Quand un harcèlement en cache un autre… (11) Les chefs d’établissements laissent faire les harceleurs… de peur de perdre leurs primes !

Publié: 04/11/2015 dans B 1 Harcèlement Moral Hiérarchique ou douce bienveillance ?, B 2 La communication du Ministère de l'Education Nationale, entre déni et Omerta !, B 3 La lutte contre le harcèlement entre élèves : un écran de fumée ?

 

 

Jean-Paul BRIGHELLI l’avait déjà souligné dans son billet du 27 mars dernier : que les victimes parlent, c’est bien. Mais à quoi bon si on accorde l’impunité aux bourreaux ? Voir ici : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-contre-le-harcelement-a-l-ecole-il-ne-suffit-pas-de-parler-27-03-2015-1916382_1886.php

Dans son billet du 30 octobre, « Les Bisounours contre le harcèlement à l’Ecole », Jean-Paul BRIGHELLI rappelle qu’il n’y a jamais ou quasiment jamais de mesures disciplinaires lourdes prises contre les harceleurs.

Pire, tous les enseignants peuvent en témoigner. Lorsqu’il signalent un cas de harcèlement à leur direction, à leur principal, à leur proviseur, dans 95 % des cas, la direction étouffe tout !

Signaler un cas de harcèlement entre élèves ? Pour un chef d’établissement, c’est donner une mauvaise image du collège ou du lycée. C’est augmenter les chiffres noirs. C’est prendre le risque de freiner sa carrière, de gagner moins d’argent chaque mois, de ne pas toucher les bonnes petites primes allouées par le rectorat quand tout se passe bien et qu’il n’y a pas de vagues.

Une chose est sûre, que le harcèlement touche un gamin ou un  adulte, dans tous les cas le harceleur bénéficie d’une totale impunité car il est couvert par… l’administration !

Et si on demandait à Djamel DEBBOUZE d’improviser un spectacle drôlatique là-dessus ?

Marie, Jeanne, et Philippe.

P.S. : Jean-Paul BRIGHELLI le répète, « il faudra un jour demander des comptes à tous ceux qui ont laissé s’installer la haine du savoir et de l’intelligence, c’est cela, le plus souvent, la réalité du harcèlement. »

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Jean-Paul BRIGHELLI, Le Point, 30 octobre 2015 :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-bisounours-contre-le-harcelement-a-l-ecole-30-10-2015-1978113_1886.php

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Actualité Les invités du Point Jean-Paul Brighelli

Brighelli – Les Bisounours contre le harcèlement à l’école

Les mesures prises par Najat Vallaud-Belkacem pour lutter contre le harcèlement à l’école sont, comme d’habitude, purement cosmétiques.

Par

Publié le 30/10/2015 à 12:12 – Modifié le 30/10/2015 à 12:36 | Le Point.fr
Le clip mis en scène par Mélissa Theuriau ne montre pas le véritable visage des harceleurs et accable l'enseignant.

Entendons-nous : le harcèlement à l’école est un sujet très sérieux, qui mérite qu’un ministre s’en préoccupe et prenne rapidement des mesures : mesures disciplinaires lourdes pour punir les harceleurs (qui sont les grands absents de toutes ces campagnes, comme je le remarquais dans un précédent billet consacré à la question), formation sérieuse des maîtres débutants, comme de ceux qui sont déjà en poste. Les ESPE, qui servent essentiellement à enseigner des pédagogies qui ne marchent pas, pourraient enfin trouver une légitimité.

Mesure-phare de la nouvelle stratégie ministérielle, le numéro vert mis en place sous Luc Chatel devient un numéro à 4 chiffres – mais on ne vous répondra qu’aux heures où vous êtes harcelé(e), sachez-le : après 18 heures, le service s’interrompt. Pour le reste, rien de nouveau : on occupe les médias, on y promène sa bobine, sans apporter ne serait-ce qu’un commencement d’analyse et de solution.

