Archives de la catégorie ‘CCC Les Résistants dénoncent et/ou subissent le Harcèlement Moral.’

 

 

Vous êtes nombreux à nous demander pourquoi nous avons fermé définitivement notre site. La réponse est simple. SNES-FSU + SNPDEN-UNSA

SNES-FSU et SNPDEN-UNSA

Ces deux syndicats sont les seuls responsables de l’arrêt du blog « Omerta au Rectorat ».
Ces deux syndicats ont tué ce blog.
Ces deux syndicats travaillent contre notre volonté de libérer la parole dans l’Education Nationale.

On dit qu’il faut chercher à qui profite le crime.
A qui profite l’Omerta dans l’Education Nationale ?
Cette Omerta profite au SNES-FSU et au SNPDEN-UNSA.

Le SPDEN-UNSA a agi sans fard, par exemple à travers sa Lettre de Direction n° 502.
Le SNES-FSU, quant à lui, a ourdi, œuvré et manoeuvré dans l’ombre. Contre nous, contre vous, contre ce blog, contre la libération de la parole dans l’Education Nationale.
De hauts dirigeants du SNES-FSU ont agi avec une déloyauté, un cynisme, une perfidie, et une bassesse sans limites.

Nous abattre : ils en ont rêvé.
Nous lyncher, physiquement, après nous avoir violées, certains irresponsables ont publiquement exprimé ce souhait.
Nous avons pris toutes les précautions nécessaires afin de ne pas être identifiées, au-delà de nos prénoms. Jamais notre identité ne sera connue, de qui que ce soit d’autre que nous, tant que nous souhaiterons préserver notre sécurité.

On s’en est pris, par dépit, à plusieurs de nos lectrices et lecteurs, avec un acharnement et une violence répressive qui prouvent que les enjeux dépassent la petite audience d’un simple blog d’information.
Des moyens policiers et judiciaires effarants ont été mis en œuvre pour « faire parler » ces lecteurs, puis pour les « faire payer » leur sympathie à l’égard de notre cause.
Nos lecteurs ne savent rien de notre identité. Et ils n’ont rien à « payer » à qui que ce soit : consulter notre site, parler de ce dont il est défendu de parler, c’est gratuit.
Des magistrats se sont laissés berner et ont condamné lourdement plusieurs lecteurs de notre blog, dès lors que ces simples lecteurs menaient eux aussi un travail de lanceur d’alerte, travail n’enfreignant aucune loi, mais travail très gênant pour l’institution scolaire.
Convocations, perquisitions sauce Tarnac, mises en examen creuses, instructions menées uniquement à charge, procès en catimini, condamnations sans fondement matériel ou juridique, comme aux grandes heures d’Outreau.
Là où passe et s’impose un ultra-puissant corps intermédiaire hégémonique moteur traditionnel de l’Omerta, la terreur fait la loi. Là où passe ce corps intermédiaire archaïque, la justice trépasse, les instructions de non-lieux sont foulées au pied, l’équité meurt, l’innocence est violée, d’honnêtes citoyens sont condamnés et muselés.

Nous encourageons nos lectrices et nos lecteurs à s’informer sur ces poursuites menées contre plusieurs d’entre-elles, plusieurs d’entre eux, et à se montrer solidaires envers ces victimes. Les victimes d’une répression contraire aux principes de justice.
Nous encourageons ceux de nos lecteurs ciblés par cette criminalisation de leurs luttes, à se défendre pied-à-pied, et à médiatiser tout nouveau procès. La médiatisation de cette répression reste le seul moyen d’essayer de garantir un minimum d’équité et de justice.
Nous encourageons les médias à travailler sur ces sujets laissés dans l’invisibilité la plus noire.
Nous encourageons les élus, quels qu’ils soient, à porter ce débat, de sorte que le pouvoir judiciaire soit contraint de revenir dans les rails.

Il est inutile et il serait contreproductif de mener de nouvelles perquisitions tarnaciennes au domicile de nos lecteurs. Il n’y a chez eux ni bombe ni quoi que ce soit qui puisse justifier ces démarches disproportionnées, ni rien qui puisse permettre de remonter jusqu’à nous.
Qu’on n’hésite pas, plutôt, à enquêter sur les viols et les délits de harcèlements dont sont coupables quelques petits copains et grands coquins qui dirigent certains lycées et certains collèges.
Ces violeurs et ces harceleurs ne sont jamais inquiétés par les magistrats. C’est une chose.
C’en est une autre de condamner des lanceurs d’alerte innocents.

Notre combat compte ses martyrs.
Il porte aussi ses fruits.
Haut les cœurs ! Courage !

Le mouvement #PasdeVague est né, comme nous l’avions prédit dès 2013, cinq ans avant son éclosion.
Le SNES-FSU et l’UNSA-SNPDEN ont perdu cette bataille. #PasdeVague est né de leur inertie, voire de leur cautionnement de l’Omerta régnant dans l’Education Nationale.

D’autres sites prennent notre relais, parmi lesquels deux nous semblent mériter d’être soutenus sans réserve.

« Transparency Education Nationale », animé par un homme déterminé, qui a l’avantage de ne pas dépendre financièrement de l’Education Nationale.   http://www.transparencyen.fr/
Et « Mais faites taire ce petit prof’ bon sang ! » qui vit grâce à la persévérance d’un lanceur d’alerte, endurci par 15 années de brutalités, de violences et de harcèlement commis par sa hiérarchie locale avec l’aval, jusqu’à maintenant, de son administration.    https://faitestairecepetitprofbonsang.wordpress.com/

Suivez ces initiatives, accompagnez-les, faites-les connaitre autour de vous, soutenez leurs rédacteurs, alimentez le #PasdeVague.

