Archives de la catégorie ‘NP Neoprofs le forum qui censure les lanceurs d’alerte ?’

 

Le harcèlement,

si on n’en parle pas,

ça ne s’arrête pas.

 

 

 

 

C’est-pas-nous-qu’on-l’a-dit. C’est la Ministre de l’Education Nationale, Madame Najat VALAUD BELKACEM.

Le harcèlement, si on n’en parle pas, ça ne s’arrête pas. Découvrez & partagez le clip ! https://amp.twimg.com/v/be5f3b68-1345-4046-bf8c-2d8ff1c00b3c 

 

* * *

 

Bien sûr, le Ministère de l’Education Nationale n’a en tête qu’un seul but : le bien-être des petinenfans. C’est danlintérédézenfans qu’il agit, et contre les privilèges de ces saletés de profs jamais contents, toujours en grève et en vacances. Oui oui oui. Tutafé.

Mais comment croire que des hauts fonctionnaires qui organisent, encouragent et couvrent le Harcèlement Moral Hiérarchique contre les enseignants puissent accorder la moindre importance au harcèlement vécu par leurs élèves ? Soyons sérieux deux minutes, voulez-vous bien.

La campagne de lutte contre le harcèlement à l’école n’a pas les moyens de ses ambitions, comme le souligne Nora FRAISSE. Ce n’est qu’une manoeuvre de communication, une de plus. Et ce n’est pas un hasard si le Ministère a tenu à y associer Melissa THEURIAU plutôt qu’une personnalité plus discrète et moins superficielle comme le réalisateur Bertrand TAVERNIER, par exemple.

Merci à Mélissa Theuriau & ses équipes pour leur engagement contre le harcèlement ! pic.twitter.com/rkaEgi7oxr

 

* * *

La comm’ du Ministère de l’Education Nationale finira-t-elle par

se retourner contre lui

et contre ses propres pratiques de Harcèlement Moral Hiérarchique ?

Le harcèlement, si on n’en parle pas, ça ne s’arrête pas. Découvrez & partagez le clip ! https://amp.twimg.com/v/be5f3b68-1345-4046-bf8c-2d8ff1c00b3c 

* * *

Le harcèlement, si on n’en parle pas, ça ne s’arrête pas.

Qu’attendent les profs pour prendre la Ministre au mot ?

Diffuser et relayer les faits et les situations évoqués sur notre site et ailleurs.

Mettre au pied du mur les pseudo syndicalistes kollabos.

Nommer les chefaillons harceleurs et ceux qui couvrent leurs délits.

Prendre le contre-pied du brave mouton Mara GOYET qui-n’a-rien-vu-rien-entendu-rien-dit-et-que-ben-non-on-n’est-pas-en-Corée-du-Nord-tout-va-bien-arrêtez-votre-catastrophisme-le-H.M.H.-c’est-une-légende-urbaine-et-puis-moi-je-veux-vite-être-promue-hors-classe-alors-vous-comprenez…

C’est bien ce que notre Ministre nous demande de faire ?  

 

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, touitte de Madame Najat VALAUD BELKACEM, Ministre de l’Education Nationale, novembre 2015.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Le harcèlement, si on n’en parle pas, ça ne s’arrête pas. Découvrez & partagez le clip ! https://amp.twimg.com/v/be5f3b68-1345-4046-bf8c-2d8ff1c00b3c 

 

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, touitte de Madame Najat VALAUD BELKACEM, Ministre de l’Education Nationale, novembre 2015.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Nous, à Omerta au Rectorat, on ne pensait pas un jour citer un article du magazine people Closer. Mais ça nous met en joie, ça nous amuse, même, de voir que même la presse people se fait l’écho du fonctionnement très particulier du Ministère de l’Education Nationale. Répétons-le, encore et encore :

La lutte contre le harcèlement à l’école permet au Ministère de l’Education Nationale de

masquer le Harcèlement Moral Hiérarchique vécu par les adultes

au sein de l’institution scolaire.

C’est un écran de fumée très efficace.

Mais elle permet aussi au Ministère de

banaliser et de renforcer le dénigrement continu

et la remise en cause systématique

des enseignants.

Voir ici :

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/11/02/quand-un-harcelement-en-cache-un-autre-5-le-ministere-defend-sa-campagne-de-denigrement-des-profs/

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/11/01/quand-un-harcelement-en-cache-un-autre-4-la-video-du-ministere-qui-fait-passer-les-profs-pour-des-incapables/

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/31/quand-un-harcelement-en-cache-un-autre-3-la-video-du-ministere-qui-casse-du-prof/

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/29/quand-un-harcelement-en-cache-un-autre-2-une-video-qui-fait-polemique/

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/03/18/quand-un-harceelement-en-cache-un-autre/

* * *

Sans aller aussi loin que nous dans le constat pourtant purement factuel de cette question, le journal people Closer s’est fait l’écho de ce que quelques voix s’élèvent pour protester contre le fait que

le Ministère de l’Education Nationale

puisse faire la promotion d’un clip

qui caricature et dénigre ses propres agents

en les montrant du doigt comme

des incompétents assez crétins

sur les bords et au milieu.

* * *

 

Ce qui pourrait aussi nous réjouir, si tout cela n’était pas aussi sordide, c’est que le jour où la presse – et pourquoi pas aussi la presse people ? – s’emparera du sujet du H.M.M. dans l’E.N., à travers l’un ou l’autre cas particulier, parmi tout le beau monde, les pseudo-syndicalistes et les hauts fonctionnaires qui protègent les harceleurs, il y en aura un ou deux qui se retrouvera peut-être dans une position un peu délicate. Il ne sera pas mis à l’honneur comme l’a été en son temps le juge Fabrice BURGAUD, mais il risque de devoir assumer le fait d’avoir laissé faire, le fait d’avoir couvert des crapules, et le fait d’avoir potentiellement un peu de sang sur les mains. Tout ce beau linge, en attendant, fait la sourde oreille. Mais des preuves accablantes s’accumulent, et demain on pourra dire « Oui, ils étaient au courant ! »…

 

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous,article d’Elodie MANDEL, Closer, 2 novembre 2015 :

http://www.closermag.fr/people/politique/melissa-theuriau-et-najat-vallaud-belkacem-se-mettent-les-profs-a-dos-571690

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Melissa Theuriau et Najat Vallaud-Belkacem se mettent les profs à dos

Vidéo publiée le 02/11/2015 à 17h16
Adtech Ad

Quel est le point commun entre l’épouse de Jamel Debouze Mélissa Theuriau et la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem ? Les deux femmes ont choisi de lutter à leur manière contre le harcèlement à l’école… Mais leur film n’a pas convaincu les profs.

Victime de harcèlement scolaire lorsqu’elle était enfant, Mélissa Theuriau, journaliste et réalisatrice a choisi des années plus tard de prendre part au combat de Najat Vallaud-Belkacem qui a fait de la lutte contre le harcèlement l‘une de ses priorités. Un combat noble qui touche au plus près qui celle qui est la maman de deux enfants, Léon et Lila, avec le comédien et humoriste Jamel Debbouze.

Harcelée à l’école

A Psychologie Magazine, la jeune femme racontait en ces termes le mépris de ses petits camarades et l’appendicite qu’elle a finit par simuler pour tenter de faire cesser cet enfer. « Quand j’étais au collège, j’ai été mise en quarantaine par mes amies du jour au lendemain. Ca a été d’une grande violence », se souvient la compagne de Jamel Debbouze qui explique n’en avoir parlé à personne à l’époque. « Parce que j’avais honte, je ne voulais pas inquiéter mes parents ou qu’ils se sentent obligés de me défendre ». Lors de la présentation du clip, la jeune maman a tenu une nouvelle fois à partager une expérience qui toucherait 700000 enfants par an. Dans ce clip, on y voit un écolier roux être la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Dans le couloir, une camarade lui dit que ça doit s’arrêter, qu’il faut en parler. Il faut « faire sortir les victimes du silence, car tant qu’on n’en parle pas, le harcèlement ça dure », mais il faut aussi interpeller les témoins, a insisté la ministre tandis que la productrice Mélissa Theuriau a insisté sur « La situation de honte dans laquelle on peut être plongé empêche un enfant de parler, y compris au sein d’une famille ouverte et aimante ».

Le harcèlement, si on n’en parle pas, ça ne s’arrête pas. Découvrez & partagez le clip ! https://amp.twimg.com/v/be5f3b68-1345-4046-bf8c-2d8ff1c00b3c 

Merci à Mélissa Theuriau & ses équipes pour leur engagement contre le harcèlement ! pic.twitter.com/rkaEgi7oxr

Voir l'image sur Twitter Voir l'image sur Twitter

Le hic, c’est que dans un clip tourné par la journaliste Mélissa Theuriau pour lutter contre le harcèlement à l’école, on voit – selon les enseignants qui se sont sentis stigmatisés par le film – une enseignante acariâtre et caricaturale qui tourne le dos à ses élèves…. une image caricaturale selon les enseignants qui se sont plaint de l’image donnée de leur profession.

Mélissa Theuriau, «carte blanche» pour réaliser ce clip, a expliqué la ministre Najat Vallaud-Belkacem lors de sa conférence de presse sur le harcèlement, la semaine dernière, rapporte le Figaro sur son site.

La colère des profs

« Elle présente un exercice débile devant des élèves indifférents à son exercice (et on les comprend). Elle ne les regarde presque jamais, elle a le regard vide d’une hystérique, et elle ne sait pas faire cours », écrit ainsi l’enseignante Françoise Cahen. Le clip, parrainé par Disney doit être diffusé au cinéma et à la télévision le 5 novembre, mais déjà certains dénoncent l’erreur de comm de la ministre alors que les professeurs restent marqués par la réforme du collègue. Et d’ajouter « Quand je vois ça, je sens tout le mépris qu’il contient envers ma profession, et ça m’afflige complètement. La leçon de ce clip, destinée à la population: si vos enfants se font harceler en milieu scolaire, c’est bien sûr à cause de leur maîtresse, cette débile mentale qui ignore ses élèves, et même qui contribue activement à leur harcèlement (…) Je suis blessée par cette campagne qui nous méprise et nous salit »

Même son de cloche du côté de la Sgen-CFDT qui dénonce « avec la plus grande fermeté la caricature de l’enseignant véhiculée par la vidéo (…) De surcroît, elle est présentée elle-même comme harcelante ou blessante auprès de l’enfant victime, un comble. (…) Plus grave, l’unique recours proposé en cas de harcèlement est de se tourner vers un camarade. Nulle trace dans cette vidéo d’adulte responsable comme recours possible alors même que ce rappel constitue le quotidien de toutes les équipes pédagogiques des écoles afin que les conflits de toute nature se règlent, si nécessaire, avec l’aide d’un adulte. Que le ministère ignore le quotidien de ses agents et véhicule l’image caricaturale d’une profession malmenée est particulièrement regrettable. Cela érode encore davantage ce qu’il reste de la confiance entre les personnels et l’employeur public, et de la confiance des familles dans leur école. »

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus,article d’Elodie MANDEL, Closer, 2 novembre 2015 :

http://www.closermag.fr/people/politique/melissa-theuriau-et-najat-vallaud-belkacem-se-mettent-les-profs-a-dos-571690

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Depuis bientôt 3 ans nous travaillons bénévolement et sans bénéficier de la moindre décharge horaire (laissons la corruption aux Kakiboulonnes et autres faux-culs du SNES ou de l’UNSA) à dénoncer les méthodes de Harcèlement Moral Hiérarchique qui ont cours dans l’Education Nationale.

Ces méthodes ne sont pas nouvelles, et depuis toujours les gros syndicats jaunâtres les couvrent et leurs dirigeants kollaborationnistes en tirent profit. Oui, oui, ma bonne dame, ce sont souvent de véritables traîtres, des foutriquets à double jeu qui s’affichent à la tête de certains syndicats majoritaires, ça paraît dingue mais c’est comme ça ! On appelle ça le syndrome de la Kaporale Bouledogue ou de la KB accablante, en référence à une lideure syndicale nordiste « corrompue » jusqu’à la moelle des os, qui s’apprête à livrer sa région clefs en mains à ceux qu’elle prétend combattre par ailleurs.

Depuis quelques temps, le mouvement de violence et de mise au pas dirigé contre le personnel de l’Education Nationale s’amplifie et s’organise, sur le modèle des méthodes ultralibérales des managementeurs des entreprises privées. Ces méthodes ont fait leurs preuves un peu partout dans le monde. Et en France, elles passent très bien si l’on ne tient pas compte de quelques dévoilements malvenus et de maladroites médiatisations provoquées par de mauvais Français, chez Orange, chez Renault, à La Poste, et dans de grands groupes de la distribution.

Sur le forum neoprof, ils sont nombreux à avoir voulu témoigner du H.M.H. que subissait un collègue, un cousin, ou un de leurs anciens professeurs. Las ! Les chiens de garde ont toujours veillé sur neoprof, dont le bigue bosse John-jaune-jaune a toujours tenu à entretenir l’Omerta, n’hésitant pas à censurer et à bannir quiconque oserait essayer de soulever le couvercle de la marmite en alertant le monde enseignant sur l’ampleur du phénomène et de ses dégâts (par « phénomène », nous parlons bien du H.M.H., pas de l’indéboulonnable faux-derche-en-chef du SNES nordiste).

Impossible de témoigner sur le forum neoprofs de la réalité du Harcèlement Moral Hiérarchique. C’est tabou, ça n’existe pas, et les chefs d’établissements sont tous de braves types. Surtout s’ils sont syndiqués à la FSU ou à l’UNSA. Circulez, y’a rien à voir ! Et puis, et puis… la réforme du collège est passée par là. Les professeurs se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas la main. Que quelque chose était en train de leur échapper. Que toute résistance semblait dérisoire, inutile, suicidaire face à l’organisation du camp d’en face, celui de leur propre administration. Tout cela va un peu trop loin, semblent se dire tels et tels habitués de neoprofs. Et quelques langues ont commencé, timidement à se délier. Oh ! Les administrateurs, les modérateurs et les médiateurs du forum ont vite banni ces révolutionnaires au couteau entre les dents, afin qu’ils ne puissent s’exprimer. Et puis, et puis… malgré tout… ici et là… tout doucement… timidement… on commence sur neoprofs à aborder le début d’un soupçon de mise en oeuvre d’un semblant de ce qui pourrait vaguement ressembler à une prise de conscience.  Il est sans doute trop tard. Le temps que le taulier Cripure réalise comment l’intersyndicale l’a embobiné et trahi, et la peau de l’ours sera tannée, vendue et revendue… 😉

Jeanne, Marie, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, fil lancé par Lefteris, 1er novembre 2015, forum neoprofs :

http://www.neoprofs.org/t96406-la-conduite-du-changement-ou-le-management-d-entreprise-applique-a-l-ecole#3356828

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Lefteris le Dim 1 Nov 2015 – 20:17

Pour ceux qui auraient hiberné quelques temps et pas encore saisi la mutation de l’école et les objectifs et techniques de la réforme, il est intéressant de comparer la technique de « conduite du changement » des entreprises, qui part d’une décision supérieure (forcément bonne, au point qu’il faut nécessairement que tous en soient convaincus) et « implique les acteurs » de base, qui vont devoir mettre en œuvre ce changement par un système de management transversal.

Voir par exemple ici :

http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/management/conduite-du-changement/la-conduite-du-changement-en-5-etapes-cles-8390.php

ou ici

http://www.journaldunet.com/management/dossiers/040538changement/conseils.shtml

Ensuite, on lit avec profit le document de l’ESEN, où même la phraséologie est identique.

http://www.esen.education.fr/fileadmin/user_upload/Modules/Ressources/Themes/management/note_1_conduite_changement.pdf

Dans l’optique de ce qui se met en place pour la préparation de la réforme, on y lit entre autres des choses fortes intéressantes, sur la manipulation par l’utilisation des « leaders » (page 13), après l’inévitable couplet sur la conviction des personnels « de base ».

