleurs montre d’une certaine innocence dans ses propos. 😉

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers  l’article de Sébastien BONDE, Le Parisien, 21 septembre 2015 :

http://www.leparisien.fr/provins-77160/provins-les-professeurs-du-college-marie-curie-en-greve-contre-leur-principal-21-09-2015-5113639.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.com

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Provins : les professeurs du collège Marie-Curie en grève contre leur principal

Sébastien Blondé | 21 Sept. 2015, 18h32 | MAJ : 21 Sept. 2015, 18h32

Provins, ce lundi. Les professeurs du collège Marie-Curie dénoncent notamment les méthodes coercitives de leur principal. Ils demandent son remplacement pur et simple.
Provins, ce lundi. Les professeurs du collège Marie-Curie dénoncent notamment les méthodes coercitives de leur principal. Ils demandent son remplacement pur et simple. (LP/Sé.B.)

Les professeurs du collège Marie-Curie sont en grève, ce lundi à Provins. Une grève reconductible, qui met au jour le malaise des 30 enseignants de cet établissement de 375 élèves, situé dans le quartier de Champbenoist et classé en réseau d’éducation prioritaire (REP). Elle sera reconduite ce mardi.

« Depuis trois ans, les arrêts de travail pour anxiété professionnelle se multiplient, à la suite de conditions de travail malsaines, peu sereines dans les rapports directs avec le chef d’établissement », indique Anouk Guézet, déléguée syndicale Snes-Fsu et professeur de français depuis quinze ans.

D’après elle, les violences verbales, les pressions et les menaces sont monnaie courante au collège. Les arrêts de travail de deux professeurs, le 14 septembre, ont déclenché cette grève. « Le principal est assez agressif dans sa manière de parler, peine à expliquer une jeune professeur. Moi, j’ai la boule au ventre de travailler. » « Nous exigeons son départ, ajoute Anouk Guézet. Nous voulons quelqu’un d’autre ! »

« Les parents soutiennent les professeurs à 100 % », Delphine, mère d’élève

Provins, ce lundi. Delphine, mère d’un collégien, soutient les professeurs dans leur action. (LP/Sébastien Blondé.) Comme beaucoup de parents, Delphine, infirmière libérale et mère d’un collégien de 12 ans, a dû prendre ses dispositions pour venir chercher son enfant ce lundi matin. Au passage, comme 60 autres, elle a signé la pétition en soutien aux professeurs grévistes du collège Marie-Curie. « Les problèmes relationnels, un jour ou l’autre, les enfants vont en pâtir, dit-elle. Ce qui arrive aux professeurs peut être vu comme du harcèlement et il y a des lois contre cela. Il faut que les enfants puissent sentir une bonne ambiance dans l’établissement pour s’épanouir. Après, si cela doit passer par une grève… », semble-t-elle hésiter. Avant d’affirmer : « En tout cas, c’est un très bon collège, avec de bons projets… Les parents soutiennent les professeurs à 100 %. »

Dominique Lelièvre, le principal, réfute ces accusations. « Tout cela n’est pas réellement fondé. Il n’y a jamais eu de méthodes coercitives ou de menaces… », assure-t-il. « J’ai du mal à comprendre le manque de dialogue dénoncé aussi. Enfin, je ne vois pas pourquoi je partirais. Je ne pense pas avoir fait d’erreurs pédagogiques ou éducatives. » Contacté ce lundi, le rectorat de l’académie de Créteil n’a pas donné suite à notre appel.

Publicités
commentaires
  1. Sabria dit :

    https://omertaaurectorat.wordpress.com/2013/07/29/quand-les-syndicats-denseignants-trompent-les-enseignants-2-reflexions-de-daniel-arnaud-suite/

    Vos délégués syndicaux, « domestiqués », sont de fait associés à tous les étages de la pyramide administrative. Ils boivent l’apéro avec votre chef d’établissement lors du Conseil d’Administration (CA) ; ils entretiennent de bonnes relations avec votre inspecteur en espérant récupérer un poste de « faisant fonction » lors de son départ à la retraite ; ils siègent dans des Commissions Administratives Paritaires Académiques (CAPA) où ils assurent votre recteur de la docilité « des troupes » qu’ils tiennent en l’échange de menus services : vague promesse de promotion plus rapide à l’échelon suivant, avis très favorable pour un congé formation…

    Vous imaginez bien que, dans ces conditions, la connivence entre vos « chers collègues » et vos supérieurs s’installe tout naturellement. Pourquoi iraient-ils déplaire aujourd’hui à la hiérarchie en apportant leur soutien à un professeur harcelé, en prenant le risque de se faire interdire le puits des privilèges demain ? Oui, ils servent la pacification dans les rangs. Avant le recours à une répression plus brutale (blâme, suspension de service, mutation disciplinaire…), le passage par les permanents de ce syndicalisme dévoyé permet souvent au Pouvoir de faire accepter sans coup férir aux maîtres qui le subissent les décisions même les plus iniques… Des preuves de la compromission ? Paul Villach prend le cas d’une ancienne secrétaire générale du SNES-FSU, décorée de la légion d’honneur en 2001 par le ministre de l’Education nationale, et commente la remise du hochet sans détours :

    « Est-il raisonnable de croire qu’un ministre récompense une syndicaliste pour sa fidélité à sa mission de contre-pouvoir, c’est-à-dire à une action visant avant tout à contenir la tentation du pouvoir qui, selon Montesquieu, est de toujours s’étendre tant qu’il ne rencontre pas de limite ?

    Compte tenu de ce qu’on observe depuis 20 ans, cette médaille est bien plutôt le signe tangible de la reconnaissance du pouvoir envers une auxiliaire pour l’avoir aidé à domestiquer un contre-pouvoir gênant. Quand le mandataire des salariés s’est mué en porte-parole du patron, cela mérite bien une médaille. »

    Il suffit du reste de se rendre sur le site de la FSU (http://www.fsu.fr/) pour s’apercevoir qu’elle rassemble, outre le SNES, aussi bien d’autres syndicats de profs que… des syndicats d’inspecteurs et de chefs d’établissement ! C’est-à-dire de ces administratifs qui, dans les cas de harcèlement, contribuent à détruire les victimes et à entretenir la loi du silence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s