Parce que les leçons de morale, sur un tel sujet, ne servent à rien.

Un clip inepte

Sinon, et comme d’habitude, le ministère a commandé un clip qui sera projeté dans les écoles et les collèges et qui est censé faire honte aux harceleurs.

Produit par Disney (si !) et mis en scène par Mélissa Theuriau (je ne demande pas la lune, mais pourquoi elle ? Parce que c’est une femme ? Parce qu’elle a cuisiné jadis Brice Hortefeux ? Parce qu’elle est la compagne de Jamel Debbouze, dont on sait qu’il est le modèle pédagogique que voudraient nous imposer Valls et Vallaud-Belkacem ? N’importe quel grand cinéaste de gauche – il y en a, Bertrand Tavernier par exemple – aurait fait mille fois mieux). Ce clip inepte ne montre pas le vrai visage des harceleurs, et fait peser l’essentiel de la responsabilité sur l’enseignante – de quoi faire bondir tous les collègues, et particulièrement Paul Devin, inspecteur du primaire et secrétaire général du SNPI-FSU, qui trouve lui aussi que la « com » ministérielle ne remplace pas l’action.

Le pauvre gosse harcelé est roux – vieille malédiction des roux. Sous Chatel, il était gaucher – vieille malédiction des gauchers. Poncifs et stéréotypes. Dans la réalité, il est effectivement souvent faible – le dernier cas où j’ai eu l’occasion d’intervenir, avec tous mes collègues, concernait une gamine malade -, mais il est le plus souvent bon élève. Quatre brutes à front bas contre un « intello » – et il faudra un jour demander des comptes à tous ceux qui ont laissé s’installer la haine du savoir et de l’intelligence -, c’est cela, le plus souvent, la réalité du harcèlement. Ajoutez les distinctions de « communautés » – la gauche a tenu à réinventer les particularismes ethniques ou religieux, la droite classique a laissé faire, la République finit éparpillée façon puzzle, de malheureux gosses en paient le prix -, et vous avez le chaudron de sorcières où mijotent les occasions de harcèlement.

Tolérance zéro

C’est ce que pensait La Fontaine (dans la fable des Deux pigeons), et c’est la réalité de terrain, n’en déplaise aux pédagogues post-rousseauistes qui veulent croire que l’enfant est bon. L’enfant est sauvage, même quand il n’a pas été élevé avec les loups. C’est à l’institution scolaire – et naturellement à ses parents, trop souvent en faillite éducative – de redresser (c’est le sens premier d’instituer, qui a donné instituteur) la petite bête féroce qui arrache les ailes des mouches et distribue des gnons à ses camarades.

Il faut urgemment instaurer une tolérance zéro. Tout harceleur doit être non seulement exclu, mais traduit en justice. Il faut former les enseignants (et pas seulement les enseignants) à détecter les maltraitances physiques ou psychiques. Il faut moraliser les réseaux sociaux : une attaque via Facebook doit être elle aussi passible des tribunaux, et aucun anonymat ne doit persister face à un délit, qui peut entraîner la mort, dois-je le rappeler.

Alors, cessons de trouver des excuses aux harceleurs, et prenons-les pour ce qu’ils sont : des brutes et des délinquants.

Ah, mais ils ne font que répéter une violence qu’ils subissent, disent les belles âmes. Ma foi, les belles âmes (qui inscrivent leurs enfants dans des établissements sans problèmes) sont responsables, à force de mansuétude et de « compréhension », d’une extension du domaine de la violence. Réinstituons déjà la transmission impitoyable du savoir et des Lumières à l’école, ­ ce sera un premier pas. Et parallèlement, traduisons en justice les petits caïds en puissance. Ça leur évitera de finir un jour sous les balles d’autres caïds.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, article de Jean-Paul BRIGHELLI, Le Point, 30 octobre 2015 :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-bisounours-contre-le-harcelement-a-l-ecole-30-10-2015-1978113_1886.php

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s