On y comprend aussi que le tableau de repérage de la typologie des résistances, pointé du doigt ici, et présenté comme une simple « maladresse », n’en est pas une du tout, et que c’est même au fondement de la méthode. (p. 14).

Plus inquiétant, on relève aussi la volonté très claire de s’écarter totalement de l’esprit de la fonction publique pur parvenir à ses fins. On conseille en effet de s’entourer de gens intuitu personae, c’est-à-dire en réalité selon le fait du prince, selon. Or, dans les recours en excès de pouvoir, la mise en évidence d’une mesure intuitu personae est un moyen de droit, la FP reposant sur le statut des personnels recrutés et l’égalité de traitement entre fonctionnaires (p. 13).

Il y a encore beaucoup à dire, mais cet échantillon permet quand même d’avoir un aperçu.
Evidemment, toutes ces méthodes brutales sont enveloppées de précautions oratoires, de citations, d’un habillage « scientifique ». Mais derrière, appliquons tout ça à l’école et faisons un effort d’imagination …

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος (« je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ») (Ν. Kazantzakis)

Mercatores paedagogique Reipublicae scholam necaverunt

(A la demande d’un membre, traduction :  « marchands et pédagogistes ont tué l’école de la République »)

Lefteris
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Ashtrak le Dim 1 Nov 2015 – 20:45

 

Je ne vais pas m’amuser à expliquer les nombreux contresens que tu fais. Ce serait un peu long. J’en note simplement quelques uns :
– Contresens sur « résistance au changement »,
– contresens sur « l’utilisation des leaders »,
– contresens sur « intuitu personae »,
– contresens sur « personnel de base »,
ce qui est déjà pas mal dans un texte aussi court. La phrase que j’ai mise en gras est, selon moi, surprenante : connaissant le texte et lisant ce que tu écris, je me demande qui veut manipuler qui, in fine ?

De plus, il serait bon de noter que le document ci-dessous est un simple article relatif à la conduite du changement dans les organisations et non un article sur le changement dans l’éducation nationale (il vaut mieux prévenir les lecteurs qui pourraient s’attendre à être scandalisés, qu’ils vont être déçus  Very Happy ). Il fait un état des lieux des recherches sur le sujet, c’est tout.

@Lefteris a écrit:

Ensuite, on lit avec profit le  document de l’ESEN, où même la  phraséologie est identique.

http://www.esen.education.fr/fileadmin/user_upload/Modules/Ressources/Themes/management/note_1_conduite_changement.pdf

Dans l’optique de ce qui se met en place pour la préparation de la réforme, on y lit  entre autres des choses fortes intéressantes, sur la manipulation par l’utilisation des « leaders » (page 13), après l’inévitable couplet sur la conviction des personnels « de base ».

On y comprend aussi que le tableau  de repérage de la  typologie des résistances,  pointé du doigt ici, et présenté comme  une simple « maladresse », n’en est pas une du tout, et que c’est même au fondement de la méthode. (p. 14).

Plus inquiétant, on relève aussi la volonté très claire de s’écarter totalement   de l’esprit de la fonction publique pur parvenir à ses fins.  On conseille en effet de s’entourer  de gens intuitu personae, c’est-à-dire en réalité selon le  fait du prince, selon. Or, dans les recours en excès de pouvoir, la mise en évidence  d’une mesure intuitu personae  est un moyen de droit, la FP reposant sur le statut des personnels recrutés et l’égalité de traitement entre fonctionnaires (p. 13).

Il y a encore beaucoup à dire, mais cet échantillon permet quand même d’avoir un aperçu.
Evidemment, toutes ces méthodes  brutales sont enveloppées de précautions oratoires, de citations, d’un habillage « scientifique ». Mais derrière, appliquons tout ça à l’école et faisons un effort d’imagination …

_________________
Un âne dit toujours ce qu’il pense : hi-han !

Ashtrak
Habitué(e) du forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par may68 le Dim 1 Nov 2015 – 20:53

Merci !

Dire qu’on veut effectivement nous faire croire que c’était une erreur ou une maladresse d’un inspecteur ! No

may68
Fidèle du forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Lefteris le Dim 1 Nov 2015 – 22:12

@Ashtrak a écrit:Je ne vais pas m’amuser à expliquer les nombreux contresens que tu fais

Ben ne t’amuse pas, tu perdrais ton temps, d’autant que je poste pour éveiller un peu les esprits, pas pour me lancer dans des fils logorrhéiques.
D’autant que le 3ème document que je cite, tu ne l’as visiblement pas lu. C’est bien un document de formation de l’ESEN, et à quoi servirait-il si ce n’était pour singer les  procédés managériaux ?
Et si l’on veut ergoter Il y a d’ailleurs des pages entières de la même farine  comme là  (âmes sensible s’abstenir, rien que le titre : »Vers le leadership au service du management public : favoriser l’émergence des compétences collectives  »   )

Quant à l’intuitu personae,  quant tu auras été autant confronté à la  procédure administrative que moi (qui fus aussi cadre de la FP, je suis un accident de parcours), tu sauras peut-être de quoi il retourne. Rolling Eyes

Bref, à chacun de juger des orientations prises et de sa volonté de subir ça ou non. Car tel est le propos, rien d’autre.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος (« je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ») (Ν. Kazantzakis)

Mercatores paedagogique Reipublicae scholam necaverunt

(A la demande d’un membre, traduction :  « marchands et pédagogistes ont tué l’école de la République »)

Lefteris
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Pat B le Dim 1 Nov 2015 – 22:50

Je ne peux qu’être d’accord avec Lefteris. Il y a un réel changement à l’oeuvre dans les méthodes de management employées dans l’éducation nationale. Et ce changement est foncièrement contraire à nos valeurs, il me semble. Et potentiellement contreproductif.

Mais c’est vrai que j’ai un point de vue peut-être à part. J’ai eu autrefois une formation d’ingénieur généraliste, assez poussée en management et conduite de projet. j’y ai entendu des choses qui m’ont mise mal à l’aise (à 20 ans j’étais trop jeune pour être vraiment choquée, je manquais de recul, comme tous mes condisciples), d’autres qui m’ont paru bonnes. En tout cas, cette formation m’a vraiment marquée, et une fois dans l’enseignement je me suis surpris à analyser les méthodes de management employées, à trouver des similitudes, des différences, avec ce qu’on m’avait présenté. Habitude qui m’a repris tout récemment suite à un changement de direction que je vis très mal dans mon collège.

Mais bref. Je ne vais pas vous faire un cours sur la management, ça remonte à trop loin et je suis loin d’être experte dans le domaine. Simplement, deux choses :

– quand j’ai débuté, les méthodes de management employées dans les deux collèges où j’enseignais (ailleurs, j’en sais rien !) m’évoquaient le modèle qu’on nous avait présenté comme étant d’inspiration japonaise (utilisé par Toyota à Valencienne… enfin, je crois) : on réunit les employés (de toute profession, de l’ouvrier au cadre en passant par les techniciens de service), dans un immense bâtiment vide, et on leur dit « voici les objectifs à atteindre, à vous de vous organiser comme vous le voulez, vous avez carte blanche ». Et ils créent l’entreprise, de A à Z, ils en sont partie prenante. Points fort : cohésion d’équipe, confiance, autonomie et responsabilité réelle, fort attachement à l’entreprise, envie de s’investir…. Ce modèle, je l’ai adoré et j’ai été ravie de le retrouver plus ou moins en oeuvre dans l’éducation nationale.

– actuellement, je retrouve les autres styles qu’on nous avait présentés (et qu’on retrouve dans le doc cité), qui sont donnés comme plus conforme à la mentalité française selon mes formateurs. Tout est basé sur des rapports de force (patronat-syndicat), dominant/dominé, de la comm’ qui n’est autre que des techniques de manipulation : on doit faire passer des idées, convaincre les subordonnés d’appliquer telle ou telle méthode même si ce n’est pas dans leur intérêt propre, ce sont les supérieurs qui décident de ce qui est dans l’intérêt de l’entreprise et tous les moyens sont bons pour faire passer leur décision dans les habitudes : passage en force (on change tous les outils de travail sans crier gare, les gens sont forcés de s’adapter, c’est ça ou la démission), manipulations plus ou moins discrètes (il faut convaincre les subordonnés que c’est la meilleure chose à faire, éventuellement en leur demandant de participer, de donner leur avis, mais en faisant en sorte que celui-ci colle avec ce que la hiérarchie a décidé). Il y a aussi plein de choses à savoir sur comment repérer les leaders (potentiellement négatifs) et les « neutraliser » en leur donnant des responsabilités, sur qui s’appuyer et comment neutraliser les résistances, comment faire passer un changement petit à petit sans trop en dévoiler à la fois… Seuls les dirigeants savent où ils veulent en venir et pourquoi ; dans le meilleur des cas on présente l’objectif aux subordonnés avec une comm efficace pour qu’ils n’aient pas d’autre choix que d’adhérer à l’objectif… et, dans la foulée, aux moyens.
Ce mode de management est courant dans les entreprises privées, et prend de plus en plus d’importance dans les services publics (en, gros, depuis qu’on a décidé qu’ils devaient être aussi rentables qu’une entreprise privé, on s’est mis en tête d’appliquer les mêmes méthodes qui font tant de dégâts). Effet néfastes : la cohésion d’équipe n’est plus valorisée, c’est plutôt la mise en concurrence ; exit la confiance, exit l’autonomie et la responsabilisation (alors mêmes que les communicants prétendent le contraire !), exit la transparence, exit la recherche du bien commun, c’est le chacun pour soi et l’individualisme, il faut se mettre en valeur…

Depuis que mon collège a basculé dans ce mode de management, je le vis mal. Et je m’aperçois aujourd’hui que c’est une tendance générale dans le monde de l’éducation nationale. Et pour moi c’est dramatique.

Après, ils oublient une chose : la notion de service public, de dévouement, de vocation, qui font que leur modèle d’explication des « résistances au changement » n’est pas applicable. ils oublient aussi qu’ils ont affaire à des personnes de niveau bac + 5, capables de plus de discernement et d’esprit critique que l’employé lambda auxquels ils font allusion, capables de s’informer et de choisir leur camp en connaissance de cause.

Et j’espère vraiment qu’on arrivera à renverser cette tendance…


Pat B
Niveau 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Lefteris le Dim 1 Nov 2015 – 23:22

@Pat B a écrit:

Et j’espère vraiment qu’on arrivera à renverser cette tendance

C’est l’objet de ce genre de fil : faire sonner le réveil.

Pour ce que tu dis avant, c’est exactement la méthode de la réforme : mentir, ne pas tout dire, faire croire que c’est de l’intérêt de tout le monde alors que d’autres objectifs bien moins reluisants ou avouables sont visés.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος (« je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ») (Ν. Kazantzakis)

Mercatores paedagogique Reipublicae scholam necaverunt

(A la demande d’un membre, traduction :  « marchands et pédagogistes ont tué l’école de la République »)

Lefteris
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par kamasolou le Dim 1 Nov 2015 – 23:43

Pourtant, d’après quelques amis bossant dans le privé (mais pas forcément représentatifs de tous les secteurs privés), ils en reviennent de ces méthodes managériales qu’on voit arriver dans l’EN. Après des années d’application dans le privé, on a pu constater les dégâts désastreux sur l’estime de soi, l’investissement personnel et donc la productivité des « salariés de base » (dont on fait peu de cas), mais aussi des cadres (et là c’est tout de suite plus embêtant). Comme d’habitude, le public est en retard par rapport au privé, et surtout n’en retient pas les leçons.
Qu’espèrent-ils avec nous, salariés plus « éduqués » qu' »éducables » ? Qu’on va gentiment se laisser berner par cette com surfaite ?

kamasolou
Niveau 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Ronin le Dim 1 Nov 2015 – 23:47

Ben ça marche avec pas mal de collègues quand même.
_________________

Ronin
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par kamasolou le Dim 1 Nov 2015 – 23:51

@Ronin a écrit:Ben ça marche avec pas mal de collègues quand même.

Pas longtemps, je pense… Et puis on va bien s’appliquer à tout dézinguer Twisted Evil
Le prof a horreur d’être pris pour un c**


kamasolou
Niveau 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Pat B Hier à 9:17

@kamasolou a écrit:Pourtant, d’après quelques amis bossant dans le privé (mais pas forcément représentatifs de tous les secteurs privés), ils en reviennent de ces méthodes managériales qu’on voit arriver dans l’EN. Après des années d’application dans le privé, on a pu constater les dégâts désastreux sur l’estime de soi, l’investissement personnel et donc la productivité des « salariés de base » (dont on fait peu de cas), mais aussi des cadres (et là c’est tout de suite plus embêtant). Comme d’habitude, le public est en retard par rapport au privé, et surtout n’en retient pas les leçons.
Qu’espèrent-ils avec nous, salariés plus « éduqués » qu' »éducables » ? Qu’on va gentiment se laisser berner par cette com surfaite ?

A mon avis, le « public » n’ayant pas vraiment la culture de ce type de management, ils le découvrent tout juste, et s’emparent des outils qu’on leur présente sans prendre de recul, dans leur envie d’imiter le privé. Je pense qu’ils ont un vrai problème de formation, qu’on ne leur présente qu’une seule technique de management, celle qu’ils appliquent en ce moment (j’avais au moins eu la chance de pouvoir mettre plusieurs modèles en concurrence, de choisir celui auquel je croyais, peu importe qu’il soit présenté comme japonais… et de fuir vers le public puisqu’on me disait qu’il n’existait presque nulle part dans le privé, puisque les cadres et chefs d’entreprise du privé ne croyaient pas à ce modèle trop aux antipodes de leurs traditions). Les méthodes de management actuelles visent à renforcer l’autorité du chef, ses pouvoirs réels ou supposés, et à créer davantage de soumission en cassant la cohésion d’équipe. Or, dans l’enseignement, on sait tous à quel point la cohésion d’équipe est vitale.
Les défenseurs de ce mode de management mettent en avant le fait qu’il faut « un seul maître à bord du navire » pour avancer (c’est ce que m’a sorti le directeur de l’OGEC lorsque je lui ai expliqué ce que je pensais des méthodes de management du nouveau directeur qu’ils ont nommé), que le chef doit donner le cap et les subordonnés doivent suivre… Mais ils semblent ne pas avoir conscience des effets délétères en terme de motivation et de cohésion. Dans un service public, le dévouement des personnes est une notion important, et dans l’enseignement il faut impérativement une vraie cohésion d’équipe, sincère, face à la classe ; et pas une obéissance aveugle à l’autorité (qu’ils n’obtiendront jamais et ne sera qu’apparente pour ceux qui veulent fuir les ennuis… on perd toute sincérité, toute confiance, tout n’est plus que comédie, et faut faire gaffe à ce qu’on dit pour pas être dénoncé… je suis en train de vivre une telle transformation des mentalités dans mon établissement que ça fait peur).

Bref, il faut avoir conscience de ce qui se passe, et absolument arriver à faire jouer les solidarités d’équipe contre cette réforme. Or celle-ci est en train de diviser, de créer des clivages qui font énormément de dégâts. Comme dit Ronin, il y a trop de collègues qui se laissent embrigader sans remettre en question, sans prendre de recul… Alors, certes, on peut croire sincèrement au bien fondé de certains points de cette réforme (AP ou EPI), mais il faut se rendre compte qu’on empiète sur la liberté pédagogique, comme on l’a fait dans le primaire depuis longtemps, et que c’est inadmissible; et baisser le niveau global depuis toutes ces années est lamentable. Quand a-t-on décidé qu’il fallait mettre la priorité sur le bien-être des gosses (objectif illusoire mais ça plaît aux parents) et non sur les choses à enseigner ?
Il faut que les gens se rendent compte de ce qu’il y a dans cette réforme, qu’ils sachent d’où viennent ces idées d’évaluation par compétence et d’interdisciplinarité : du monde de l’entreprise. Ce qui prime c’est de mettre l’école au service des entreprises et non de la formation du citoyen. Or, si l’école doit affectivement former des ouvriers, techniciens, cadres, médecins, elle doit aussi et avant tout former des citoyens… Qui a décidé du contraire ?
Il faut surtout qu’on diffuse largement les idées québecoises qui expliquent pourquoi ça ne marche pas de fonctionner comme ça.