 

Avant d’achever… Nous souhaitons confirmer officiellement ce que beaucoup de nos lecteurs savent déjà, l’information ayant circulé par le bouche-à-oreille et, nous a-t-on dit, sur les réseaux sociaux auxquels nous sommes définitivement réfractaires.
Notre ami Philippe nous a quittés brutalement. Quelques mois après le début des opérations de répression qui ont ciblé une poignée de nos lecteurs.
Nous renouvelons ici l’expression de notre soutien et de notre sympathie à l’égard de sa famille, de ses proches, de ses collègues.
Philippe aurait été heureux de découvrir l’élan suscité par le hashtag #PasdeVague.
Nous pensons souvent à toi, Philippe.
Le combat continue.

Marie et Jeanne.

 

Bonjour,

Que vous soyez victime de Harcèlement Moral Hiérarchique.
Que vous soyez un petit chef malmenant ses subordonné(e)s et tremblant à l’idée qu’un média expose publiquement vos délits.
Que vous soyez payé par un Ministère (Ministère de l’Education Nationale, Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Justice) ou par un syndicat enseignant pour nous fliquer ou pour nous faire taire.
Vous l’avez constaté : depuis le 12 novembre 2015, depuis un an, des dizaines d’articles de notre blog ont été mis sous le boisseau, nous sommes silencieux et ce site est en sommeil.

Pourtant, nous sommes resté(e)s très actif/ve/s, dans l’ombre.
Le combat n’est pas terminé.
Nous reviendrons, sur Omerta au Rectorat ou ailleurs.
D’autres équipes nous relaieront : Paule, Jacques et Jean ; et aussi Johanne et Luc ; et d’autres encore…

Les hauts fonctionnaires et les petits chefs qui entretiennent l’Omerta sur le Harcèlement Moral Hiérarchique sont les mêmes qui détruisent l’Ecole de la République. Ils oublient que les élèves d’aujourd’hui sont les électeurs de demain. A force de démolir les meilleur(e)s enseignant(e)s, à force de saper leur autorité, à force de leur imposer de baisser leurs exigences, de baisser le niveau, de copiner avec les enfants, de faire du « ludique », ils ont abruti les élèves et les étudiants qui sont aussi les électeurs d’aujourd’hui, et ceux de demain.

Aujourd’hui 9 novembre voit le triomphe de Donald TRUMP. Et demain en France ?
Abrutir les masses, nier l’importance du savoir et de sa transmission, décrier la culture, faire des « économies » sur l’instruction publique, dénigrer systématiquement les « profs' », sacraliser l’enfant-roi et l’enfant-tyran, c’est construire l’électeur-tyran et consacrer le règne de la bêtise.

Il est encore temps d’interpeller les responsables politiques et d’essayer d’informer une partie de l’opinion publique. Les micro-résistances et les initiatives en ce sens se font jour, ici et là.
Cette semaine Daniel ARNAUD nous rappelle « Ce qu’on ne vous dit pas lors de la Journée contre le Harcèlement à l’Ecole » : http://generation69.blogs.nouvelobs.com/archive/2016/11/02/ce-qu-on-ne-vous-dit-pas-lors-de-la-journee-contre-le-harcel-593212.html ;
Jean-Paul BRIGHELLI explique comment « L’Education Nationale fait le choix des bourreaux » :
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-profs-agresses-l-education-fait-le-choix-des-bourreaux-26-10-2016-2078668_1886.php ;
Paul ANTOINE lance une « Pétition contre les violences faites aux enseignantes et aux enseignants » : 
https://www.change.org/p/najat-vallaud-belkacem-p%C3%A9tition-contre-les-violences-faites-aux-enseignantes-et-aux-enseignants

Lisez leurs articles, commentez-les, faites tourner à votre carnet d’adresses, sur facebook, sur twitter, parlez-en à votre famille, à vos connaissances et ailleurs. A chacune et à chacun de s’emparer ou non de ces sujets, et de les diffuser… ou de laisser l’Ecole de la République sombrer.

Demain, un Donald TRUMP au pouvoir en France ? Les Etats-Unis ne sont pas la France, mais grâce au Harcèlement Moral Hiérarchique, grâce aux hauts fonctionnaires qui protègent les harceleurs, grâce aux responsables politiques qui encouragent ces pratiques, qui veulent des « profs' » soumis et marchant au pas, grâce à la destruction de l’Ecole de la République, ce n’est peut-être plus qu’une question de temps. Car oui, l’Education Nationale forme davantage de consommateurs abrutis que de citoyens éclairés.

Il reste à notre Ministre, Madame Najat VALLAUD BELKACEM, quelques mois pour insuffler un vent de fraîcheur, mettre un terme au déni et à l’Omerta sur le Harcèlement Moral Hiérarchique, reconnaître et protéger ses victimes, fiche la paix aux lanceurs d’alerte, et apporter ainsi à son bilan politique une dernière action qui soit indubitablement une action de progrès, de justice, de bon sens et d’espoir.

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

Devant le brio de Françoise GUICHARD, nous nous inclinons. Et nous applaudissons. Comparée à la sienne, notre prose est bien fade et terriblement maladroite.

Sa préface à l’ouvrage de Daniel ARNAUD Le Harcèlement moral dans l’Enseignement nous avait scotchés. https://omertaaurectorat.wordpress.com/2013/02/26/daniel-arnaud-1-harcelement-chez-les-profs-un-blog-un-livre/

La façon dont elle parvient à rappeler que notre Ministre pratique le déni face aux grèves de la faim du Collège Bellefontaine, c’est-à-dire le déni face à la réalité du Harcèlement Moral dans l’Education Nationale, est épatante. Là n’est pas le sujet de son billet du jour, sur son excellentissime blog (Le Blog de la Présidente), et pourtant l’allusion fait mouche. En tout cas chez nous, et chez tous ceux qui ont à coeur de briser l’Omerta. https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/eee-liste-de-quelques-etablissements-scolaires-ou-il-fait-bon-vivre-et-parfois-mourir/le-college-bellefontaine-de-toulouse-31/

Bref, ouvrons une rubrique à son nom et à sa gloire 😉  car elle le vaut bien !

