Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Gay Lussac de Colombes. Toutefois, ce qui se joue dans cet établissement scolaire est si fort que nous ne pouvons le passer sous silence.

L’Education Nationale n’hésite pas à briser la liberté de parole en imputant à d’excellents enseignants des fautes de services fictives. Le recours aux conseils de disciplines arbitraires (Commissions Disciplinaires) est fréquent, avec la complicité silencieuse de certains syndicats enseignants, dont le SNES FSU.

Ces dernières années, des centaines de cas ont été recensés, tous passés sous silence par des syndicalistes menant un double jeu, par les médias, et par les victimes elles-mêmes, sous la pression féroce de l’administration. Suicides, troubles de stress post-traumatiques, carrières et vies brisées : les pseudos syndicalistes qui cautionnent ces procès staliniens ou qui y participent ont du sang sur les mains, potentiellement ou réellement.

L’Omerta est très rarement rompue. Le Collège Gay Lussac de Colombes fait exception à cette soumission effrayée à l’Omerta. Nous soutenons ce combat qui est le nôtre depuis la création de ce blog. Parler de ces pratiques est le seul moyen de les faire reculer.

 

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche.

Pour la première fois, officiellement, le mercredi 30 septembre 2015,

des syndicalistes militants de la FSU rompent publiquement l’Omerta

et dévoilent au grand jour

le double jeu des dirigeants de leur propre fédération syndicale !

 

Le communiqué de ces militants de base est sans ambiguïté :

« La responsabilité des dirigeants de la FSU est immédiatement posée. »

« Du 18 au 23 septembre, les enseignants du collège Gay-Lussac ont réitéré leur soutien collectif à leurs collègues en faisant grève : faute d’un réel soutien de la part des dirigeants syndicaux, ils sont restés isolés.
A ce jour, ni les dirigeants du SNES-FSU, ni ceux de la FSU n’ont appelé le corps enseignant à s’associer à leur défense, que ce soit nationalement ou au plan académique. 
C’est en conséquence de cet isolement que les deux enseignants se sont engagés, depuis le 21 septembre, dans une grève de la faim. »

« Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES : un silence délibéré, complice, qui doit être rompu ! »

Vous avez bien lu :

« Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES :

un silence délibéré, complice,

qui doit être rompu ! »

 

Karine BOULONNE n’est pas la seule dirigeante du SNES dont l’action – ou plutôt l’inaction ! – doit être mise en lumière de façon dépassionnée. D’autres voix que les nôtres s’élèvent enfin dans l’espace public pour briser l’Omerta et pour s’interroger sur le silence complice d’individus qui se servent des syndicats plus qu’ils ne les servent.

 

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le communiqué du courant Front Unique de la FSU, 30 septembre 2015 :

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article147488

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Communiqué du courant Front Unique de la FSU

Après les enseignants du collège Bellefontaine de Toulouse : deux enseignants du collège Gay-Lussac (92) sont persécutés pour « délit » de grève.

Le ministère de l’Education Nationale, le gouvernement sont impliqués : la responsabilité des dirigeants de la FSU est immédiatement posée.

Fin septembre, après des mois de harcèlement administratif, deux enseignants du collège Gay-Lussac de Colombes (92), Oscar Roman et Gary Pham, se voyaient signifier la tenue de deux conseils de discipline à leur encontre, à l’initiative du rectorat de Versailles.
Le « délit » qui est reproché aux deux enseignants est d’avoir participé à un mouvement de grève prolongée, lors de l’hiver 2014, en opposition à la contre-réforme de l’éducation prioritaire Vallaud-Belkacem.
Du 18 au 23 septembre, les enseignants du collège Gay-Lussac ont réitéré leur soutien collectif à leurs collègues en faisant grève : faute d’un réel soutien de la part des dirigeants syndicaux, ils sont restés isolés.
A ce jour, ni les dirigeants du SNES-FSU, ni ceux de la FSU n’ont appelé le corps enseignant à s’associer à leur défense, que ce soit nationalement ou au plan académique.
C’est en conséquence de cet isolement que les deux enseignants se sont engagés, depuis le 21 septembre, dans une grève de la faim.

Le ministère Vallaud-Belkacem organise la répression méthodique des enseignants pour leur faire avaler ses contre-réformes

La répression engagée contre les deux collègues de Colombes s’inscrit dans une série continue d’opérations de répression visant à soumettre le corps enseignant et imposer la mise en place systématique des contre-réformes du gouvernement.
Ainsi l’an dernier, un professeur de philosophie de Poitiers a été muté à des dizaines de kilomètres de son domicile en cours d’année, suite à des accusations grossières d’ « apologie du terrorisme ». En cette rentrée, 5 enseignants du collège Bellefontaine de Toulouse se voyaient mutés pour « délit » de grève (voir notre communiqué Front Unique de juin 2015).
Ces « expérimentations » en matière de répression sont en passe de connaître un saut qualitatif et quantitatif. Une dépêche AEF du 29 septembre concernant la mise en place des « formations » à la réforme des collèges – une injonction du ministère – dans l’académie de Toulouse, indique ainsi : « Deux questions sont posées aux chefs d’établissement : quelle est la répartition de la typologie des acteurs au sein du conseil pédagogique ? Chez les enseignants ? Font-ils partie du groupe des « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles », du groupe des « attentistes, passifs indifférents, indécis » ou du groupe des « progressistes, proactifs, convaincus, avocats ou relais » ? »
Pour imposer ces contre-réformes que la grande majorité des enseignants rejette, le fichage, la sélection des « fortes têtes », leur répression méthodique pour intimider le corps enseignant dans son ensemble doivent devenir la règle

Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES : un silence délibéré, complice, qui doit être rompu !