Edit : bon, en fait, quand je parle de manque de recul, d’insuffisante formation des cadres et cde… des fois on pourrait se demander si l’objectif réel ne serait pas de démolir la fonction publique… mais ce serait de la paranoïa… ou pas ?

Dernière édition par Pat B le Lun 2 Nov 2015 – 10:24, édité 1 fois


Pat B
Niveau 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Lefteris Hier à 9:52

@Pat B a écrit: Les méthodes de management actuelles visent à renforcer l’autorité du chef, ses pouvoirs réels ou supposés, et à créer davantage de soumission en cassant la cohésion d’équipe.

Exactement , et tout en faisant croire le contraire , en détournant des mots comme « responsabilisation » (pour faire semblant de déléguer des décisions déjà prises et de « cohésion », alors que le système managérial repise sur l’idée de « mérite », qui en choisissant un individu dans un groupe crée une concurrence féroce, même si parfois elle est feutrée. Et démotive beaucoup d’autres, qui n’aiment pas se vendre, se mettre en avant, et jettent l’éponge dans cette compétition interne (avancements, mutations, primes de résultats…).

on perd toute sincérité, toute confiance, tout n’est plus que comédie, et faut faire gaffe à ce qu’on dit pour pas être dénoncé… je suis en train de vivre une telle transformation des mentalités dans mon établissement que ça fait peur.

Sans compter les fayots qui ont compris les codes, qui savent ce qu’on attend d’eux, et qui anticipent en réunion. Hâbleurs, flagorneurs, tels les sénateurs romains anticipant les caprices de Néron ou Domitien.

Il faut que les gens se rendent compte de ce qu’il y a dans cette réforme, qu’ils sachent d’où viennent ces idées d’évaluation par compétence et d’interdisciplinarité : du monde de l’entreprise. Ce qui prime c’est de mettre l’école au service des entreprises et non de la formation du citoyen.

Voilà, c’est ça. Maintenant, normalement, tout le monde a compris. Le problème, qui rejoint celui évoqué plus haut, c’est que le système est construit pour octroyer des morceaux de gras à certains, qui vont donc être de zélés serviteurs, se déclarer pour et trouver des justifications, afin d’être bien servis. Je sais d’expérience , hélas, qu’on peut faire faire n’importe quoi à certaines personnes, sans états d’âme, en échange de quelques avantages, voire simplement l’apparence de la considération.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος (« je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ») (Ν. Kazantzakis)

Mercatores paedagogique Reipublicae scholam necaverunt

(A la demande d’un membre, traduction :  « marchands et pédagogistes ont tué l’école de la République »)

Lefteris
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Carnyx Hier à 10:02

Ce qui a toujours existé ce sont les « rapporteurs » mais aujourd’hui ils sont encouragés par le système ! Ces braves gens qui vont pleurer chez le chef parce que vous refusez les « devoirs  communs », les « projets » ou autres bidules… et que, décidemment, vous ne travaillez pas en équipe !
(D’ailleurs j’attends toujours qu’on m’explique les avantages des devoirs communs. heu)
_________________
Et d’ailleurs aucune question ne peut plus être posée sur quoi que ce soit, du moment que l’on a établi la victimisation, la diabolisation ou l’ostracisme de ce que l’on entend protéger contre les attaques.

Carnyx
Habitué(e) du forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Ashtrak Hier à 10:09

@Lefteris a écrit:

@Ashtrak a écrit:Je ne vais pas m’amuser à expliquer les nombreux contresens que tu fais

Ben ne t’amuse pas, tu perdrais ton temps, d’autant que je poste pour éveiller un peu les esprits, pas pour me lancer dans des fils logorrhéiques.
D’autant que le 3ème document que je cite, tu ne l’as visiblement pas lu. C’est bien un document de formation de l’ESEN, et à quoi servirait-il si ce n’était pour singer les  procédés managériaux ?

Si si je l’ai lu. Et c’est bien un article sur l’état de la recherche sur la conduite du changement. Ce n’est en rien un article sur la conduite du changement dans l’école. Après, ce qu’en fait le ministère, c’est autre chose. Mais à blâmer le management, tu te trompes de cible (encore une fois).

@Lefteris a écrit:
Quant à l’intuitu personae,  quant tu auras été autant confronté à la  procédure administrative que moi (qui fus aussi cadre de la FP, je suis un accident de parcours), tu sauras peut-être de quoi il retourne. Rolling Eyes

Tu confirmes le contresens. Tu as utilisé cette notion en tant que cadre de la FP. Or l’article ne parle pas de l’intuitu personae comme élément de procédure administrative. Mais bon, j’imagine que ton passé de cadre de la FP te fais fonctionner comme le ministère : tordre les concepts pour les faire rentrer dans ce que l’on veut.

@Lefteris a écrit:
Bref, à chacun de juger des orientations prises et de sa volonté de subir ça ou non. Car tel est le propos, rien d’autre.

Ca je suis entièrement d’accord. Mais ce n’est pas la conduite du changement en tant que problématique de management qu’il faut accuser de tous les maux. C’est assez exaspérant de voir des théories interprétées avec autant de mauvaise foi. De plus, cela ne sert sûrement pas le propos car il est facile de démonter l’argumentaire.

Et je rappelle, s’il le faut, que je suis contre la réforme et que je trouve les principes mis en exergue totalement inadaptés à la FP.

_________________
Un âne dit toujours ce qu’il pense : hi-han !

Ashtrak
Habitué(e) du forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par kamasolou Hier à 10:31

Ce qu’on peut constater dans ces méthodes managériales, c’est pas seulement qu’elles commencent à faire de sérieux ravages dans les salles des profs (ça, globalement, tout le monde s’en fiche à part nous), mais aussi que les « cadres » en sont les premières victimes. Les personnels de direction ont vraiment une position intenable, ils sont soumis à des pressions énormes de la part de leur propre hiérarchie, ils sont fliqués de toutes parts. Ex de mon PA : ex-cadre d’une grande entreprise publique, il a mis en oeuvre dans sa carrière des plans sociaux extrêmement médiatisés et conflictuels, et pensait peut-être trouver une relative tranquillité dans l’EN. Je me rappelle il y a 3 ans, il était motivé par sa nouvelle carrière, voulait mettre en place des tas de trucs… Et là, je le vois les épaules basses, désabusé mais réduit au silence, portant le poids de ce qu’on lui impose de faire et soumis au CDE zélé autoritaire. Impossible pour les perdirs d’en parler librement comme nous le faisons en salle des profs ou ici. Pour certains, ça doit être vraiment très pesant. Par pour tous, hein, et puis ça n’excuse pas certains comportements (j’en sais quelque chose vu les relations très conflictuelles que j’ai avec mon CDE).

kamasolou
Niveau 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Pat B Hier à 10:33

@Ashtrak a écrit:

@Lefteris a écrit:

@Ashtrak a écrit:Je ne vais pas m’amuser à expliquer les nombreux contresens que tu fais

Ben ne t’amuse pas, tu perdrais ton temps, d’autant que je poste pour éveiller un peu les esprits, pas pour me lancer dans des fils logorrhéiques.
D’autant que le 3ème document que je cite, tu ne l’as visiblement pas lu. C’est bien un document de formation de l’ESEN, et à quoi servirait-il si ce n’était pour singer les  procédés managériaux ?

Si si je l’ai lu. Et c’est bien un article sur l’état de la recherche sur la conduite du changement. Ce n’est en rien un article sur la conduite du changement dans l’école. Après, ce qu’en fait le ministère, c’est autre chose. Mais à blâmer le management, tu te trompes de cible (encore une fois).

@Lefteris a écrit:
Quant à l’intuitu personae,  quant tu auras été autant confronté à la  procédure administrative que moi (qui fus aussi cadre de la FP, je suis un accident de parcours), tu sauras peut-être de quoi il retourne. Rolling Eyes

Tu confirmes le contresens. Tu as utilisé cette notion en tant que cadre de la FP. Or l’article ne parle pas de l’intuitu personae comme élément de procédure administrative. Mais bon, j’imagine que ton passé de cadre de la FP te fais fonctionner comme le ministère : tordre les concepts pour les faire rentrer dans ce que l’on veut.

@Lefteris a écrit:
Bref, à chacun de juger des orientations prises et de sa volonté de subir ça ou non. Car tel est le propos, rien d’autre.

Ca je suis entièrement d’accord. Mais ce n’est pas la conduite du changement en tant que problématique de management qu’il faut accuser de tous les maux. C’est assez exaspérant de voir des théories interprétées avec autant de mauvaise foi. De plus, cela ne sert sûrement pas le propos car il est facile de démonter l’argumentaire.

Et je rappelle, s’il le faut, que je suis contre la réforme et que je trouve les principes mis en exergue totalement inadaptés à la FP.

Je ne suis pas convaincue. Oui, la réforme est mauvaise en tant que telle et il faut la combattre, c’est ce qui prime. Mais il y a aussi une évolution des techniques de management, que personnellement je ressens nettement (pensez aussi à la prime mise en place pour les recteurs les plus « obéissants » sous l’ère sarko), chez nous comme dans d’autres services publics, comme ça a aussi été le cas dans d’ex-entreprises publiques (F Télécom). Je conçois bien que c’est quelque chose d’assez insensible pour ceux qui n’ont pas de recul sur ces choses-là, et ça dépend aussi certainement de ce qu’on ressent, chacun, dans nos établissements (selon le zèle ou pas de nos cde à suivre ces méthodes).
Bref, le cœur du problème c’est la réforme, c’est clair, mais il ne fait pas négliger pour autant cette évolution des pratiques qui nous rapproche des modes de fonctionnement du privé (parce que toutes ces recherches en matière de pratique du changement ont été fait à l’origine pour des entreprises… et le but est bien « comment faire passer un changement, de gré ou de force »).

Et je rejoins kamasolou, la position des cde, sous-chefs et autres cadres peut vite devenir intenable.


Pat B
Niveau 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Ashtrak Hier à 11:36

@Pat B a écrit:

@Ashtrak a écrit:Mais ce n’est pas la conduite du changement en tant que problématique de management qu’il faut accuser de tous les maux. C’est assez exaspérant de voir des théories interprétées avec autant de mauvaise foi. De plus, cela ne sert sûrement pas le propos car il est facile de démonter l’argumentaire.

Et je rappelle, s’il le faut, que je suis contre la réforme et que je trouve les principes mis en exergue totalement inadaptés à la FP.

Je ne suis pas convaincue.
[…]
Bref, le cœur du problème c’est la réforme, c’est clair, mais il ne fait pas négliger pour autant cette évolution des pratiques qui nous rapproche des modes de fonctionnement du privé (parce que toutes ces recherches en matière de pratique du changement ont été fait à l’origine pour des entreprises… et le but est bien « comment faire passer un changement, de gré ou de force »).

Justement non, le but de la conduite du changement en théorie managériale n’est pas « comment faire passer un changement, de gré ou de force ». Présenté ainsi, on a l’impression que le but est de valider n’importe quelle lubie de la direction et de forcer les pauvres « acteurs de base » à suivre le bon vouloir du patron ; comme au temps des privilèges.
Le changement, en théorie managériale est imposé par les fluctuations de l’environnement (économique, juridique ou social). Il faut donc l’accompagner.

Tout le problème est à mon avis là : pourquoi imposer cette réforme ? Quelle variation de l’environnement (social ou économique puisque le juridique est moins important dans ce cas) commande au ministère de l’imposer (pour le coup de « gré ou de force ») ? Il me semble que la réponse a déjà été donnée par de nombreux intervenants : la variation réelle est relative à l’économique (faire des économies) MAIS le ministère utilise une variation sociale (s’adapter aux nouveaux publics, donner des diplômes à tout le monde, éviter l’ennui, etc.) pour faire avaler la réforme. C’est cette prémisse qu’il faut combattre et non la théorie. Vous vous trompez de cible !

_________________
Un âne dit toujours ce qu’il pense : hi-han !

Ashtrak
Habitué(e) du forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Pat B Hier à 20:04

Bien sûr, le changement est en réponse à un stimulus externe. il n’empêche que toute la théorie de conduite du changement vise à trouver les moyens de faire passer la pilule et d’appliquer les choix venus d’en haut. Les techniques de management employées vont dans ce sens. C’est le haut de la pyramide qui décide et la base doit suivre, de gré ou de force. Un autre moyen aurait été de dire « on a telle contrainte de l’extérieur (contrainte clairement mise en évidence et non factice !), que proposez-vous pour s’y adapter, et là les solutions venaient de la base… Ou qu’on nous laisse le choix entre plusieurs solutions ? Qu’on consulte au moins des profs, peut-être des inspecteurs, et non des spécialistes auto-proclamés…

Mais je te rejoins, il y a effectivement le problème de la « cause » du changement, qui en l’occurrence est cachée (parce que non avouable ? faire des économies, suivre les normes européennes imposées par des lobbies plus ou moins clairs, probablement ultralibéraux/patronaux ? Cacher la faillite du système au primaire ? Et non pas, ou pas seulement, s’adapter à un nouveau public). Mais il y a aussi ce management pyramidal qui devient nettement sensible et que je supporte très mal.
(après, peut-être qu’il y en a toujours eu un peu, et qu’on ne le sent que parce que cette fois-ci tout va trop vite et dans le mauvais sens ?)


Pat B
Niveau 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Lefteris Hier à 21:01

@Pat B a écrit:Bien sûr, le changement est en réponse à un stimulus externe.

par exemple une volonté considérée comme supérieure, comme les oukazes extérieures devant lesquelles nos politicards baissent le froc.

il n’empêche que toute la théorie de conduite du changement vise à trouver les moyens de faire passer la pilule et d’appliquer les choix venus d’en haut. Les techniques de management employées vont dans ce sens. C’est le haut de la pyramide qui décide et la base doit suivre, de gré ou de force.

Résumé simple et évident. Pour la bonne conscience, on essaye de faire croire au gens que c’est « de gré », et en les « impliquant », on réduit les risques de contestation. Comment contester ce qu’on a « co-créé »?

Il faut aussi quand même ajouter un mot sur le « manager ». celui qui accepte est soit pris à la gorge, dans un système où lui même est managé, soit individuellement intéressé. Pourquoi, dans les administrations comme dans les entreprises (même si les sommes sont moindres) , les primes de « résultats » (c’est-à-dire de réduction des dépenses, faire travailler plus les gens) sont -elles de plus en plus grosses pour ceux qui managent la chiourme ?

Et la volonté de briser les statuts n’est pas innocente. Il faut une chaîne de commandement unique, pas des gens attachés à autre chose que l’objectif managérial, qui peut être tout à fait autre que l’optique présumée d’un métier (par exemple , au hasard, transmettre les connaissances).