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers l’article de Françoise GUICHARD,  Le Blog de la Présidente, 12 novembre 2015.

http://leblogdelapresidente.over-blog.com/2015/11/tempete-dans-un-balconnet.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

12 novembre 2015
TEMPÊTE DANS UN BALCONNET

v

« Réduite la semaine dernière dans Le Point à son « soutif », son joli « rouge à lèvres » sans oublier ses « pendentifs aux oreilles » dans un article aux allures de tribune sexiste de Jean-Paul Brighelli, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à répondre à l’éditorialiste. Il avait notamment attaqué la réforme du collège de la Ministre en dénonçant ses « dessous chics ». L’article en question avait suscité une vague d’indignation massive sur les réseaux sociaux. »

(Les journaux)

L’affaire est d’importance, chacun le reconnaîtra. « Indignation massive sur les réseaux sociaux », protestations également indignées sur les radios en général et France-Inter en particulier (1), et réponse vertueuse de la ministre, sur laquelle – la réponse, pas la ministre – nous reviendrons.

Voici donc le débat dont sont faites grosses guerres, de quoi enflammer les esprits, faire crier au sexisme, au racisme, au jeunisme, bref au fascisme (je nous souhaite à toutes et à tous de ne rencontrer à l’avenir d’autre fascisme que ce type d’article)… et surtout de quoi oublier le fond du problème, à savoir la délétère réforme portée par Mme Vallaud-Belkacem, et les dégâts irrémédiables, particulièrement sur l’allemand et les langues anciennes, qu’elle ne manquera pas de provoquer en collège et donc, en tarissant le vivier, au lycée.

Le choix même, par Le Point, de ne donner en lecture gratuite que le premier paragraphe (le plus sujet à controverse) de la brighellienne tribune, n’aidait certes en rien à la clarification des enjeux. Les abonnés du magazine, qui ont lu le texte jusqu’au bout, en auront retenu, (plus que l’exaspération du polémiste devant le comportement pour le moins inélégant de l’élégante ministre qui a, je cite « bien ri pendant l’intervention du député » (2) et semblait se préoccuper davantage de son look que de l’avenir des milliers de collégiens dont elle a, pour leur malheur, la responsabilité), les chiffres donnés par J.-P. Brighelli : 996 000 heures-élèves d’allemand (au lieu de 1 507 000 aujourd’hui) seront dispensées après la mise en place de la réforme. En clair et en gras, un tiers des heures-élèves vont disparaître.

 

TEMPÊTE DANS UN BALCONNET

Cette disparition est évidemment beaucoup plus grave que la fugitive apparition d’un joli coin de dentelle noire au giron de la ravissante gazelle. Mais cette tempête dans un balconnet a permis, une fois de plus, d’éluder les vrais problèmes, grâce à un infernal syllogisme dont les communicants ont bien compris le fonctionnement : Najat Vallaud-Belkacem est attaquée, OR elle l’est par un affreux macho sexiste et misogyne, DONC sa réforme est bonne.

QUOD ERAT DEMONSTRANDUM, comme on ne pourra bientôt plus dire, et circulez, y’a rien à voir.

On pourrait épiloguer longtemps sur l’attitude de la ministre, que je trouve personnellement assez incroyable, face au brave député Lett et à la représentation nationale.

http://www.dailymotion.com/video/x3cpsce_najat-vallaud-belkacem-les-dessous-chics-de-la-reforme-du-college_news

Que voit-on ici, de la part de Mme Vallaud-Belkacem et de sa chouette bande d’aminches ? Un comportement d’adolescente mal élevée, de collégienne précisément : on ricane, on n’écoute pas, on fait des mines, on prend des poses, on se fout du monde, on papote avec sa voisine, bref on cherche sa baffe, pardon ses quatre heures de colle. On dirait une gamine qui répondrait « Cause à ma main » ou « Je te parle pas, t’es un boloss ». Et c’est Brighelli l’insolent impoli ? C’est VRAIMENT lui qu’on doit remettre en place ? Allons donc !

Quant à la réponse de la ministre Sur France Info, elle vaut elle aussi son pesant de noix vomique. Brighelli, dit-elle, « ne mérite pas qu’on s’encombre l’esprit avec lui. Moi, je ne m’encombre pas l’esprit avec quelqu’un qui, comme lui, se croit autorisé à donner des leçons sur l’école et commence par la qualifier de « fabrique du crétin », c’est vous dire la finesse légendaire du personnage ».

Suit cette phrase admirable, « Je vais beaucoup mieux depuis que je l’ai fait disparaître de mon champ de vision ».

TEMPÊTE DANS UN BALCONNET

Je crois qu’on a ici la clef de la méthode de gouvernement de NVB, son mantra, son schibboleth, son alpha et son oméga : la scotomisation (non, ce n’est pas une allusion pornographique, bande d’affreux obsédés !).

Tout ce que je ne vois pas n’existe pas, donc je vais bien, donc tout va bien, comme le montre mon éternel sourire radieux scotché sur mon joli minois…

Je fais « disparaître de mon champ de vision » les grévistes de la faim (3) de Bellefontaine et d’ailleurs, je ne les reçois pas vu qu’ils n’existent pas… et je vais beaucoup mieux.