Les militants du courant Front Unique de la FSU ne peuvent que le constater et le dire : depuis des mois, le silence des dirigeants de la FSU et du SNES sur ces attaques frontales contre les libertés démocratiques et contre le droit de grève est quasi-total.
Début 2015, à l’initiative de Front Unique, une motion unanime du Bureau National de la FSU était adoptée pour exiger l’arrêt des procédures engagées contre le professeur de Poitiers : résolution aussitôt « oubliée » par la direction fédérale et jamais publiée. Le 1er juin, vote unanime du même Bureau National de la FSU pour interpeller publiquement le ministère au sujet de la répression au collège Bellefontaine : résolution jamais suivie d’effet.
Dans l’académie de Versailles, les militants du courant Front Unique ont demandé à la section académique du SNES de prendre position en défense des enseignants du collège Gay-Lussac et d’appeler à manifester devant le rectorat le jour du conseil de discipline : pas de réponse ni de réaction à ce jour !
Le contraste est saisissant entre ce mutisme quasi-total, concernant la répression visant des enseignants, et l’empressement que les dirigeants de la FSU et du SNES ont mis à imposer tout récemment, au mépris de leurs propres règles et mandats, la signature, par la fédération, d’un accord scélérat avec le gouvernement sur les « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR) – ce même accord, finalement minoritaire parmi les syndicats, dont Valls a déclaré ce matin qu’il s’appliquerait malgré tout !
La vérité est que c’est précisément pour éviter tout point de friction avec le gouvernement, toute source d’affrontement avec lui, que les dirigeants de la FSU et du SNES observent ce silence complice. Un silence que les syndiqués, les enseignants doivent briser.

La répression organisée par le ministère doit subir un coup d’arrêt

Les organisations syndicales ne sont pas la propriété de l’appareil qui les chapeaute : elles ont été créées précisément pour assurer la défense des travailleurs, et non pour garantir aux dirigeants leur strapontin au ministère. Les syndiqués, les militants syndicaux ne peuvent accepter que la répression s’abatte sans que leurs organisations n’organisent le combat.
En ce sens, le courant Front Unique invite tous les enseignants à s’adresser au SNES et à la FSU pour exiger qu’ils interpellent la ministre, publiquement et sans délai, pour exiger la levée de toutes les sanctions contre Oscar Roman et Gary Pham. Il appartient également aux dirigeants du SNES, organisation majoritaire, d’appeler à la constitution d’un Front Unique des organisations syndicales enseignantes afin de prendre toutes les initiatives nécessaires à la réalisation de cet objectif.

Le 30/9/2015

* * *

Commentaires de l’article
Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

11e jour de grève de la faim aujourd’hui pour Oscar et Gari.
On fait quoi pour les soutenir ?

Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

Il ne faut pas compter sur la FSU (qui a signé le PPCR) qui tient toujours un double discours, un devant le ministre et un autre aux militants. Elle nous trahit en permanence depuis 2012, rythme scolaires, obligations de services, loi Peillon, etc…
Il faut mobiliser la base et les syndicats non collabos de l’Education nationale, FO, CGT et SUD.

Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

12e jour.
Il faut que chacun multiplie les appels, fax, courrieis, courriers, interpellations :

— à l’Education nationale (ministre, rectorat, inspection académique, petit chef du collège de Gay-Lussac…)
— aux partis politiques muets
— aux médias complices

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, lien vers le communiqué du courant Front Unique de la FSU, 30 septembre 2015 :

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article147488

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Publicités
commentaires
  1. David dit :

    Incroyable de constater que le premier syndicat enseignant a un rôle extrêmement trouble dans ce type d’affaires.

  2. […] Le Collège Gay Lussac de Colombes (6) Le SNES FSU complice silencieux de délits de harcèlement ? … […]

  3. […] Le Collège Gay Lussac de Colombes (6) Le SNES FSU complice silencieux de délits de harcèlement ? … […]

  4. […] A l’occasion de cette lutte légitime, la collusion de certains dirigeants du SNES a été mise en évidence par des membres de ce syndicat, écoeurés par le double jeu de leurs chefs, décidément de plus en plus patent : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-co… […]

  5. […] des dizaines et des dizaines de chefs d’établissements harceleurs. Un seul exemple ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-co… Le SNES a une longue tradition de politique de l’autruche dans le domaine. Mais ne dites rien […]

  6. vigilant5320 dit :

    Donnez-nous de vos nouvelles,continuez à nous informer (svp)avec le talent qui est le votre.J’ai découvert récemment (par hasard hier soir)votre site et ai entrepris la lecture de vos articles tout à fait passionnants.J’espère que je pourrai vous lire sur un autre site web ou dans une quelconque publication.Ce que vous écrivez n’est pas seulement juste (et brillant d’ailleurs => bien des responsables politiques ternes & sans intéret pourraient en prendre de la graine)c’est indispensable pour ne pas dire salutaire.Comprenez (svp)qu’il n’y va pas seulement de l’avenir de cette institution (moribonde)il y va de l’avenir de notre pays à moins que l’histoire soit écrite avant meme que les hommes la fassent eux-memes.Je ne le pense pas un seul instant.Les combats que l’on perd sont ceux que l’on n’a jamais osé mener.

    Sincèrement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s