D’où la notion d‘intuitu personae ( pour les nons latinistes « en considération de la personne » – et non du statut, des compétences réelles), qui consiste à, prendre des gens marchant du même pas dans l’objectif managérial. C’est, pour être concret, toute la, philosophie des IMP, par exemple, ou encore du mode de recrutement des concours avec présentation de dossier, qui sont en vérité des entretiens d’embauche déguisés.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος (« je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre ») (Ν. Kazantzakis)

Mercatores paedagogique Reipublicae scholam necaverunt

(A la demande d’un membre, traduction :  « marchands et pédagogistes ont tué l’école de la République »)

Lefteris
Grand Maître

Revenir en haut Aller en bas

Re: La « conduite du changement », ou le management d’entreprise appliqué à l’école

Message par Ashtrak Aujourd’hui à 5:37

@Pat B a écrit:Bien sûr, le changement est en réponse à un stimulus externe. il n’empêche que toute la théorie de conduite du changement vise à trouver les moyens de faire passer la pilule et d’appliquer les choix venus d’en haut. Les techniques de management employées vont dans ce sens. C’est le haut de la pyramide qui décide et la base doit suivre, de gré ou de force.  Un autre moyen aurait été de dire « on a telle contrainte de l’extérieur (contrainte clairement mise en évidence et non factice !), que proposez-vous pour s’y adapter, et là les solutions venaient de la base… Ou qu’on nous laisse le choix entre plusieurs solutions ? Qu’on consulte au moins des profs, peut-être des inspecteurs, et non des spécialistes auto-proclamés…

Faut-il rappeler que dans une entreprise privée, les propriétaires décident ? « La base doit suivre », « faire avaler la pilule et appliquer les choix venus d’en haut » sont des expressions qui correspondent exactement à ce que la théorie de la conduite du changement appelle « résistance au changement ». Tu l’illustres parfaitement.
La différence fondamentale entre la FP et l’entreprise privée est quand même la propriété des moyens de production, qui légitime, dans le système capitaliste, la prise de décision « d’en haut » et la nécessité « de la base » de suivre. Et le théorie de la conduite du changement essaye justement de proposer un accompagnement de ce changement. Après, la mise en pratique est parfois violente ; mais ce n’est pas la théorie qui le préconise.

@Pat B a écrit:Mais je te rejoins, il y a effectivement le problème de la « cause » du changement, qui en l’occurrence est cachée (parce que non avouable ? faire des économies, suivre les normes européennes imposées par des lobbies plus ou moins clairs, probablement ultralibéraux/patronaux ? Cacher la faillite du système au primaire ? Et non pas, ou pas seulement, s’adapter à un nouveau public). Mais il y a aussi ce management pyramidal qui devient nettement sensible et que je supporte très mal.
(après, peut-être qu’il y en a toujours eu un peu, et qu’on ne le sent que parce que cette fois-ci tout va trop vite et dans le mauvais sens ?)

Le management pyramidal s’imposera forcément si l’évolution connue depuis des années se confirme. Les présidents d’université se sont vus octroyés des pouvoirs délirants et il ne serait pas étonnant de voir à terme les CDE obtenir l’équivalent (en fonction de leurs missions propres). Depuis Allègre, il faut dégraisser le mammouth : les réformes successives vont toutes dans le même sens. Cela serait étonnant de voir prochainement un politique demander l’arrêt du mouvement.

_________________
Un âne dit toujours ce qu’il pense : hi-han !

Ashtrak
Habitué(e) du forum

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, fil lancé par Lefteris, 1er novembre 2015, forum neoprofs :

http://www.neoprofs.org/t96406-la-conduite-du-changement-ou-le-management-d-entreprise-applique-a-l-ecole#3356828

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Revenir en haut

 

Notre précédent billet rappelait en 6 points la curieuse conception que John, administrateur du forum neoprofs, se fait de la pluralité des idées et de la liberté d’expression. Censures, caviardages, membres du forum définitivement mis au ban et autres pratiques discutables menées sous des prétextes dérisoires…

Entre l’absence de la moindre information sur des dizaines de situations présumées de Harcèlement Moral Hiérarchique; le refus de laisser quiconque débattre sur le fond des affaires de H.M.H.; le refus qu’on puisse mettre en lumière les complicités et les collusions qui permettent l’existence de ces H.M.H. et leur ampleur; les censures systématiques; les effacements des messages qui amènent à réfléchir; le ban systématique de ceux qui ont une parole un peu trop libre et qui décillent les yeux des lecteurs du forum neoprofs; la réécriture de faits avérés; la dénonciation des limitations de la liberté d’expression pratiquées par les Rectorats pour détourner l’attention de celles effectives sur le forum neoprofs… il y a de quoi tiquer un peu : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/10/np-6-quand-le-forum-neoprofs-censure-et-musele-les-contradicteurs-du-snes-et-de-lunsa-1/

* * * * *

Depuis 10 jours nous avons soulevé le lièvre. Et le message a bien été reçu, du côté des administrateurs et des modérateurs du forum neoprofs, qui ont en conséquence légèrement infléchi leur politique de censure à tout va. Ce forum, par ailleurs, reste une réussite dans le genre. Soyons clairs : neoprofs occupe une position phare dans le paysage du net consacré à l’enseignement en France, et sa lecture reste intéressante et souvent enrichissante. Cependant, il apparaît que certains syndicats feraient figures de totems sur ce forum : les critiquer serait tabou. C’est pourquoi nous avons salué l’exception miraculeuse survenue le 1er octobre 2015 sur neoprofs :

« Le Miracle des Miracles a eu lieu.

Un message critiquant les prises de position des dirigeants du SNES-FSU en matière de H.M.H. allait être posté sur neoprofs… sans être immédiatement censuré au prétexte hypocrite qu’on allait friser la diffamation de quelques Kaporaux Bouledogue.

En temps « normal » et sans l’écho produit par les billets publiés sur notre site, le message aurait été censuré, supprimé, et discrètement effacé. Sentant que s’ils opéraient comme à l’ordinaire, le vent tournerait, et que se léverait une petite brise peut-être annonciatrice de tempêtes, craignant le souffle d’une remise en cause de leur probité, John-et-ses-potes, la rage au coeur, ont du se résoudre à laisser une inspiration oxygénée passer librement sur leur forum.

http://www.neoprofs.org/t94821p80-apres-bellefontaine-repression-au-college-gay-lussac-de-colombes-92

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-complice-silencieux-de-delits-de-harcelement-des-militants-de-la-fsu-denoncent-ce-double-jeu/

Comment ? Ils ont osé mettre le doigt là où ça fait mal ? Sur une certaine forme de kollaboration collusion compromission fluidification des rapports sociaux pratiquée depuis des décennies par le SNES-FSU ? Caramba ! C es el revolution !  »

Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/05/np-5-quand-le-forum-neoprofs-decouvre-enfin-les-methodes-de-management-des-chefs-detablissement/

* * * * *

Comment établir les preuves que les messages-de-lèse-syndicats-jaunâtres, messages critiquant le SNES ou l’UNSA, sont effacés sur neoprofs… dès lors que ces messages disparaissent sitôt qu’ils sont postés ? A vous de faire le test. Inscrivez-vous sur le forum neoprofs et dites tout le bien que vous pensez de l’une ou l’autre de ces structures syndicales. Vous verrez si vous passez aux oubliettes ou si, avec un peu plus de chance, vous ferez partie des quelques exceptions que les administrateurs et les modérateurs, dans leur infinie bonté, ont décidé de laisser passer, histoire de conserver un peu de crédibilité sur ce coup-là.

Le membre Mazuzu aurait d’emblée été censuré et banni en temps normal. Chance ! Au sujet de la fameuse révélation du fichage des enseignants dans l’académie de Toulouse (secret de polichinelle, les chefs d’établissements fichent « leur » petit personnel depuis des lustres…), le 9 octobre, Mazuzu a « juste » été rappelé à l’ordre plus d’une fois, par deux modérateurs et par le gérant de la boutique en personne.

1

Deux membres de neoprofs, Cachée et Ragnetrude, expriment leur dégoût leur étonnement face aux prises du position du syndicat UNSA.

@Cachée a écrit:La réaction du Se-Unsa au fichage : http://sections.se-unsa.org/toulouse/spip.php?article602

Cela me laisse sans voix notamment la partie en gras…

 par Ragnetrude le Jeu 08 Oct 2015, 14:09

C’est clair… En gros « on a le droit de s’exprimer et de faire grève (merci l’UNSA de nous informer) Shocked  » mais bon « il serait temps quand même de la fermer et de se mettre au boulot »…

 

2
 Mazuzu, lui, est plus direct :
par Mazuzu le Jeu 8 Oct 2015 – 16:29
Moi ce qui me laisse sans voix c’est que des collègues puissent voter et encore plus adhérer à l’UNSA !

 

3

Mazuzu rebondit ensuite sur les interventions d’autres membres.

Et là, bing ! Voilà Thalia de G, Modérateur, qui censure son message. Par solidarité, on édite la censure en précisant qu’il ne s’agit que d’une modération collégiale, décidée par l’Equipe de modération avec une Majuscule, s’il vous plaît. 

 par Mazuzu le Ven 9 Oct 2015 – 18:56

 
@Ronin a écrit:Ben l’UNSA c’est le PS, vous imaginiez quoi ? ils soutiennent, point barre.

L’UNSA est un syndicat [modéré] qui a participé à la dégradation des conditions de travail des enseignants depuis bon nombre d’années.
Ne peuvent y adhérer que les idéologues pédagogistes, les carrièristes et [modéré]...

Dernière édition par Equipe de modération le Ven 9 Oct 2015 – 19:22, édité 1 fois (Raison : Propos injurieux. Cf Charte)

 

4

Bon. On peut bien vous le dire. Le message initial était le suivant :

 » L’UNSA est un syndicat collaborationniste qui a participé à la dégradation des conditions de travail des enseignants depuis bon nombre d’années.
  Ne peuvent y adhérer que les idéologues pédagogistes, les carrièristes et les simples d’esprit… « 

Quelle violence dans les propos ! Heureusement que la modération veille… Il en allait de la paix civile dans notre beau pays de Liberté.

 

 5
Pour justifier le ban bientôt imposé à Mazuzu, le modérateur Thalia de G pose des jalons.

 par Thalia de G le Ven 9 Oct 2015 – 19:00

Mazuzu, merci de bien vouloir te présenter dans la section idoine du forum.

 

6

 Cela ne suffisant pas, le même modérateur se livre ensuite à un petit prêchi-prêcha.

« par Thalia de G le Ven 9 Oct 2015 – 19:26

 

On a le droit de ne pas être d’accord avec un syndicat, mais manier quolibets et insultes ne vous grandit pas.

Thalia pour la modération  »

Thalia de G, trois questions.

Contribuer activement à plaquer une chape de plomb sur les abus de pouvoir des chefaillons et de l’administration, cela vous grandit ?

Sous couvert de modération, vous rendre personnellement complice du déni régnant sur la répression féroce et les sanctions arbitraires contre les profs qui refusent de se comporter en moutons, cela vous grandit ?

Vous dédouaner de vos responsabilités et de votre implication dans le processus de confortation de l’Omerta qui règne dans les rectorats, cela vous grandit ?

Allez, on vous souffle la réponse. Cela ne vous grandit pas, Thalia de G. Cela vous abaisse. Et les victimes du Harcèlement Moral Hiérarchique ne vous remercient pas.

7
Mazuzu recadre intelligemment les choses.

par Mazuzu le Ven 9 Oct 2015 – 19:28

 
Thalia 3 choses :
1) Comment ouvrir un fil de présentation ?
2) Au nom de quoi l’UNSA a-t-il le droit d’avoir un compte en tant que syndicat ?
3) Peux-tu me citer une insulte STP ?

Revenir en haut

8

Réponse de Thalia de G

par Thalia de G le Ven 9 Oct 2015 – 19:39

 
1) Tu cherches le topic « Votre présentation », tu me sembles assez futé pour cela
2)
@John a écrit:Il y a une charte : elle n’interdit pas les comptes pour un syndicat ou une asso.
Par contre, elle interdit que plusieurs personnes utilisent un même compte, et elle interdit le flood.

3) Il serait contraire à la charte que je recopie les termes que j’ai modérés. Wink Et je te signale, à toute fins utiles, qu’on ne conteste pas sur le forum général les actes et décisions de la modération, mais on peut envoyer un mp, à n’importe quel modérateur ou médiateur, qui transmet à l’équipe.

On ne conteste pas une décision de modération. Florence ROBINE, sort de ce corps ! Le caporalisme a doit de cité sur le forum neoprofs.

L’hypocrisie aussi. Comment envoyer un mp à un modérateur… quand on a été banni ? Par ailleurs, ils sont nombreux sur neoprofs, à avoir demandé des explications concernant des censures et des bans, par e-mail. Les réponses, ils les attendent toujours…

9

Mazuz ne se démonte pas.

par Mazuzu le Ven 9 Oct 2015 – 19:45

 

Donc dans ce cas-là, des syndicats comme le SNES, le SNALC, la CFDT, la CFTC, FO, la CGT et d’autres ont la possibilité d’ouvrir un compte à des fins de propagande. Merci pour l’information, je vais la communiquer aux collègues.

Avant d’enlever des propos de manière arbitraire, il serait peut-être bon d’en discuter avec l’auteur en question non ? Surtout quand ces propos ne sont en rien injurieux et traduisent simplement une réalité : celle d’un syndicat qui, au nom d’une idéologie, pousse de plus en plus loin la dégradation des conditions de travail des enseignants…

Les faits sont là.
Sur neoprofs, les propos sont censurés, supprimés, effacés de manière arbitraire. Ce qui arrive à l’anonyme Mazuzu est arrivé à bien d’autres. Même l’essayiste Jean-Paul BRIGHELLI en a fait les frais.

La censure frappe des propos qui ne sont en rien injurieux et traduisent simplement une réalité : celle d’un syndicat qui, au nom d’une idéologie, pousse de plus en plus loin la dégradation des conditions de travail des enseignants. Ces propos sont censurés par neoprofs.

John le big boss de neoprofs se ficherait donc de la dégradation des conditions de travail des enseignants… pourvu que le Ministère et les syndicats SNES et UNSA préservent les siennes propres ?

10

La démonstration étant faite pas A + B de la curieuse conception que Thalia de G se fait de la modération – préserver coûte-que-coute l’image du SNES et de l’UNSA ! – il faut qu’un autre modo vienne lui porter secours. Et c’est *Fifi* l’étoilé qui s’en charge.

par *Fifi* le Ven 9 Oct 2015 – 19:51

 
Mazuzu : merci de répondre aux demandes de la modération et de te présenter avant de reposter. Comme déjà dit, conteste la modération par mp si besoin.
Merci de recentrer le fil sur son sujet initial.

 

11
Mazuzu ne se laisse pas embarquer dans la manoeuvre. Il a bien raison !

par Mazuzu le Ven 9 Oct 2015 – 19:53

Déjà présenté… Ce n’est pas une contestation mais juste un constat plutôt surprenant !

 

12
*Fifi* se fait plus menaçant : oui, les messages vont être censurés. On a l’habitude, sur neoprofs. Mazuzu ne se rend pas compte qu’en temps normal, sans nos précédents billets, il aurait déjà été censuré depuis belle lurette. Et tous ses messages auraient été effacés. Non mais, faites le taire, cet agitateur ! Quel est son NUMEN ? Que son chef d’établissment lui colle quelques fautes professionnelles fictives ! Va y’avoir de l’inspection-sanction sous peu !

par *Fifi* le Ven 9 Oct 2015 – 19:54

Ce n’est pas le sujet du topic. Tout message hors sujet sera désormais supprimé.

 

13
Pas de bol pour les modos, qui étaient à deux doigts de bannir Mazuzu, un vieux de la vieille, Lefteris, intervient pour remettre enfin les pendules à l’heure.

par Lefteris le Ven 9 Oct 2015 – 23:35

 

@Thalia de G a écrit:On a le droit de ne pas être d’accord avec un syndicat, mais manier quolibets et insultes ne vous grandit pas.

Thalia pour la modération

Sans contester la modération, qui a ses raisons (les questions juridiques liées à un site, j’ai été webmaster aussi ) , je me demande aussi , très sincèrement , pourquoi le quolibet est aussi sévèrement banni . La notion de « jaune » est vieille comme le monde du travail, elle fait partie de nos catégories mentales, et dans le cas présent nous sommes dans une sorte de guerre interne – bien au delà de la question de différence d’idées- où il y aura vainqueurs et vaincus . Je trouve donc que finalement, nous sommes dans quelque chose de très mesuré. Mazuzu a certes eu le tort de ne pas se présenter, mais sinon, il ne manie guère plus le brocard que beaucoup de membres ( dont moi) dans nombre de messages.