Je fais « disparaître de mon champ de vision » les 15.000 manifestants du 10 octobre, qui n’existent pas, et je vais encore mieux. Du reste je n’ai toujours pas reçu l’intersyndicale, elle aussi « (disparue) de mon champ de vision » : elle n’existe pas non plus, et chaque jour je vais de mieux en mieux :

https://savoir.actualitte.com/article/analyses/1244/les-syndicats-enseignants-opposes-a-la-reforme-du-college-toujours-pas-recus-au-ministere

. Notre « Pimprenelle », puisque Pimprenelle il y a, marche non seulement à l’hypnose, mais à l’auto-hypnose, quelque chose entre la méthode Coué et le training autogène en somme…

TEMPÊTE DANS UN BALCONNET

Le mieux est l’ennemi du bien, madame la ministre, et prenez-y garde : sachez qu’à force d’aller de mieux en mieux vous finirez par ne plus aller du tout, — ce qui finalement ne serait pas si grave si votre disparition des écrans, ainsi que celle de tout le gouvernement dont vous faites hélas partie, ne risquait pas d’aller de pair avec, au mieux, le retour au pouvoir d’un ex-président dont on sait le pouvoir de nuisance, au pire l’accession aux affaires d’un parti qui, lui, nous fera VRAIMENT sentir ce qu’est le fascisme – bien autre chose qu’une pique perfide sur les dessous chics, les boucles d’oreille et le rouge à lèvres d’une jolie vache déguisée en fleur.

Alors, madame, au lieu de « faire disparaître de (votre) champ de vision » tout ce qui vous dérange et ne va pas dans le sens de ce que vous croyez être le Bon, le Vrai et le Juste, si vous ouvriez les yeux et les oreilles, à titre exceptionnel, pour entendre le mécontentement des professeurs, l’opposition à votre réforme de 80 % des enseignants et de leurs syndicats représentatifs, de personnalités qu’on ne peut pas soupçonner d’être vendues à la droite (4) , de parents de plus en plus nombreux ?

Voir la réalité en face, pour une fois, sortir de cet aveuglement volontaire que vous revendiquez pour vous-même avec une étonnante ingénuité, mesurer l’ampleur des refus de votre politique, écouter ce que disent les professeurs, au lieu de vous draper dans une stratégie de communication qui, en jouant sur la dignité féminine offensée, ne vise qu’à noyer le poisson, en êtes-vous seulement capable ?

Il est malheureusement permis d’en douter.

  1. Hier dans l’émission de Nagui (Leila Kaddour) d’une part, ce matin avec une question de Patrick Cohen à N. Dupont-Aignan, « JP Brighelli est-il encore le responsable à l’éducation de DLF ? », sous-entendu « N’avez-vous pas encore renvoyé ce triste personnage à ses chères études ? »
  2. M. Céleste Lett, député-maire LR de Sarreguemines, exprimait ses inquiétudes quant à la place de l’allemand dans la réforme du collège.
  3. http://leblogdelapresidente.over-blog.com/2015/07/axioprepeia.html
  4. http://www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article213

 

 

 

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, lien vers l’article de Françoise GUICHARD,  Le Blog de la Présidente, 12 novembre 2015.

http://leblogdelapresidente.over-blog.com/2015/11/tempete-dans-un-balconnet.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Marie Curie de Provins. Toutefois, ce qui se joue dans ce collège mérite qu’on en parle ici.

 

Sous l’impulsion de l’enseignante Anouk GUEZET, le personnel de ce collège a décidé de ne plus subir en silence le joug d’un chef d’établissement qui ne semble pas vraiment à la hauteur des ses missions, à en croire les agents et les parents d’élèves. Nous avons consacré huit billets à saluer et soutenir la lutte de ces professeurs qui veulent juste qu’on les laisse travailler en paix, dans des conditions à peu près normales , c’est-à-dire sans subir de harcèlement moral de la part de leur supérieur hiérarchique : https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/eee-liste-de-quelques-etablissements-scolaires-ou-il-fait-bon-vivre-et-parfois-mourir/le-college-marie-curie-de-provins-77/

 

Certes, notre soutien à ce mouvement social, s’il est absolu dans son principe, n’est pas exempt de certaines critiques, notamment dans la façon dont les dirigeants du plus puissant syndicat enseignant, le SNES, abordent la question du Harcèlement Moral Hiérarchique. Nous le disons et le répétons à l’envie, comme l’ont fait Daniel ARNAUD, Paul VILLACH, et tant d’autres : si le SNES voulait réellement éradiquer cette barbarie institutionnalisée, le sujet serait sur le tapis depuis longtemps, et traité depuis belle lurette ! https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/bbb-les-grands-themes/b-5-les-syndicats-denseignants-sont-ils-totalement-corrompus/

 

Cela n’empêche pas des militants de base d’agir, localement, avec conviction et plus ou moins d’efficacité. Mais comment être efficace quand votre propre syndicat ne vous soutient que fort mollement ?

 

La militante Anouk GUEZET s’est émue de nos critiques, et elle nous a écrit, ce matin.

 

Nous lui répondons ici-même.

 

Marie, Jeanne et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Philippe, Marie et Jeanne,
La mollesse me caractérise, soit !
Qu’en est-il de vos pratiques ? Anonymat, absence sur le terrain et critiques systématiques. Vous avez dit lâcheté ?
Sortez de l’ombre et de votre confort, nous vous attendons sur place lundi prochain !
Bien à vous.

Anouk GUEZET

* * *

Chère Anouk,

Très heureux de vous lire ici. Soyez la bienvenue et constatez que nous vous laissons libre parole sur nos pages, sans la moindre censure.
D’autres syndicalistes du SNES n‘ont pas eu la décence de simplement répondre à nos questions, à nos appels, à nos mails, à nos courriers, malgré plusieurs années de démarches en ce sens, et alors que les enjeux étaient souvent autrement plus lourds. Vous avez dit lâcheté ?
Merci, donc, de nous avoir contactés.

Gageons qu’avec un peu de persévérance et un minimum de « parler vrai », vous ferez bientôt partie de notre tableau d’honneur, parmi les Résistants dont nous saluons l’action : Daniel ARNAUD, Guy LANDEL, Roland VEUILLET et Paul VILLACH. Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/ccc-les-resistants-denoncent-etou-subissent-le-harcelement-moral/
C’est tout le bien que nous vous souhaitons.