Et oui ! Dire d’une syndicaliste Kaporal Bouledogue qu’elle est jaune et que ses mains sont teintées d’un étrange rouge hémoglobine, dire d’un syndicat qu’il est jaune, cela devrait pouvoir se faire dans l’espace public sans qu’on hurle à la diffamation, surtout quand les faits sont là, quand les preuves abondent, quand le constat est implacable.
La modération, sur neoprofs, a quelque chose de ripou. Et trop peu de voix s’élèvent pour que la parole circule un peu plus librement de manière un peu moins contrainte sur ce forum. Allo, John ? On va desserrer un peu l’étau ? Comment dites-vous ? C’est pas possible d’effleurer l’image du SNES et de l’UNSA ? C’est tabou ? Ah bon… Mais pourquoi n’affichez-vous pas la couleur, alors ? Et quel est le prix de ce silence ? Mystères…

 

14
Laissons à John, le mot de la fin.

par John le Sam 10 Oct 2015 – 0:07

 

@Jul a écrit:

@Mazuzu a écrit:Et, au passage, je répète une autre question : au nom de quoi l’UNSA a-t-il le droit à un compte syndical sur neo ?

L’UNSA ici? Et en quel honneur? Un espace publicitaire supplémentaire leur est laissé ici, comme si leurs idées n’étaient pas véhiculées déjà partout.

Je suis très inquiet de voir que des personnes qui disent vouloir combattre en faveur de plein de belles choses (l’esprit critique, la réflexion, l’argumentation, etc.) souhaiteraient avant tout voir museler les gens avec lesquels ils ne sont pas d’accord.
Pour moi, ce sont deux attitudes absolument incompatibles.
Je répète donc ce que j’ai déjà dit, ce que Thalia a cité, et ce qui me semble assez clair pour être compris lorsqu’on est de bonne foi :

Il y a une charte : elle n’interdit pas les comptes pour un syndicat ou une asso.

Et il est clair que chacun ici a le droit de s’exprimer, dans le respect de la charte, quel que soit son parti, sa religion, son syndicat, etc.
Fin du débat relatif à cette question ici : s’il y a d’autres questions, ma boîte de MP vous est ouverte.

 

* * * * *

 

Vous avez bien lu. John ose montrer du doigt ceux qui « souhaiteraient avant tout voir museler les gens avec lesquels ils ne sont pas d’accord ». On croit rêver devant  un culot aussi monstrueux. John le censeur n’aime pas la censure ? Mais pourquoi est-ce qu’il censure avec autant d’acharnement ceux qui exposent ce que font réellement le SNES et l’UNSA ?
Et Mazuzu, là-dedans ? Est-il déjà banni ? Ou juste en sursis ?
On ne le lit plus depuis plusieurs jours…
A suivre…

 

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

******************************************************************************************

******************************************************************************************

Ci dessous, lien vers le sujet de neoprofs ayant fait l’objet de quelques unes des censures dont ce billet est l’objet :

http://www.neoprofs.org/t95443p220-toulouse-le-rectorat-demande-la-typologie-des-enseignants#3311881

******************************************************************************************

******************************************************************************************

Revenir en haut Aller en bas


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas

 

Dans de précédents billets, nous avons mis en lumière la curieuse conception que John, administrateur du forum neoprofs, se fait de la pluralité des idées et de la liberté d’expression.

Rappel en 6 points.

* * *

1)

Notre premier constat a été le suivant. La grève du Collège Marie Curie de Provins, curieusement, ne fait l’objet d’aucune information sur le site neoprofs. Pas plus que des dizaines d’autres situations présumées de Harcèlement Moral Hiérarchique, auxquelles neoprofs refuse de faire la moindre publicité, les profs harcelés puissent-ils en crever !

Est-ce parce que John aime les avancements d’échelon très rapides, les promotions généreuses, les conditions de travail ultra-privilégiées ? Il ne s’agirait pas de se fâcher avec l’administration, dans laquelle il a tellement de relations, d’amis, de copains…

Il ne faudrait surtout pas fâcher les syndicats des chefs d’établissements harceleurs. Ce serait d’autant plus dommage qu’ils appartiennent aux mêmes fédérations syndicales que les gros syndicats enseignants, qui peuvent rendre bien des services à John…

Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/24/le-college-marie-curie-de-provins-5-une-greve-peu-mediatisee/

* * *

2)

En travaillant un peu le sujet, très vite on s’aperçoit que les administrateurs de neoprofs auraient peut-être une tendance assez prononcée à… protéger les chefs d’établissements harceleurs. Rien que cela !

 «  Les administrateurs du forum neoprofs refusent que soit réellement débattue sur leur site la question du Harcèlement Moral Hiérarchique.  »

 « Le Harcèlement Moral Hiérarchique est un sujet tabou sur le forum neoprofs, parce que ses administrateurs l’ont décidé ainsi. Ne nous demandez pas pourquoi… demandez-le leur !  » 

 « L’essentiel sera que les lecteurs et les intervenants du forum ne puissent pas débattre du dessous des cartes et de l’envers du décor de certains syndicats ultra majoritaires, qui syndiquent dans les mêmes fédérations aussi bien les p’tits profs insignifiants que les chefs d’établissements (y compris les harceleurs) et les Inspecteurs (y compris ceux qui ont une connaissance précise des faits de Harcèlement Moral Hiérarchique et qui les couvrent, par leur silence ou par leur action).  »

Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/28/np-1-neoprofs-un-forum-qui-protege-les-chefs-detablissements-harceleurs/

* * *

3)

Neoprofs n’hésite jamais à censurer une parole un peu trop libre. Tous les prétextes sont bons (justifications pseudo-juridiques, charte élastique, suppression des messages incriminés de sorte que personne ne puisse vérifier quoi que ce soit, etc.)

Plus d’un brillant esprit en fit les frais. On citera l’enseignant et essayiste Jean-Paul BRIGHELLI, auteur entre autres ouvrages de La Fabrique du Crétin, qui dessilla nombre de citoyens et qui continue d’ouvrir les yeux sur les travers et les maux de notre système éducatif.

 « Jean-Paul BRIGHELLI, qui a vu ses 12 000 contributions au forum neoprofs effacées en quelques clics – y compris celles purement pédagogiques. Dans son article du 24 avril 2014 publié sur le site du journal Le Point, Jean-Paul BRIGHELLI dévoile la censure incroyable dont il a été l’objet.  » 

http://blog.soseducation.org/michel-m-censeur-de-neoprofs/

http://ac.matra.free.fr/FB/20140424brighelli.pdf

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php

Ce qui est arrivé à cet enseignant réputé a également frappé des dizaines d’intervenants anonymes de neoprofs, sous d’autres prétextes ou pour d’autres raisons. Quelles que soient les motivations de ces censures, elles ont longtemps été systématiques à l’encontre de ceux qui abordent les dessous des cartes du harcèlement hiérarchique dans les collèges et les lycées (sujet sur lequel Jean-Paul BRIGHELLI ne s’est pas penché sur neoprofs, à notre connaissance). Nous l’avons écrit :

 

 « Les administrateurs du

 

forum neoprofs,

 

tout en donnant le change par ailleurs,

 

musèlent et censurent les lanceurs d’alerte

 

qui tentent de briser l’Omerta

 

sur le Harcèlement Moral Hiérarchique.  »

 

 

 «  Notre souci est d’exposer l’Omerta dans le domaine du H.M.H., afin de briser le déni et la loi du silence. Michel M., alias John, ne partage pas ce souci. Mais vraiment pas ! L’administrateur du forum neoprofs a fait le choix jusqu’ici de contribuer activement à entretenir l’Omerta sanglante.  »

C’est expliqué ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/29/np-2-le-forum-neoprofs-censure-les-lanceurs-dalerte-et-bannit-jean-paul-brighelli/

* * *

4)

John de neoprofs censure à tour de bras… tout en se drapant dans la toge immaculée de celui qui dénonce… la censure !

 « Amusant. Au moment même où nous publions des preuves de l’incroyable censure que John, l’administrateur du forum neoprofs, a mise en place à l’encontre de ceux qui tentent de briser l’Omerta régnant sur l’ampleur du Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale, le même John ouvre sur son site un fil dénonçant… le contrôle par la rectrice de Montpellier de la liberté de parole de ses troupes ! »

 «  Sur neoprofs, on ne sensibilise surtout pas les enseignants et l’opinion sur l’Omerta que notre blog met en lumière»

Voir les détails ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/29/np-3-ladministrateur-de-neoprofs-censure-les-lanceurs-dalerte-tout-en-denoncant-la-censure/

* * *

5)

Oui, John censure. Quitte à réécrire les faits. Quitte à réécrire l’histoire avec un petit « h » et… l’Histoire avec un grand « H » !

« Epinglé depuis 2 jours pour la façon dont il censure toute information un peu trop dérangeante sur l’ampleur du Harcèlement Moral dans l’Education Nationale, Michel M., alias John, administrateur du forum neoprofs rame pour tenter de justifier ses positions.

Comment expliquer qu’on contribue activement à plaquer une chape de plomb sur les abus de pouvoir des chefaillons et de l’administration ?

Comment justifier qu’on soit complice du déni qui règne sur la répression féroce et les sanctions arbitraires contre les profs qui refusent de se comporter en moutons ?

Comment se dédouaner de ses responsabilités et de son implication dans le processus de confortation de l’Omerta qui règne dans les rectorats ? »

C’est ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/29/np-4-quand-john-reecrit-lhistoire-de-france-pour-justifier-sa-participation-a-lomerta/

* * *

6)

Enfin, il a fallu attendre le 4 octobre 2015 pour que le forum neoprofs découvre avec une stupeur à demi-feinte que certains Chefs d’Etablissement pratiquaient le fichage des enseignants placés sous leurs ordres. Les internautes qui avaient jusqu’ici essayé d’en parler sur neoprofs avaient tous été censurés, baillonnés, muselés puis bannis à vie. Des syndicalistes du SNES et de l’UNSA leur étaient tombés dessus à bras raccourcis et les modérateurs et administrateurs du forum avaient fait le reste.

Peut-être, parce que la réforme du collège devait être contrée, et qu’il fallait essayer d’enflammer les troupes à la « veille » de la grève du 10 octobre, le tabou fût dépassé, la censure pesant depuis toujours sur le sujet vola en éclats.

«  Ca alors ? Quelle surprise ? Oh là là là là là là… Jamais nous n’aurions pu soupçonner que de telles choses puissent exister dans l’institution scolaire !

Si neoprofs voulait bien republier, exhumer, ressusciter les échanges consacrés à ces sujets, tous ces messages qui ont été censurés et effacés ces dernières années, on s’apercevrait très vite du rôle des modos et des admins de ce forum dans le retard de cette prise de conscience, décidément très, très, très tardive chez les profs – et qui commence à peine à s’esquisser chez les membres et les lecteurs de neoprofs.

Amusant de lire que certains intervenants semblent estomaqués par la découverte de ce que nous avons toujours considéré comme des secrets de polichinelle. Les méthodes ultra-violentes du management ultralibéral étaient pratiquées à La Poste, chez Renault, France Telecom, dans les grands groupes de distribution alimentaire, et naturellement le Mammouth, lui, a toujours été épargné jusqu’à la date du 4 octobre 2015.

Encore quelques années pour se dessiller progressivement, et on se rendra compte que mince ! Ceux qui dénonçaient tout ça n’étaient donc pas de dangereux paranoïaques… Si on avait su, on les aurait écoutés et on aurait gagné du temps. On aurait même pu freiner le bazar, voire empêcher sa mise en place ? Sacré John ! Quel farceur ! Il nous a bien eu en muselant les lanceurs d’alerte… »

La suite ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/05/np-5-quand-le-forum-neoprofs-decouvre-enfin-les-methodes-de-management-des-chefs-detablissement/

* * *

Mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Après ce rappel en 6 points, dans un prochain billet nous montrerons comment John et ses sbires continuent, ces derniers jours, de censurer sur neoprofs toutes celles et tous ceux qui auraient la prétention de porter une réflexion objective ou un regard critique sur l’action de deux syndicats enseignants : le SNES et l’UNSA.

A suivre…

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

 

 

 

Souvenez-vous de ce nous écrivions le 29 septembre :

C’est une blague. C’est une vaste blague. Jamais les administrateurs du forum neoprofs ne pourraient volontairement entretenir le silence sur une affaire de Harcèlement Moral Hiérarchique. Et encore moins contribuer à ce que des chefs d’établissements puissent échapper à leurs responsabilités, et détruire des êtres humains en toute impunité façon Maurice-Papon-en-plus-light ! Enfin ! Soyons sérieux…

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/29/np-2-le-forum-neoprofs-censure-les-lanceurs-dalerte-et-bannit-jean-paul-brighelli/.

Nous avons étayé notre propos de faits précis. Qui peut le plus peut le moins : ce qui est arrivé à Jean-Paul BRIGHELLI a touché des dizaines et des dizaines d’anonymes, qui ont tenté de soulever le couvercle de la marmite, en exposant des faits précis sur neoprofs, et qui se sont vus tout simplement  cen-su-rés par la-bande-à-John.

* * *

Après ces révélations, comment les administrateurs du forum neoprofs pouvaient-ils conserver leur crédibilité, sinon en lâchant un peu de lest ?

Sous la pression, ces John-un-peu-jaunes ont compris qu’ils devraient progressivement changer leur fusil d’épaule. En cas de débarquement des Alliés à l’horizon 2044, mieux valait avoir pris ses précautions, et avoir placé plusieurs fers aux feux bien en amont. Plutôt se convertir en Résistants de la dernière heure que de connaître l’humiliation d’une tonte abjecte en place publique.

Pour commencer, il fallait rappeler que les parallèles historiques d’un goût douteux devaient être proscrits sur neoprofs : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/29/np-4-quand-john-reecrit-lhistoire-de-france-pour-justifier-sa-participation-a-lomerta/

* * *

Ensuite, il fallait montrer dans l’urgence que non ! Non, non ! JAMAIS le forum neoprofs ne censurerait un message mettant en cause le silence assourdissant des SNES-FSU, UNSA, SGEN-CFDT et autres FO, sur la question du Harcèlement Moral Hiérarchique !

John allait laisser passer un ou deux messages – pas plus ! – pour montrer qu’il ne collaborait pas avec les protecteurs des chefaillons harceleurs. C’était le moment ou jamais de faire une exception.

Et c’est ainsi que le Miracle des Miracles a eu lieu.

Un message critiquant les prises de position des dirigeants du SNES-FSU en matière de H.M.H. allait être posté sur neoprofs… sans être immédiatement censuré au prétexte hypocrite qu’on allait friser la diffamation de quelques Kaporaux Bouledogue.

En temps « normal » et sans l’écho produit par les billets publiés sur notre site, le message aurait été censuré, supprimé, et discrètement effacé. Sentant que s’ils opéraient comme à l’ordinaire, le vent tournerait, et que se léverait une petite brise peut-être annonciatrice de tempêtes, craignant le souffle d’une remise en cause de leur probité, John-et-ses-potes, la rage au coeur, ont du se résoudre à laisser une inspiration oxygénée passer librement sur leur forum.

http://www.neoprofs.org/t94821p80-apres-bellefontaine-repression-au-college-gay-lussac-de-colombes-92

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-complice-silencieux-de-delits-de-harcelement-des-militants-de-la-fsu-denoncent-ce-double-jeu/

Comment ? Ils ont osé mettre le doigt là où ça fait mal ? Sur une certaine forme de kollaboration collusion compromission fluidification des rapports sociaux pratiquée depuis des décennies par le SNES-FSU ? Caramba ! C es el revolution !

* * *

Troisième temps de la glasnost touchant neoprofs ? L’enjeu est simple : réduire le trop grand écart entre la réalité du terrain, et la cartographie du territoire proposée par les administrateurs de neoprofs. Sinon, ça finit par se voir un peu trop tout de même… Par exemple, nous avons pu dénombrer plus de 300 cas de très forte suspicion de Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale, pour lesquels, faute de temps, nous n’avons pu donner ici des informations précises. Ces cas viennent s’ajouter à la bonne centaine déjà recensés ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/category/eee-liste-de-quelques-etablissements-scolaires-ou-il-fait-bon-vivre-et-parfois-mourir/ Or sur neoprofs, c’est à peine si une dizaine de cas de H.M.H. ont vaguement été évoqués… malgré des sources potentielles provenant du vécu et de l’observation de plus de  22 000 membres ! Cherchez l’erreur !

Vite ! Vite ! Il faut donc évoquer très vite sur neoprofs un peu de ce dont nous parlons sur ce site depuis 2 ans : les méthodes très particulières pratiquées par l’administration de l’Education Nationale. Cette fois-ci, plus question de censurer le premier lanceur d’alerte qui passera par là. Et le premier membre de neoprofs à attirer l’attention sur une information allant dans ce sens fut LaMiss, le 4 octobre :

http://www.neoprofs.org/t95443-toulouse-le-rectorat-demande-la-typologie-des-enseignants

Il faut juste veiller à bien emballer l’info,  et ne pas oublier que si on peut, au passage, essayer de dédouaner le SNES de ses responsabilités, c’est pas plus mal. Ici, ce n’est pas difficile : on pousse le bouchon et la désinformation jusqu’à faire croire que c’est le SNES local qui va demander des explications à la rectrice !

Et là, on monte d’un cran : dans l’académie de Toulouse, fichage des enseignants selon leur profil : pro/anti/suiveur.
Le Snes-Toulouse va demander quelques explications à la rectrice.

 

Comique ! Le SNES va demander des explications… On aura tout lu !  Le contre-feu allumé par le SNES montre à quel point ces gars-là prennent les profs pour des buses. Comme si le FSU-SNES, qui syndique aussi des Chefs d’Etablissements et des Inspecteurs, ignorait que depuis plus de 15 ans, les rectorats organisent des stages de formation au cours desquels on apprend aux Chefs d’Etablissement à repérer et faire le tri entre les kollabos les suceurs de boîte les fayots à privilégier d’un côté, et les résistants à abattre de l’autre.

http://www.neoprofs.org/t95443-toulouse-le-rectorat-demande-la-typologie-des-enseignants

* * *

Ca alors ? Quelle surprise ? Oh là là là là là là… Jamais nous n’aurions pu soupçonner que de telles choses puissent exister dans l’institution scolaire !

Si neoprofs voulait bien republier, exhumer, ressusciter les échanges consacrés à ces sujets, tous ces messages qui ont été censurés et effacés ces dernières années, on s’apercevrait très vite du rôle des modos et des admins de ce forum dans le retard de cette prise de conscience, décidément très, très, très tardive chez les profs – et qui commence à peine à s’esquisser chez les membres et les lecteurs de neoprofs.

Amusant de lire que certains intervenants semblent estomaqués par la découverte de ce que nous avons toujours considéré comme des secrets de polichinelle. Les méthodes ultra-violentes du management ultralibéral étaient pratiquées à La Poste, chez Renault, France Telecom, dans les grands groupes de distribution alimentaire, et naturellement le Mammouth, lui, a toujours été épargné jusqu’à la date du 4 octobre 2015.

Encore quelques années pour se dessiller progressivement, et on se rendra compte que mince ! Ceux qui dénonçaient tout ça n’étaient donc pas de dangereux paranoïaques… Si on avait su, on les aurait écoutés et on aurait gagné du temps. On aurait même pu freiner le bazar, voire empêcher sa mise en place ? Sacré John ! Quel farceur ! Il nous a bien eu en muselant les lanceurs d’alerte… Elle a bon dos, sa charte élastique.

Allez, encore 40 ou 50 années de glasnost à ce rythme-là, et le forum neoprofs retournera entièrement sa veste, et prendra au vol l’étendard du combat contre l’Omerta pesant sur le Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale.

Continuez, les gars ! Il suffit juste de suivre nos pas. Mais non, nous n’avons pas déjà fait le boulot pour vous. Ni contre vous d’ailleurs.

 

Jeanne, Marie, et Philipppe.

 

 

Epinglé depuis 2 jours pour la façon dont il censure toute information un peu trop dérangeante sur l’ampleur du Harcèlement Moral dans l’Education Nationale, Michel M., alias John, administrateur du forum neoprofs rame pour tenter de justifier ses positions.

Comment expliquer qu’on contribue activement à plaquer une chape de plomb sur les abus de pouvoir des chefaillons et de l’administration ?

Comment justifier qu’on soit complice du déni qui règne sur la répression féroce et les sanctions arbitraires contre les profs qui refusent de se comporter en moutons ?

Comment se dédouaner de ses responsabilités et de son implication dans le processus de confortation de l’Omerta qui règne dans les rectorats ?

Allo ? John ? Comment dites-vous ? Vous justifiez vos censures en expliquant qu’il ne faut pas faire de référence à des faits historiques sur votre forum ? Comment ? Il n’y a pas eu de lynchages, pas de défoulements collectifs indignes à la Libération ? Vous refusez qu’on puisse écrire « @Mazuzu a écrit: Ne jamais oublier qu’à la Libération on a pendu les collabos qui hier festoyaient avec les allemands… » ?

http://www.neoprofs.org/t95210p60-l-academie-de-montpellier-supprime-entre-1-et-4-jours-de-vacances-en-octobre-pour-des-dizaines-d-enseignants-et-perdirs

C’est pourtant un fait historique. Mais puisque John a la volonté et le pouvoir de réécrire l’Histoire…

Vous avez bien lu. « @John a écrit: C’est une déclaration stupide, qui indignera aussi bien les anti-réforme que les pro-réforme, et que je ne laisse sur le forum que pour avoir un exemple de lien à donner quand on nous dit qu’il n’est pas forcément nécessaire de modérer un forum.  »

En temps ordinaire, John aurait sévi. John aurait censuré. John aurait effacé. Et John aurait banni de son forum le méchant membre Mazuzu qui a commis cette faute suprême : rappeler un fait historique incontestable.

Mazuzu a pourtant rappelé cette évidence : « @Mazuzu a écrit: Ce n’est pas une déclaration anti-réforme mais l’énoncé d’une simple réalité historique… »

Vous savez tout, maintenant, du système de défense à trois sous de John le Censeur. On ne parle pas du H.M.H. sur neoprofs parce qu’en parler, c’est nécessairement être excessif. Et énoncer une réalité historique, énoncer un simple fait est déjà, pour John, de l’ordre de l’excessif.   

La justification de John tient d’autant moins la route que plusieurs membres du forum ont évoqué la réalité du H.M.H. sans jamais faire le moindre parallèle avec des faits historiques. Ils ont pourtant été censurés, et bannis de neoprofs.

Merci, John, de contribuer à protéger les chefs d’établissements harceleurs. Les palmes académiques, vous les recevrez parce que vous les avez bien méritées.

Philippe, Marie, et Jeanne.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le fil du forum neoprofs, 29 septembre 2015 :

http://www.neoprofs.org/t95210p60-l-academie-de-montpellier-supprime-entre-1-et-4-jours-de-vacances-en-octobre-pour-des-dizaines-d-enseignants-et-perdirs

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’académie de Montpellier supprime entre 1 et 4 jours de vacances en octobre pour des dizaines d’enseignants et perdirs.

Message

@Mazuzu a écrit: Ne jamais oublier qu’à la Libération on a pendu les collabos qui hier festoyaient avec les allemands…

par Mazuzu Aujourd’hui à 0:07

Ce n’est pas une déclaration anti-réforme mais l’énoncé d’une simple réalité historique…
Mazuzu
 * * *

Message par John Aujourd’hui à 0:09

C’est une déclaration stupide, qui indignera aussi bien les anti-réforme que les pro-réforme, et que je ne laisse sur le forum que pour avoir un exemple de lien à donner quand on nous dit qu’il n’est pas forcément nécessaire de modérer un forum.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, lien vers le fil du forum neoprofs, 29 septembre 2015 :

http://www.neoprofs.org/t95210p60-l-academie-de-montpellier-supprime-entre-1-et-4-jours-de-vacances-en-octobre-pour-des-dizaines-d-enseignants-et-perdirs

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Amusant. Au moment même où nous publions des preuves de l’incroyable censure que John, l’administrateur du forum neoprofs, a mise en place à l’encontre de ceux qui tentent de briser l’Omerta régnant sur l’ampleur du Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale, le même John ouvre sur son site un fil dénonçant… le contrôle par la rectrice de Montpellier de la liberté de parole de ses troupes !

Belle mise en abyme, pleine d’ironie.

Bientôt le même John découvrira que c’est son recteur qui lui a demandé de faire en sorte que sur neoprofs, on ne sensibilise surtout pas les enseignants et l’opinion sur l’Omerta que notre blog met en lumière

Allez, John, ressaisis-toi et cesse de censurer les lanceurs d’alerte ! Soit tu collabores, soit tu résistes, mais ne nous la joue pas à l’envers plus longtemps…

 

 

 Philippe, Jeanne, et Marie.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le fil du forum neoprofs ouvert par son administrateur John le 28 septembre 2015 :

http://www.neoprofs.org/t95224-montpellier-la-rectrice-retire-aux-personnels-de-direction-tout-droit-de-decision-pour-communiquer-avec-la-presse#3292306

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Montpellier : la rectrice retire aux personnels de direction tout droit de décision pour communiquer avec la presse.

Montpellier : la rectrice retire aux personnels de direction tout droit de décision pour communiquer avec la presse.

Message


John
Médiateur

par John Hier à 23:29

La rectrice de Montpellier vient de retirer aux personnels de direction leur droit de décision en matière de relations avec la presse.
En effet, ce sont désormais les responsables de la communication du rectorat qui valideront à leur place tout contact des personnels de leurs établissements avec la presse.

Dernière édition par John le Lun 28 Sep 2015 – 23:37, édité 2 fois

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, lien vers le fil du forum neoprofs ouvert par son administrateur John le 28 septembre 2015 :

http://www.neoprofs.org/t95224-montpellier-la-rectrice-retire-aux-personnels-de-direction-tout-droit-de-decision-pour-communiquer-avec-la-presse#3292306

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

C’est une blague. C’est une vaste blague. Jamais les administrateurs du forum neoprofs ne pourraient volontairement entretenir le silence sur une affaire de Harcèlement Moral Hiérarchique. Et encore moins contribuer à ce que des chefs d’établissements puissent échapper à leurs responsabilités, et détruire des êtres humains en toute impunité façon Maurice-Papon-en-plus-light ! Enfin ! Soyons sérieux…

Voilà ce qu’un observateur raisonnable pourrait se dire, malgré la lecture de notre premier article consacré au forum neoprofs : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/09/28/np-1-neoprofs-un-forum-qui-protege-les-chefs-detablissements-harceleurs/ . Des preuves ! Où sont les preuves de l’incroyable censure qui serait imposée sur ce forum ?

Faites donc le test que nous avons proposé. Inscrivez-vous sur neoprofs et – sans prendre partie – exposez les termes du débat, comme Daniel Arnaud le fait dans son ouvrage de référence.

Des preuves ? C’est par exemple la mésaventure arrivée à l’enseignant et essayiste de talent, Jean-Paul BRIGHELLI, qui a vu ses 12 000 contributions au forum neoprofs effacées en quelques clics – y compris celles purement pédagogiques. Dans son article du 24 avril 2014 publié sur le site du journal Le Point, Jean-Paul BRIGHELLI dévoile la censure incroyable dont il a été l’objet :

«  C’est que la cour de récréation a ses limites, sur la Toile. Neoprofs fonctionne selon les règles énoncées par George Orwell dans 1984 : si vous enfreignez la « charte » (assez dictatoriale pour autoriser toutes les interprétations), vous êtes jeté aux requins, et vous disparaissez vous et vos interventions. J’ai consacré du temps, ces quatre dernières années, à proposer des conseils de cours, indiquer des pistes bibliographiques, témoigner de mon expérience. Et il a suffi que je bronche pour que les 10 ou 12 000 messages que j’y avais postés soient effacés d’un coup : j’ai eu l’impression d’être l’un de ces officiels photographiés sur le mur du Kremlin pour le 1er Mai, et qui disparaissaient de la photo officielle dès qu’ils avaient déplu à Staline. Un non-être, comme Winston à la fin du roman d’Orwell.
Je ne suis pas le seul à être passé, grâce à Neoprofs, dans le camp des morts-vivants. Guy Morel, secrétaire et cheville ouvrière du Grip (Groupe de réflexion interdisciplinaire sur les programmes, NDLR), dont j’ai souvent parlé ici, a été viré pour les mêmes impropriétés langagières (c’est bien pratique d’être seul maître de ce qui est ou non injure certaines grossièretés sont rédhibitoires, mais on a vu plus haut que les déchaînements antisémites avaient droit de cité), alors qu’il a dans son seul petit doigt plus de connaissances en pédagogie et en histoire de l’éducation que tout Neoprofs pris en vrac il a trouvé refuge sur le blog de Luc Cédelle, qui, malgré ses convictions pédagogistes, a plus de sens du débat que ce forum gouverné par la police de la pensée. La présidente de Reconstruire l’école, qui écrit sur le système des choses si pertinentes, n’y montre plus le bout de son nez. Et Loys Bonod, qui tient un blog plein d’esprit, ne fait plus sur Neoprofs que des apparitions fugaces. Mais en un sens, Neoprofs est fort sage de congédier l’intelligence et la compétence : les sots aiment à rester entre eux. »

 

* * *

Et dire qu’on nous croit difficilement, lorsque nous faisons ce constat (pourtant vérifiable par tout un chacun : il suffit de s’inscrire sur ce forum et de se lancer) :

les administrateurs du

forum neoprofs,

tout en donnant le change par ailleurs,

musèlent et censurent les lanceurs d’alerte

qui tentent de briser l’Omerta

sur le Harcèlement Moral Hiérarchique.

 

 

 

 

Jeanne, Marie, et Philipppe.

P.S. : à toutes fins utiles, rappelons que nous n’adhérons pas nécessairement à l’intégralité des orientations et des idées de Jean-Paul BRIGHELLI – ni d’ailleurs à toutes celles (moins nombreuses et nettement moins riches) de John, administrateur du forum neoprofs. Et rappelons surtout que là n’est pas notre propos (bien que nous ne faisons pas mystère de partager la plupart des constats mis en lumière de façon implacable par le brillant BRIGHELLI). Notre souci est d’exposer l’Omerta dans le domaine du H.M.H., afin de briser le déni et la loi du silence. Michel M., alias John, ne partage pas ce souci. Mais vraiment pas ! L’administrateur du forum neoprofs a fait le choix jusqu’ici de contribuer activement à entretenir l’Omerta sanglante. C’est là qu’est le hic. 😉  Mais peut-être demain se ravisera-t-il ? Un peu plus d’oxygène sur son site, et on commencera à y parler un peu plus sérieusement des innombrables affaires de harcèlement hiérarchique, de répression sauvage, et d’abus de pouvoir qui gangrènent l’Education Nationale… Qui sait ?

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le billet du blog S.O.S. Education, 29 avril 2014,

et lien vers l’article de Jean-Paul BRIGHELLI, Le Point.fr , 24 avril 2014.

http://blog.soseducation.org/michel-m-censeur-de-neoprofs/

Cliquer pour accéder à 20140424brighelli.pdf

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php 2/5

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Michel M., censeur de Néoprofs

Michel M.Néoprofs, forum-défouloir dénonçant à longueur de post ces incongruités administratives et ces aberrations pédagogiques dont l’Éducation nationale a le secret, aurait tout pour être une heureuse agora, une bulle d’oxygène dans le bourbier médiocratique où la plupart des enseignants sont contraints de patauger. Seulement voilà : l’administrateur de ce forum est un idéologue forcené, qui défend, entre autres, tous azimuts l’idéologie du genre.