Notez tout d’abord que – contrairement à ce que vous semblez avoir saisi – nous n’avons jamais écrit que la mollesse était une de vos caractéristiques. Nous distinguons toujours ce qu’est une personne et ce qu’elle fait. De ce qu’est une personne, nous n’avons pas à juger. De ce qu’elle fait, guère beaucoup plus. Il nous semble toutefois utile de pouvoir exposer ici ce qu’il en est des actions des uns et des autres dans certaines situations.
Nous avons précisément écrit que vous ne sortiez pas de la mollesse – verbale ! – habituellement préconisée par votre syndicat, le SNES : « peut-on lui demander plus que ce dont elle est capable, et que la mollesse habituelle préconisée par son syndicat ? ».
Autrement dit, nous réprouvons la mollesse des termes, la langue de bois, l’excès de prudence langagière : tous ces travers qui conduisent à vider de leur sens les actions syndicales, voire à les dénaturer totalement.

Pour le dire autrement, chère Anouk, luttez-vous contre des faits – présumés – de Harcèlement Moral Hiérarchique ? Ou souhaitez-vous simplement conserver les privilèges de profs paresseux qui souffrent parce qu’on leur demande de se mettre enfin un peu au travail : ces fameux « profs en souffrance » dont le Rectorat, l’administration et les médias nous rebattent les oreilles ?

Vous évoquez nos « pratiques ». Peut-être ont-elles plus fait pour faire avancer la cause que vous ne pourrez le faire dans votre bonne ville de Provins en toute une vie de militantisme syndical.
Notre anonymat – tout relatif – est le garant de notre protection – bien mince – face à la sauvagerie quasi barbare de la répression de l’institution scolaire (cette sauvagerie-même que vous combattez, vous aussi).
Que savez-vous de notre présence sur le terrain ? Et de nos actions en dehors de l’animation de ce blog ?
Nos critiques sont constructives, nos éloges également, mais les avez-vous lus, ces éloges ? Peut-être ne lisez-vous que les billets qui mettent en avant votre personne ?
Vous avez dû passer également à côté de nos pointes d’humour.
Et même – c’est un petit exploit ! – à côté des 103 pages de notre section consacrée au « Sourire du Jour » : https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/bbb-les-grands-themes/b-7-sourire/

Restez, Anouk, dans le confort ouaté de votre syndicat moelleusement et mollement installé Rue de Grenelle. Nous resterons dans celui un peu rude de nos chaises de bureau spartiates et de nos écrans d’ordinateurs poussiéreux.
Restez au soleil, à vous faire dorer la pilule, entre deux réunions syndicales. Nous resterons dans l’ombre, à travailler d’arrache-pied.
Restez sous les feux éblouissants des projecteurs médiatiques de la presse locale. Votre ego y trouvera sans doute matière à satisfaction.

Et surtout, poursuivez votre combat, qui est le nôtre, et qui était déjà le nôtre à une époque où votre syndicat ne vous autorisait pas à penser ces questions, et encore moins à agir.
Mais le SNES ne vous autorise toujours pas à penser la question du Harcèlement Moral Hiérarchique. Nous ne sommes pas les seuls à le constater, et à le dire, dans l’espace public. Voyez ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-complice-silencieux-de-delits-de-harcelement-des-militants-de-la-fsu-denoncent-ce-double-jeu/

* * *

Il est temps de se dessiller. Lisez ce qu’en dit ce qui constitue à ce jour le seul ouvrage de référence sur la question :

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2013/07/29/quand-les-syndicats-denseignants-trompent-les-enseignants-2-reflexions-de-daniel-arnaud-suite/

« Vos délégués syndicaux, « domestiqués », sont de fait associés à tous les étages de la pyramide administrative. Ils boivent l’apéro avec votre chef d’établissement lors du Conseil d’Administration (CA) ; ils entretiennent de bonnes relations avec votre inspecteur en espérant récupérer un poste de « faisant fonction » lors de son départ à la retraite ; ils siègent dans des Commissions Administratives Paritaires Académiques (CAPA) où ils assurent votre recteur de la docilité « des troupes » qu’ils tiennent en l’échange de menus services : vague promesse de promotion plus rapide à l’échelon suivant, avis très favorable pour un congé formation…

Vous imaginez bien que, dans ces conditions, la connivence entre vos « chers collègues » et vos supérieurs s’installe tout naturellement. Pourquoi iraient-ils déplaire aujourd’hui à la hiérarchie en apportant leur soutien à un professeur harcelé, en prenant le risque de se faire interdire le puits des privilèges demain ? Oui, ils servent la pacification dans les rangs. Avant le recours à une répression plus brutale (blâme, suspension de service, mutation disciplinaire…), le passage par les permanents de ce syndicalisme dévoyé permet souvent au Pouvoir de faire accepter sans coup férir aux maîtres qui le subissent les décisions même les plus iniques… Des preuves de la compromission ? Paul Villach prend le cas d’une ancienne secrétaire générale du SNES-FSU, décorée de la légion d’honneur en 2001 par le ministre de l’Education nationale, et commente la remise du hochet sans détours :

« Est-il raisonnable de croire qu’un ministre récompense une syndicaliste pour sa fidélité à sa mission de contre-pouvoir, c’est-à-dire à une action visant avant tout à contenir la tentation du pouvoir qui, selon Montesquieu, est de toujours s’étendre tant qu’il ne rencontre pas de limite ?