Vous le connaissez sous son pseudo « John » avec la photo de Thierry Le Luron associée. Sur Néoprofs vous avez intérêt à ne pas tout dévoiler au risque de vous faire purement et simplement censurer par « John ».

C’est la mésaventure qui vient d’arriver à Jean-Paul Brighelli et qu’il raconte dans son dernier billet sur Le Point.fr. D’un coup de clic, pour avoir eu le mauvais goût de déplaire à « John », il s’est vu supprimer les 12 000 contributions écrites qu’il avait postées sur les quatre dernières années et qui étaient des conseils pratiques aux professeurs, des retours d’expérience, des pistes bibliographiques. « J’ai eu l’impression d’être l’un de ces officiels photographiés sur le mur du Kremlin pour le 1er Mai, et qui disparaissaient de la photo officielle dès qu’ils avaient déplu à Staline. », écrit la victime de « John ».

Pour tout savoir, vous pouvez lire l’article publié par le Point le 24 avril et retiré depuis. Voilà le pdf sauvegardé par un internaute prévoyant, car le débat libre et désintéressé a bien du mal à exister dans la galaxie Educ’ Nat’.

* * *

 

24/4/2014 Brighelli : les forums de profs, une cour de récré dictatoriale – Le Point

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php 1/5

Le Point.fr Le Point A

Mise à jour le 24 avril à 19h13

ACTUALITÉ LES INVITÉS DU POINT JEAN PAUL BRIGHELLI

Les jeunes enseignants se lâchent sur des forums en ligne, nouvelle salle des profs virtuelle, avec la liberté d’expression en plus. © Bertrand Guay / AFP

Par JEAN-PAUL BRIGHELLI

Services Le Point
Brighelli : les forums de profs, une cour de récré dictatoriale.

Soumis à un devoir de réserve, des enseignants se lâchent sous le couvert de l’anonymat sur des forums comme Neoprofs. Jean-Paul Brighelli les met au jour.

Le Point.fr Publié
le 24/04/2014 à 12:11  Modifié le 24/04/2014 à 17:21

Les « salles des profs » sont, dans les collèges et les lycées, les lieux par excellence d’une parole libérée celle que l’on retient, par exemple, dans les conseils de classe. Les oreilles des élèves doivent drôlement tinter, chaque fois que l’un de leurs enseignants se met à « parler vrai » devant ses collègues et à cataloguer de manière tranchée tel ou tel garnement ou cancre irréductible. C’est le lieu du grand défoulement, celui qu’interdit justement l’Institution : nous sommes sans cesse confrontés à un devoir de réserve qui nous empêche d’exprimer officiellement nos idées sur les princes qui nous gouvernent (chefs d’établissement, recteurs, inspecteurs ou ministres), sur nos collègues (un établissement
scolaire est le creuset de toutes les haines) et sur les élèves.

D’où l’idée qu’ont eue certains, bien camouflés sous un pseudonyme indécryptable, d’importer sur le Net les débats indicibles. Déjà, les noms de ces forums évoquent une atmosphère de contestation permanente on ne s’intitule pas impunément le Trouble. Le prétexte de départ est souvent pavé, comme l’enfer, de bonnes intentions. Il s’agit d’échanger des ressources pédagogiques, de donner des renseignements administratifs, ou de commenter l’actualité. Ou, comme Neoprofs, d’accueillir, comme son nom le laisse entendre, les petits derniers de la profession.

Centre névralgique

Mais très vite, le refoulé montre le bout de l’oreille, et le forum devient le champ clos de toutes les exécrations. Neoprofs, c’est, comme la salle des profs, un lieu où l’on hait avec facilité la liberté d’expression en moins. Les ministres d’abord la cible est lointaine, il n’y a pas de risque, on est protégé par son anonymat. Puis ceux qui s’occupent, de près ou de loin, d’éducation. Natacha Polony (une exprof qui est parvenue à se reconvertir dans le journalisme ils en rêvent tous et qui, de surcroît, crime suprême, gagne plus d’argent qu’eux !) y est vilipendée, Éric Zemmour accablé, Alain Finkielkraut conspué : « Aspect repoussant, médiocre et totalement réactionnaire » de ce « prototype de l’intello nuisible », « terrorisé par les hordes sarrasines », « démagogue d’extrême droite », peut-on lire sur ce forum qui n’a plus rien à envier, dans le genre, à Je suis partout. À force de défendre les immigrés (on entre dans ce vocable fourretout tout ce qui est « patibulaire ou presque », comme disait le regretté Coluche demandezvous donc qui est raciste), on en revient à honnir le juif, accusé d’être raciste, au terme d’un cheminement intellectuel (le mot est peut être un peu fort) dont on a déjà flairé les traces dans le passé. Bravo.

Mais peut-être était-on en droit d’attendre autre chose d’un enseignant. Il y a donc les bons sujets, sur lesquels on peut se défouler avec bonne conscience, et puis les mauvais, sur lesquels il est exclu de dire quoi que ce soit. En quelques mois, Neoprofs a été le centre névralgique de la pensée (?) sur le « genre » sur lequel Pedro Cordoba, brillant universitaire s’il en fut, a dit l’essentiel et l’accessoire, et sur le mariage gay. Neoprofs ne se contente pas d’être le haut lieu de défense des gentils élèves de Zep, victimes des agressions d’une société injuste et d’une École inégalitaire sur laquelle, ils ont bien raison, ils reportent leurs rancoeurs : c’est aussi un forum ligoté par le lobby LGBT. Si des parents se sont un jour inquiétés de la façon dont l’Éducation nationale, via ses ABCD de l’égalité et autres fariboles, influerait sur leurs gamins, une simple lecture de Neoprofs les convaincrait immédiatement d’inscrire leurs chères têtes blondes ou brunes dans un privé confessionnel : l’un des acquis les plus sûrs de cette croisade pour le mariage gay, c’est d’avoir réussi j’en parle par ailleurs à conglomérer des gens fort divers, que la gauche, depuis les lois laïques de 1905, s’ingéniait à récupérer. Y compris les musulmans auxquels on faisait des risettes. Carton plein.

Pédagogistes fous

Il n’y a qu’à lancer une recherche par mots-clés sur ce forum pour voir défiler les obsessions les plus paranoïaques : essayez donc « genre », « mariage » ou « Taubira », la nouvelle icône de cette salle de profs virtuelle. Vous y trouverez, pêlemêle, des informations sur la répression de l’homosexualité dans le monde, la désignation des maires récalcitrants à marier les homosexuels, les délires de Patrick Mennucci attribuant au « mariage gay » son échec à Marseille, ou la chronique des délires de Farida Belghoul : il suffit d’exprimer à haute voix une ou deux âneries sur le sujet pour avoir droit à sa rubrique parmi les enseignants.

Entendons-nous : il s’agit là, en fait, des délires d’une poignée de convaincus, à commencer par l’administrateur du forum, « John » (ou Michel M., de son vrai nom), qui sévit aussi activement sur Twitter, avec les mêmes objectifs désintéressés.

Sinon, que trouve-ton sur Neoprofs ? Des historiens convaincus que l’Histoire qu’ils enseignent en classe, et dont tout le monde convient qu’elle est une catastrophe, est l’ultime expression de la pensée humaine. Essayez de les convaincre que le succès même d’un ouvrage aussi médiocre que le dernier-né de Lorànt Deutsch, Hexagone, témoigne d’un ras-le-bol de l’Histoire telle qu’ils l’enseignent, et vous voilà rapidement exclu pour injures répétées à l’intelligence. Tous les profs qui s’expriment ne sont pas des pédagogistes fous, mais inutile d’en dire toutefois du mal : vous seriez balancé par-dessus bord.
Quant aux syndicats, qui ont trouvé là un merveilleux champ de manoeuvre et de recrutement permanent, il n’est pas aisé non plus d’en analyser les turpitudes et leur façon de lécher les godasses ministérielles : vous vous retrouveriez à la porte aussitôt.

Charte dictatoriale

C’est que la cour de récréation a ses limites, sur la Toile. Neoprofs fonctionne selon les règles énoncées par George Orwell dans 1984 : si vous enfreignez la « charte » (assez dictatoriale pour autoriser toutes les interprétations), vous êtes jeté aux requins, et vous disparaissez vous et vos interventions. J’ai consacré du temps, ces quatre dernières années, à proposer des conseils de cours, indiquer des pistes bibliographiques, témoigner de mon expérience. Et il a suffi que je bronche pour que les 10 ou 12 000 messages que j’y avais postés soient effacés d’un coup : j’ai eu l’impression d’être l’un de ces officiels photographiés sur le mur du Kremlin pour le 1er Mai, et qui disparaissaient de la photo officielle dès qu’ils avaient déplu à Staline. Un non-être, comme Winston à la fin du roman d’Orwell.

Je ne suis pas le seul à être passé, grâce à Neoprofs, dans le camp des morts-vivants. Guy Morel, secrétaire et cheville ouvrière du Grip (Groupe de réflexion interdisciplinaire sur les programmes, NDLR), dont j’ai souvent parlé ici, a été viré pour les mêmes impropriétés langagières (c’est bien pratique d’être seul maître de ce qui est ou non injure certaines grossièretés sont rédhibitoires, mais on a vu plus haut que les déchaînements antisémites avaient droit de cité), alors qu’il a dans son seul petit doigt plus de connaissances en pédagogie et en histoire de l’éducation que tout Neoprofs pris en vrac il
a trouvé refuge sur le blog de Luc Cédelle, qui, malgré ses convictions pédagogistes, a plus de sens du débat que ce forum gouverné par la police de la pensée. La présidente de Reconstruire l’école, qui écrit sur le système des choses si pertinentes, n’y montre plus le bout de son nez. Et Loys Bonod, qui tient un blog plein d’esprit, ne fait plus sur Neoprofs que des apparitions fugaces. Mais en un sens, Neoprofs est fort sage de congédier l’intelligence et la compétence : les sots aiment à rester entre eux.

Châtreurs de pensée

Ce qui fait froid dans le dos, c’est de penser à ce qui arriverait si de pareils châtreurs de pensée arrivaient au pouvoir […]. Derrière les censeurs de Neoprofs se dissimulent à peine les Fouquier-Tinville de demain […].

Jean-Paul BRIGHELLI

TABLEAU NOIR

* * *

22 Commentaires
neuronix
le 24/04/2014 à 18:14
Signaler un contenu abusif
Gardons la tête froide
Certes, il y a du vrai dans tous ces textes, mais ne GENERALISONS
PAS…
L’éducation nationale part à la dérive, certes, mais nous sommes tous un
peu fautifs
ce qui a toujours sucité mon étonnement, c’est le fait que des »intellectuels »
(dont, au début de ma carriere, il ne semblait pas que, en tant que « prof de
gym », je puisse en faaire partie… ), n’appliquent pas leur pouvoir de
réflexion et d’analyse aux consignes données, aux théories en vogue (et
vogue la galère…)
oui, au début de ma carriere, la note d’eps ne figurait pas sur le carnet…
mais il faut savoir ce qu’on veut et savoir aussi devant les collegues
montrer qu’on existe
je trouve grave que des enseignants se laissent gaver sans réfléchir, se
laissent mener par le bout du nez par leur syndicat, et dans la salle des
profs, combien de fois j’écumais, les traitant de « moutons »
mais là encore, ne mettons pas tout le monde dans le même sac
De la mesure en toute chose…
c’est vrai que par moments, il fallait et
il fautavoir
les tripes bien trempées
par ex, après 68, pour ne pas exhiber, comme beaucoup de collegues me le
reprochaient, le porteclés »
touche pas à mon pote » de Monsieur H Desir…
j’ai payé mon indépendance d’esprit… Et je ne le regrette pas, même si je
n’ai pas eu certains postes de direction parce qu’on savait que je n’obéirais
pas, petit doigt sur la couture du pantalon
mais j’ai eu la chance d’exercer dans des établissements où les « castes »
catégorielles n’apparaissaient pas
il est vrai que …je suis à la retraite depuis…… Un certain temps et que
dans la » salle des profs », je crois que j’écumerais souvent de rage…
jeuri75
le 24/04/2014 à 16:43
Signaler un contenu abusif
Brighelli, nous somme très amusés
Vous découvrez la schizophrénie de certains de vos collègues, qui frappent
sur tout ce qui n’a pas le loisir de leur plaire. : les élèves, les parents, « les
princes », nos institutions : leur ministre de tutelle, nos hommes politiques
etc. Etc.
* mais vous même quand vous désignez les princes ?
Ce qui nous amuse au plus haut point c’est que vous nous confirmez
Brighelli : école élémentaire, mon cher Watson !
Brighelli : le cauchemar de l’école européenne
Éducation nationale : le (dernier) mauvais coup de Vincent Peillon
Brighelli – Violence à l’école : pour Marie qui voulait être utile en Zep
Tous les articles Tableau
noir
Faites fondre la
graisse!
Une mère française dévoile
une astuce secrète pour
perdre rapidement du poids. Le
coût: 39€!
» Cliquez ici
La fenêtre intelligente
Avec le détecteur de pluie
Velux Integra, vos fenêtres se
referment automatiquement!
» Cliquez ici
Raslebol
fiscal ?
Vous payez plus de 3000€
d’impôts par an ? Découvrez
comment ne plus en payer dès
2014 !
» Cliquez ici
L’amour vous attend !
Retombez amoureux sur
PARSHIP ! Il n’est jamais trop
tard pour trouver le bonheur.
» Cliquez ici
Publicité
arrivaient au pouvoir. L’un censurerait tout ce qui n’est pas Taubira, l’autre tout ce qui est susceptible
d’être islamophobe (on sait que depuis quelques années les musulmans ont remplacé, dans le coeur
des gens de gauche, les prolétaires qui ne votent plus pour eux depuis qu’on a choisi de les ignorer),
un dernier veillerait à la pureté du langage. Derrière les censeurs de Neoprofs se dissimulent à peine
les FouquierTinville
de demain ma
foi, ils feraient mieux de surveiller l’orthographe de leurs troupes,
qui donne des (néo)profs une image déplorable.
Mais j’oubliais : les profs sont déjà au pouvoir enfin,
certains profs. Ils sont 130, dans l’Assemblée
actuelle, à appartenir à ce corps, de près ou de loin et
ils ne sont pas à l’UMP en majorité, figurezvous.
Ma foi, peutêtre
interviennentils
sur Neoprofs, sous pseudonyme c’est
si pratique pour y
défendre les ABCD de l’égalité et toutes ces belles réformes pensées par une gauche folle, qui fait
dans le « sociétal » faute d’avoir des idées dans le domaine économique.
24/4/2014 Brighelli : les forums de profs, une cour de récré dictatoriale – Le Point
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php 4/5
qu’aucun esprit de corps n’existe chez vous (nous le savions bien sur, en
voyant comment vous traitez vos jeunes collègues, ou les non agrégés. Ou
les profs de SVT, ou de sport, ou… Méprisez car… Bref).
Et voyez vous Brighelli, que vous découvriez ce que nous parents
touchons du doigt, nous qui malgré notre cursus, notre réussite prof (ou à
cause ?), devons faire face à l’agressivité, les attaques, les jugements (pas
seulement des capacités et du travail de nos enfants), non des jugements
souvent cruels sur nos capacités de parents etc. Donc Brighelli vous
découvrez l’arbitraire de vos collègues, parce que vous en êtes la victime,
et ça nous met en joie, parce que vous même n’avez jamais été en reste.
LD974
le 24/04/2014 à 16:26
Signaler un contenu abusif
SAUVE QUI PEUT !
Mes copains Médecins libéraux (pardon pour le gros mot !) dès qu’ils voient
un nouveau patient « MGEN », c’est comme ça qu’ils « les » appellent, sont
dans leurs « petits souliers ». Une consultation avec un « MGEN », c’est
comme franchir le Galibier, m’affirmentils,
sans rire !. Et s’il n’y avait que
les Médecins. Un autre monde, une autre galaxie !
JulienML
le 24/04/2014 à 15:57
Signaler un contenu abusif
Une bagarre de cour de récré ?
Un article dans Le Point à présent…
M. Brighelli, je n’ai pas l’honneur de vous connaître personnellement, mais
je me fie volontiers à cette collègue aussi cultivée que passionnée qui ne
tarit pas d’éloges sur un homme cultivé, brillant, et néanmoins accessible et
toujours disponible pour ses collègues jeunes ou moins jeunes.
C’est pourquoi cette polémique avec l’équipe de modération (excessive il
est vrai) de Neoprofs qui finit en critique sur l’existence même d’un forum de
profs, ce qui naturellement conduira bientôt à un flot de commentaires
hostiles aux enseignants sans plus de nuance, me chagrine profondément.
(Tout comme me heurte en réalité l’idée même de « bannir » qui que ce soit).
CPF
le 24/04/2014 à 15:53
Signaler un contenu abusif
Rectificatif
Vous écrivez : « Et il a suffi que je bronche pour que les 10 ou 12 000
messages que j’y avais postés soient effacés d’un coup ».
Mais non, vérification faite, vos 7 000 messages sont toujours là.
Ozaguets
le 24/04/2014 à 15:48
Signaler un contenu abusif
Les profs
Sont des gens comme les autres et qui disent donc autant de bêtises que
les autres ! J’en ai connu qui se disaient même communistes, c’est dire !
AD36
le 24/04/2014 à 15:47
Signaler un contenu abusif
Monsieur Brighelli.
Ce que vous dénoncez est exact. Ces fora sont le reflet exact des
conversations d’une salle de prof ordinaire, avec son décors hautement EN,
ses panneaux administratifs et syndicaux, ou information officielle et
contestation se côtoient dans la même intimité institutionnelle. Pas de
place facile pour un tiers point de vue sans rappel à l’ordre de ce que doit
être une « vraie » opposition aux politiques de « liquidation » de l’EN, du
« manque de moyens », etc.
À la différence toutefois de ce type de climat, très politiquement correct, où
toute phrase est interrompue des qu’elle n’obéit plus aux canons de la
pensée syndicale et politique dominante, où les réserves de points Godwin
sont plus abondantes que les papiers cumulés dans les corbeilles, prêts à
être dégainés plus vite que leur langues, à la différence donc de cette
atmosphère avec laquelle il faut bien vivre et travailler, rien n’empêche les
enseignants, lassés de tourner en rond dans le Don Quichotisme et d’être
censurés, d’utiliser cet espace de liberté qu’est internet et dont ils pourraient
bénéficier pour créer leur propre forum. C’est justement l’apport de cette
nouvelle technologie, outil où se côtoient, comme les langues d’Esope, le
pire et ses censures d’un autre âge, et le meilleur, la liberté d’expression. À
vous d’en profiter.
Lafayette
le 24/04/2014 à 15:20
Signaler un contenu abusif
Heureux quand ça s’effondrera
Ah ! Le mammouth français, sorte de terre sibérienne vouée éternellement
à Lénine… Avec une libération annuelle de 4 mois (= sortie du goulag bobo
pour vacances type komsomolks) et une libération largement hebdomadaire
avec les petites 15h de présence des agrégés (Brighelli en a bien profité
face aux « serfs » certifiés à 18h : il trouve celà normal).
Vivement la chute du mur ! Et à travail égal, salaire égal, présence égale et
accrue entre les profs libérés et privatisés !
spando
le 24/04/2014 à 15:04
Signaler un contenu abusif
ça decoiffe
Je reste effaré par les propos de Mr Brighelli : quel panier de crabes !
J’avais en tête certains problèmes, mais je ne pensais pas qu’ils étaient
aussi délirants…
On en peut que regretter que Mr Brighelli ne dispose pas d’un réel pouvoir
d’intervention pour développer ses thèses, qui me semblent pourtant pleines
de bon sens, d’espoir et de qualité.
24/4/2014 Brighelli : les forums de profs, une cour de récré dictatoriale – Le Point
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php 5/5
rrrrr
le 24/04/2014 à 14:24
Signaler un contenu abusif
Fantastique…
… Site, Néoprof, où l’on apprend plein de choses, et où on rit bien. L’EN
n’est pas réformable. Point. Laissons ce truc croupir. ça finira par s’écrouler
et basta.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers le billet du blog S.O.S. Education, 29 avril 2014,