Compte tenu de ce qu’on observe depuis 20 ans, cette médaille est bien plutôt le signe tangible de la reconnaissance du pouvoir envers une auxiliaire pour l’avoir aidé à domestiquer un contre-pouvoir gênant. Quand le mandataire des salariés s’est mué en porte-parole du patron, cela mérite bien une médaille. »

Il suffit du reste de se rendre sur le site de la FSU (http://www.fsu.fr/) pour s’apercevoir qu’elle rassemble, outre le SNES, aussi bien d’autres syndicats de profs que… des syndicats d’inspecteurs et de chefs d’établissement ! C’est-à-dire de ces administratifs qui, dans les cas de harcèlement, contribuent à détruire les victimes et à entretenir la loi du silence.  »

( passage tiré du livre de D. A., Le Harcèlement moral dans l’Enseignement, consultable dans tous les bons C. D. I. des collèges, lycées et autres établissements scolaires  [Centres de Documentation et d’Information] )

* * *

Nous sommes très heureux que vous ayez malgré tout (malgré le double jeu de certains dirigeants de votre syndicat) mené les actions qui sont les vôtres au sein de votre collège.

Bravo, Anouk ! Et bon courage à vous. Il faut tenir. Et gagner. Nous comptons sur vous et sur vos collègues pour obtenir justice.

Mais « Muscle ton jeu ! Muscle ton jeu Robert ! Si tu muscles pas ton jeu, fais attention! Je t’assure, tu vas avoir des déconvenues. Parce que t’es trop gentil . » 😉
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Yeux_dans_les_Bleus

Bien à vous.

M., J., et P.

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Gay Lussac de Colombes. Toutefois, ce qui se joue dans cet établissement scolaire est si fort que nous ne pouvons le passer sous silence.

L’Education Nationale n’hésite pas à briser la liberté de parole en imputant à d’excellents enseignants des fautes de services fictives. Le recours aux conseils de disciplines arbitraires (Commissions Disciplinaires) est fréquent, avec la complicité silencieuse de certains syndicats enseignants, dont le SNES FSU.

Ces dernières années, des centaines de cas ont été recensés, tous passés sous silence par des syndicalistes menant un double jeu, par les médias, et par les victimes elles-mêmes, sous la pression féroce de l’administration. Suicides, troubles de stress post-traumatiques, carrières et vies brisées : les pseudos syndicalistes qui cautionnent ces procès staliniens ou qui y participent ont du sang sur les mains, potentiellement ou réellement.

L’Omerta est très rarement rompue. Le Collège Gay Lussac de Colombes fait exception à cette soumission effrayée à l’Omerta. Nous soutenons ce combat qui est le nôtre depuis la création de ce blog. Parler de ces pratiques est le seul moyen de les faire reculer.

 

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche.

Pour la première fois, officiellement, le mercredi 30 septembre 2015,

des syndicalistes militants de la FSU rompent publiquement l’Omerta

et dévoilent au grand jour

le double jeu des dirigeants de leur propre fédération syndicale !

 

Le communiqué de ces militants de base est sans ambiguïté :

« La responsabilité des dirigeants de la FSU est immédiatement posée. »

« Du 18 au 23 septembre, les enseignants du collège Gay-Lussac ont réitéré leur soutien collectif à leurs collègues en faisant grève : faute d’un réel soutien de la part des dirigeants syndicaux, ils sont restés isolés.
A ce jour, ni les dirigeants du SNES-FSU, ni ceux de la FSU n’ont appelé le corps enseignant à s’associer à leur défense, que ce soit nationalement ou au plan académique. 
C’est en conséquence de cet isolement que les deux enseignants se sont engagés, depuis le 21 septembre, dans une grève de la faim. »

« Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES : un silence délibéré, complice, qui doit être rompu ! »

Vous avez bien lu :

« Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES :

un silence délibéré, complice,

qui doit être rompu ! »

 

Karine BOULONNE n’est pas la seule dirigeante du SNES dont l’action – ou plutôt l’inaction ! – doit être mise en lumière de façon dépassionnée. D’autres voix que les nôtres s’élèvent enfin dans l’espace public pour briser l’Omerta et pour s’interroger sur le silence complice d’individus qui se servent des syndicats plus qu’ils ne les servent.

 

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le communiqué du courant Front Unique de la FSU, 30 septembre 2015 :

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article147488

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Communiqué du courant Front Unique de la FSU

Après les enseignants du collège Bellefontaine de Toulouse : deux enseignants du collège Gay-Lussac (92) sont persécutés pour « délit » de grève.

Le ministère de l’Education Nationale, le gouvernement sont impliqués : la responsabilité des dirigeants de la FSU est immédiatement posée.

Fin septembre, après des mois de harcèlement administratif, deux enseignants du collège Gay-Lussac de Colombes (92), Oscar Roman et Gary Pham, se voyaient signifier la tenue de deux conseils de discipline à leur encontre, à l’initiative du rectorat de Versailles.
Le « délit » qui est reproché aux deux enseignants est d’avoir participé à un mouvement de grève prolongée, lors de l’hiver 2014, en opposition à la contre-réforme de l’éducation prioritaire Vallaud-Belkacem.
Du 18 au 23 septembre, les enseignants du collège Gay-Lussac ont réitéré leur soutien collectif à leurs collègues en faisant grève : faute d’un réel soutien de la part des dirigeants syndicaux, ils sont restés isolés.
A ce jour, ni les dirigeants du SNES-FSU, ni ceux de la FSU n’ont appelé le corps enseignant à s’associer à leur défense, que ce soit nationalement ou au plan académique.
C’est en conséquence de cet isolement que les deux enseignants se sont engagés, depuis le 21 septembre, dans une grève de la faim.