et lien vers l’article de Jean-Paul BRIGHELLI, Le Point.fr , 24 avril 2014.

http://blog.soseducation.org/michel-m-censeur-de-neoprofs/

Cliquer pour accéder à 20140424brighelli.pdf

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-les-forums-de-profs-une-cour-de-recre-dictatoriale-24-04-2014-1815776_1886.php 2/5

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Le forum neoprofs constitue une référence incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à l’éducation en France. Fort de plus de 22 000 membres, lu chaque jour par des dizaines de milliers d’internautes, c’est LE plus grand forum d’échanges entre professionnels de l’Education Nationale.

Tous les thèmes liés à l’éducation peuvent y être librement abordés. Du moins, en théorie… Les faits d’actualité se mêlent aux anecdotes personnelles, aux ressources disciplinaires, aux problématiques pédagogiques, aux informations administratives, aussi bien qu’aux questionnements angoissés des jeunes candidats aux concours et aux conseils ou aux désillusions des vieux briscards des salles de cours.

Régulièrement, on y évoque tel fait divers, telle grève, tel mouvement de protestation de professeurs malmenés par leur hiérarchie locale. Une coupure de presse d’un quotidien régional, un témoignage d’un enseignant qui a vu l’homme qui a vu le prof qui a vu l’ours (l’amusant et très sage Cripure n’est jamais bien loin 😉 ), et les intervenants commentent – ou pas.

On pourrait donc se dire que ce forum contribue lui aussi à briser le déni et l’Omerta qui règnent sur le Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale. Tout en restant dans son statut, son rôle et ses fonctions de forum public, neoprofs suit la démarche que nous adoptons : le site publie des informations, et chacun peut lire et commenter librement…

Sauf que…

De nombreux internautes témoignent des censures répétées qu’ils ont subies sur neoprofs dès lors qu’ils ont commencé d’aborder le thème du Harcèlement Moral Hiérarchique. A peine le débat lancé, à peine effleuré le sujet des responsabilités, des compromissions, du déni institutionnalisé, que Dame Anastasie a sévi.

Comptes bloqués. Intervenants bannis. Posts effacés. Pages de discussions englouties. Sujets entièrement disparus des écrans, y compris lorsqu’ils comportaient plusieurs pages n’abordant pas directement ces questions décidément bien délicates. Le caviardage règne en maître. Les administrateurs du forum neoprofs refusent que soit réellement débattue sur leur site la question du Harcèlement Moral Hiérarchique.

Des preuves ? Faut-il établir la liste des dizaines de pseudos définitivement bannis pour avoir mis les pieds dans le plat ? Faut-il publier ici les échanges que les administrateurs de ce forum ont cru bon d’effacer ? Faut-il se livrer à une comptabilité des fantômes que neoprofs a plongés dans l’oubli ? Et si vous faisiez plutôt le test, vous mêmes, en intervenant sur ce forum ? Chiche…

C’est une blague ! Ce n’est pas possible, nous direz-vous… Il n’y a pas de censure sur neoprofs. C’est n’importnawak. On peut encore y lire des sujets consacrés au Collège de Bellefontaine ( http://www.neoprofs.org/search?search_keywords=bellefontaine ), un autre sur le Collège Gay Lussac de Colombes ( http://www.neoprofs.org/t94821p60-apres-bellefontaine-repression-au-college-gay-lussac-de-colombes-92#3284686 ), et un sur le Harcèlement dans l’Education ( http://www.neoprofs.org/t13396-harcelement-dans-l-education ). Certes. Mais les questions de fond y sont-elles abordées ? A t-on évoqué, en nombre, ne serait-ce que 5 % des établissements scolaires que nous avons pu épingler (sans la coopération de 22000 membres, pour ce qui nous concerne) ? Et pour en dire quoi, en dehors de banalités, de généralités, d’ébahissements plus ou moins feints, et de quelques larmes de crocodiles ?

Un enseignant qui voudrait témoigner précisément du H.M.H. qu’il subit pourrait-il le faire sur cette plate-forme de discussion ? Ou cela est-il trop gênant de renvoyer à leurs responsabilité individuelle des personnes précises – sans forcément les nommer et sans aucune volonté de les piéger ou de pratiquer une quelconque délation, d’ailleurs. Chefs d’établissements, collègues, syndicalistes, médiateurs, Inspecteurs, hauts fonctionnaires, recteurs… les administrateurs de neoprofs ont-ils la volonté de protéger ceux qui s’embourbent dans les pires dérives ? Le Harcèlement Moral Hiérarchique est un sujet tabou sur le forum neoprofs, parce que ses administrateurs l’ont décidé ainsi. Ne nous demandez pas pourquoi… demandez-le leur !

C’est une blague ? Faites le test. Reprenez en substance un dixième des constats du passage ci-dessous de Harcèlement Moral dans l’Enseignement de Daniel Arnaud, et écrivez-le, noir sur blanc sur le forum neoprofs.

 * * *

https://omertaaurectorat.wordpress.com/2013/07/29/quand-les-syndicats-denseignants-trompent-les-enseignants-2-reflexions-de-daniel-arnaud-suite/

Vos délégués syndicaux, « domestiqués », sont de fait associés à tous les étages de la pyramide administrative. Ils boivent l’apéro avec votre chef d’établissement lors du Conseil d’Administration (CA) ; ils entretiennent de bonnes relations avec votre inspecteur en espérant récupérer un poste de « faisant fonction » lors de son départ à la retraite ; ils siègent dans des Commissions Administratives Paritaires Académiques (CAPA) où ils assurent votre recteur de la docilité « des troupes » qu’ils tiennent en l’échange de menus services : vague promesse de promotion plus rapide à l’échelon suivant, avis très favorable pour un congé formation…

Vous imaginez bien que, dans ces conditions, la connivence entre vos « chers collègues » et vos supérieurs s’installe tout naturellement. Pourquoi iraient-ils déplaire aujourd’hui à la hiérarchie en apportant leur soutien à un professeur harcelé, en prenant le risque de se faire interdire le puits des privilèges demain ? Oui, ils servent la pacification dans les rangs. Avant le recours à une répression plus brutale (blâme, suspension de service, mutation disciplinaire…), le passage par les permanents de ce syndicalisme dévoyé permet souvent au Pouvoir de faire accepter sans coup férir aux maîtres qui le subissent les décisions même les plus iniques… Des preuves de la compromission ? Paul Villach prend le cas d’une ancienne secrétaire générale du SNES-FSU, décorée de la légion d’honneur en 2001 par le ministre de l’Education nationale, et commente la remise du hochet sans détours :

« Est-il raisonnable de croire qu’un ministre récompense une syndicaliste pour sa fidélité à sa mission de contre-pouvoir, c’est-à-dire à une action visant avant tout à contenir la tentation du pouvoir qui, selon Montesquieu, est de toujours s’étendre tant qu’il ne rencontre pas de limite ?

Compte tenu de ce qu’on observe depuis 20 ans, cette médaille est bien plutôt le signe tangible de la reconnaissance du pouvoir envers une auxiliaire pour l’avoir aidé à domestiquer un contre-pouvoir gênant. Quand le mandataire des salariés s’est mué en porte-parole du patron, cela mérite bien une médaille. »

Il suffit du reste de se rendre sur le site de la FSU (http://www.fsu.fr/) pour s’apercevoir qu’elle rassemble, outre le SNES, aussi bien d’autres syndicats de profs que… des syndicats d’inspecteurs et de chefs d’établissement ! C’est-à-dire de ces administratifs qui, dans les cas de harcèlement, contribuent à détruire les victimes et à entretenir la loi du silence.

 * * *

Observez les réactions, et voyez combien de temps il faudra à quelques intervenants – toujours les mêmes – pour discréditer votre parole, pour enfumer vos interventions, et pour noyer le poisson. On déplacera le propos sur le mode : Les syndicats font un travail formidable, fabuleux, extraordinaire, inouï, indispensable, « génial », top ! ;  j’en ai marre de ces gens qui critiquent les syndicats mais qui ne font jamais rien; ah mais vous verrez quand y’aura plus de syndicats ma bonne dame ils seront bien avancés pour connaître les résultats de leur demande de mutation, ces petits cons !; moi-je moi-je moi-je j’arrête pas de faire des sacrifices pour les autres dans mon syndicat à moi-je, alors venez pas commencer à me critiquer moi-je…

Si vous recentrez le propos sans tomber dans les provocations, le dialogue tournera rapidement à votre avantage. Et c’est là que les administrateurs feront le reste. On effacera vos interventions les plus convaincantes pour ne laisser que des pages insipides ou en votre défaveur. Car l’essentiel sera que les lecteurs et les intervenants du forum ne puissent pas débattre du dessous des cartes et de l’envers du décor de certains syndicats ultra majoritaires, qui syndiquent dans les mêmes fédérations aussi bien les p’tits profs insignifiants que les chefs d’établissements (y compris les harceleurs) et les Inspecteurs (y compris ceux qui ont une connaissance précise des faits de Harcèlement Moral Hiérarchique et qui les couvrent, par leur silence ou par leur action).  

Le pompon ayant été obtenu en 2013 par cette intervenante écrivant qu’elle ne tolérait pas la moindre critique contre les syndicats enseignants car elle s’investissait énormément pour son syndicat, en précisant benoîtement que ce travail consistait uniquement… à assister à d’interminables réunions dont elle même avouait qu’elles étaient totalement stériles ! La démonstration que les gros syndicats étaient pleinement des acteurs de l’Omerta qui règne sur le H.M.H. étant faite et s’achevant dans le grotesque, il ne resta plus qu’aux administrateurs de neoprofs à bannir définitivement l’impertinent qui avait levé le lièvre. Et à effacer méthodiquement toutes ses interventions et les réponses au-ras-des-pâquerettes  des braves chiens de garde du système.

Récemment encore, ceux qui ont osé suggérer qu’on puisse demander au principal syndicat enseignant, le SNES, de s’investir réellement dans la lutte contre le H.M.H. se sont vus qualifier de trotskystes, de rouges, de paranoïaques, de complotistes, de partisans des illuminati et autres amabilités du genre, sans qu’aucun modérateur n’y trouve rien à redire.

Ah ! Si. Pardon. Les modérateurs sont intervenus. Ils sont intervenus bravement pour faire pression – tenez-vous bien – sur… les enseignants qui souhaitaient évoquer une situation de répression arbitraire et d’abus de pouvoir hiérarchique, en leur faisant bien sentir entre les lignes qu’ils ne devaient pas aller trop loin. Et qu’au moindre prétexte (ou même sans !), on  pouvait les bannir en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire :

Message par Al-qalam le Lun 21 Sep 2015 – 9:07

Le procédé consistant à multiplier les comptes pour répondre à un sujet est malhonnête et interdit. A bon entendeur…

 par Thalia de G le Mar 22 Sep 2015 – 21:19

Merci de ne pas poster plusieurs messages successifs, ce qui peut être considéré comme du flood. Charte 2.1 K http://www.neoprofs.org/t41977-lire-la-charte-neoprofs
* * *

 

Espérons qu’après la publication de notre article, les administrateurs de neoprofs hésiteront un peu avant de censurer Namor, Kropp, Mctoy, Akira 2015, Tond, Isabellebelle, Aigle et autres Syndicale.

 

Comment ? Plus de la moitié de ces intervenants serait déjà bannie ? C’est encore une blague… 🙂

 

Marie, Jeanne, et Philippe.