Le ministère Vallaud-Belkacem organise la répression méthodique des enseignants pour leur faire avaler ses contre-réformes

La répression engagée contre les deux collègues de Colombes s’inscrit dans une série continue d’opérations de répression visant à soumettre le corps enseignant et imposer la mise en place systématique des contre-réformes du gouvernement.
Ainsi l’an dernier, un professeur de philosophie de Poitiers a été muté à des dizaines de kilomètres de son domicile en cours d’année, suite à des accusations grossières d’ « apologie du terrorisme ». En cette rentrée, 5 enseignants du collège Bellefontaine de Toulouse se voyaient mutés pour « délit » de grève (voir notre communiqué Front Unique de juin 2015).
Ces « expérimentations » en matière de répression sont en passe de connaître un saut qualitatif et quantitatif. Une dépêche AEF du 29 septembre concernant la mise en place des « formations » à la réforme des collèges – une injonction du ministère – dans l’académie de Toulouse, indique ainsi : « Deux questions sont posées aux chefs d’établissement : quelle est la répartition de la typologie des acteurs au sein du conseil pédagogique ? Chez les enseignants ? Font-ils partie du groupe des « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles », du groupe des « attentistes, passifs indifférents, indécis » ou du groupe des « progressistes, proactifs, convaincus, avocats ou relais » ? »
Pour imposer ces contre-réformes que la grande majorité des enseignants rejette, le fichage, la sélection des « fortes têtes », leur répression méthodique pour intimider le corps enseignant dans son ensemble doivent devenir la règle

Du côté des dirigeants de la FSU et du SNES : un silence délibéré, complice, qui doit être rompu !

Les militants du courant Front Unique de la FSU ne peuvent que le constater et le dire : depuis des mois, le silence des dirigeants de la FSU et du SNES sur ces attaques frontales contre les libertés démocratiques et contre le droit de grève est quasi-total.
Début 2015, à l’initiative de Front Unique, une motion unanime du Bureau National de la FSU était adoptée pour exiger l’arrêt des procédures engagées contre le professeur de Poitiers : résolution aussitôt « oubliée » par la direction fédérale et jamais publiée. Le 1er juin, vote unanime du même Bureau National de la FSU pour interpeller publiquement le ministère au sujet de la répression au collège Bellefontaine : résolution jamais suivie d’effet.
Dans l’académie de Versailles, les militants du courant Front Unique ont demandé à la section académique du SNES de prendre position en défense des enseignants du collège Gay-Lussac et d’appeler à manifester devant le rectorat le jour du conseil de discipline : pas de réponse ni de réaction à ce jour !
Le contraste est saisissant entre ce mutisme quasi-total, concernant la répression visant des enseignants, et l’empressement que les dirigeants de la FSU et du SNES ont mis à imposer tout récemment, au mépris de leurs propres règles et mandats, la signature, par la fédération, d’un accord scélérat avec le gouvernement sur les « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR) – ce même accord, finalement minoritaire parmi les syndicats, dont Valls a déclaré ce matin qu’il s’appliquerait malgré tout !
La vérité est que c’est précisément pour éviter tout point de friction avec le gouvernement, toute source d’affrontement avec lui, que les dirigeants de la FSU et du SNES observent ce silence complice. Un silence que les syndiqués, les enseignants doivent briser.

La répression organisée par le ministère doit subir un coup d’arrêt

Les organisations syndicales ne sont pas la propriété de l’appareil qui les chapeaute : elles ont été créées précisément pour assurer la défense des travailleurs, et non pour garantir aux dirigeants leur strapontin au ministère. Les syndiqués, les militants syndicaux ne peuvent accepter que la répression s’abatte sans que leurs organisations n’organisent le combat.
En ce sens, le courant Front Unique invite tous les enseignants à s’adresser au SNES et à la FSU pour exiger qu’ils interpellent la ministre, publiquement et sans délai, pour exiger la levée de toutes les sanctions contre Oscar Roman et Gary Pham. Il appartient également aux dirigeants du SNES, organisation majoritaire, d’appeler à la constitution d’un Front Unique des organisations syndicales enseignantes afin de prendre toutes les initiatives nécessaires à la réalisation de cet objectif.

Le 30/9/2015

* * *

Commentaires de l’article
Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

11e jour de grève de la faim aujourd’hui pour Oscar et Gari.
On fait quoi pour les soutenir ?

Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

Il ne faut pas compter sur la FSU (qui a signé le PPCR) qui tient toujours un double discours, un devant le ministre et un autre aux militants. Elle nous trahit en permanence depuis 2012, rythme scolaires, obligations de services, loi Peillon, etc…
Il faut mobiliser la base et les syndicats non collabos de l’Education nationale, FO, CGT et SUD.

Front unique dénonce la répression des grévistes de l’EN et la bureaucratie syndicale

12e jour.
Il faut que chacun multiplie les appels, fax, courrieis, courriers, interpellations :

— à l’Education nationale (ministre, rectorat, inspection académique, petit chef du collège de Gay-Lussac…)
— aux partis politiques muets
— aux médias complices

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, lien vers le communiqué du courant Front Unique de la FSU, 30 septembre 2015 :

http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article147488

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas d’articles sur le Collège La Grande Saule de Falck. Et c’est bien dommage car la situation de cet établissement est très révélatrice de l’Omerta que l’administration de l’Education Nationale fait peser sur les situations de Harcèlement Moral Hiérarchique quelques menus dysfonctionnements sans importance. 😉

Vous pouvez néanmoins lire et écouter ci-dessous un reportage de 1 minute 40 qui aurait pu alimenter notre site.

Marie, Jeanne, et Philippe.

P.S. : Une grève de la faim ? C’est par ce biais que Roland VEUILLET a fini par obtenir la reconnaissance, par le Ministère, que sa hiérarchie était totalement à côté de la plaque et en dehors des clous, et qu’elle avait pratiqué l’abus d’autorité et l’arbitraire à ses dépens ! Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/01/30/roland-veuillet-7-la-victoire-dune-homme-dexception/

C’est navrant, mais pour se faire entendre, les enseignants doivent malheureusement en passer par des solutions extrêmes…

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Didier VINCENOT et reportage de Benoît BOUR, Séverine DANGIN et Alain BLANQUET, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 16 juin 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/16/falck-57-cinq-professeurs-en-greve-de-la-faim-748557.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

 

Certains enseignants et personnels du collège La Grande Saule à Falck, en Moselle en ont assez.

Leurs reproches vont vers la principale du collège et vers le rectorat.

Hier, à 16 heures, une ultime assemblée réunissant parents d’éléves, enseignants, représentants de la mairie s’est tenue.

Depuis décembre 2014, 40 courriers sont partis, et nombre de demande d’entretiens.

Assemblée générale. © Alain Blanquet - France Télévisions

© Alain Blanquet – France Télévisions Assemblée générale.

 

Côté rectorat, on se défend en invoquant cinq mesures déjà prises, comme des entretiens individuels menés en terme de GRH (Gestion des Ressources Humaines), l’écoute des risques psychos-sociaux, une enquête du Comité d’Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT).

Mais la situation semble dans l’impasse. Le départ suggéré de la principale ne semblant pas à l’ordre du jour.

Le véhicule des grévistes de la faim. © Alain Blanquet - France Télévisions

© Alain Blanquet – France Télévisions Le véhicule des grévistes de la faim.

Après l’assemblée, cinq enseignants ont pris la décision d’entamer une grève de la faim.
Ils donneront leurs cours normalement, et tiendrons leur action dans un camping-car prévu à cet effet et stationné devant l’établissement.

Reportage de Benoît Bour, Séverine Dangin et Alain Blanquet

 

Falck : grève de la faim au collège

Cinq enseignants ont décidé d’entamer une grève de la faim.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus, article de Didier VINCENOT et reportage de Benoît BOUR, Séverine DANGIN et Alain BLANQUET, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 16 juin 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/16/falck-57-cinq-professeurs-en-greve-de-la-faim-748557.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

L’Education Nationale exercerait-elle une justice à double vitesse ? La clémence pour les pédophiles ? Et un acharnement immoral contre des innocents ?

La question est régulièrement soulevée. Hier nous avons publié le billet du Proviseur Pierre FLEURISSON témoignant d’un véritable problème à ce sujet : « J’ai connu, dans l’exercice de mes fonctions, il y a une douzaine d’années, la « justice » rectorale bien plus indulgente avec un prof pédophile. C’est dire sa valeur. » (Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/03/31/le-lycee-victor-hugo-de-poitiers-1-une-sanction-orduriere/?preview=true&preview_id=6727&preview_nonce=65cecdb86c&post_format=standard).

Par ailleurs, l’actualité dramatique de l’Ecole du Mas de la Raz à Villefontaine, a suscité elle aussi des interrogations quant aux priorités des administratifs qui émargent au budget des Rectorats. Il semble plus important de mettre au pas des enseignants de qualité que de veiller à la protection des enfants. (Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/03/30/le-lycee-la-pleiade-de-pont-de-cheruy-1-et-pendant-ce-temps-on-laisse-les-enfants-se-faire-violer-traquer-les-dissidents-ou-les-pedophiles-il-faut-choisir/?preview=true).

De fait, si un professeur pédophile finit toujours (et parfois bien trop tard…) par être écarté de ses proies et mis hors d’état de nuire, un professeur alcoolique refusant de prendre en charge sa maladie aura souvent moins de comptes à rendre à sa hiérarchie qu’un enseignant ayant pour seul tort d’exercer son droit de grève et son droit d’expression. Y aurait-il quelque chose de pourri dans certains Rectorats ? Ou est-ce que ce ne sont que de légers dysfonctionnements sans grande importance ?  

Marie, Jeanne, et Philippe.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous article de Pierre FLEURISSON, 27 mars 2015, blog Billets doux.

http://bail.blog.lemonde.fr/2015/03/27/une-sanction-orduriere/

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

Une sanction ordurière

 

Le recteur de l’académie de Poitiers (classé « à gauche », pouah !) vient de s’illustrer. Il sanctionne durement Jean-François Chazerans, prof de philo au lycée Victor-Hugo de Poitiers accusé d’apologie du terrorisme, par une mutation d’office au lycée Jean-Moulin de Thouars. Rappelons que la justice saisie par le recteur Moret avait renoncé à toute poursuite après huit heures de garde à vue.

Reprenons : une famille poitevine avait accusé J.-F. Chazerans de propos d’apologie du terrorisme sur la foi de déclarations de son rejeton qui n’avait bien évidemment rien compris. Je connais personnellement J.-F. Chazerans pour avoir été son chef d’établissement. Je sais (pas : je crois) que ce qu’on lui reproche est à mille lieues de ce qu’il pense et de ce pourquoi il milite en tant que citoyen. Souvenons-nous aussi que le recteur prend seul sa décision, quelles que soient les délibérations de la commission paritaire de discipline. Il s’agit donc bien d’un règlement de comptes pour faire plaisir à ces familles de petits bourgeois qui peuplent le lycée de centre-ville avec la bénédiction silencieuse de la plupart des organisations politiques poitevines – dont le PS – qui n’ont pas dit un mot pendant toute la procédure. S’il vous manquait une dernière bonne raison de ne pas leur accorder votre voix dimanche, vous l’avez.

Comment peut-on justifier une mutation d’office qui dit clairement que le prof Chazerans est bien assez bon pour les fils de cheminots du lycée Jean-Moulin de Thouars quand il est indigne des petits bourgeois du « plateau » poitevin ? Comment les enseignants, tous les personnels, les lycéens, les parents de Victor-Hugo pourront-ils accepter une décision qui les déshonore par ricochet ? Pourquoi tant de hargne, de bêtise et de rigidité ? Parce qu’un recteur ne saurait se désavouer, évidemment.

Voilà ! C’est ignoble, infect, indécent : tout ce que vous voudrez. J’ai connu, dans l’exercice de mes fonctions, il y a une douzaine d’années, la « justice » rectorale bien plus indulgente avec un prof pédophile. C’est dire sa valeur.

Jean-François Chazerans organise une conférence de presse, demain à 15 heures, au café des Arts, place du marché à Poitiers.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus article de Pierre FLEURISSON, 27 mars 2015, blog Billets doux.

http://bail.blog.lemonde.fr/2015/03/27/une-sanction-orduriere/

************************************************************************************************* *************************************************************************************************