Archives de la catégorie ‘Le Collège Anatole France de NOEUX-LES-MINES (62)’

La Voix du Nord en faisait état sur son site, le mardi 4 février. Après l’ incident survenu quatre jours plus tôt au Collège Anatole France de Noeux-les-Mines, la FCPE du cru avait pris position. Et la journaliste Elsa LAMBERT-LIGIER rapportait dans son article les propos d’un représentant de la FCPE, parent d’élève élu et délégué.

« La FCPE a tout de suite réagi.

« L’enseignante veut-elle nous faire croire que l’enfant s’est blessé tout seul ? » ».

Et ce parent, comme beaucoup d’autres, de se déchaîner contre l’enseignante accusée par un élève perturbateur de l’avoir frappé violemment à la tête à trois reprises, sans raison aucune, juste parce qu’elle aurait été « énervée »… Six jours d’ITT (Incapacité Temporaire de travail) avaient été délivrés au doux et tendre bambin suite à cet acte de barbarie, qui serait passé totalement inaperçu sans le courage de quelques parents d’élèves. Invectives sur le net, par mails, sur Face Book, Twitter, commentaires assassins à l’encontre du bourreau d’enfants sur les sites de divers médias, alerte rouge sur les forums consacrés à l’éducation. Sans parler du plus grave. Les commérages, les témoignages fiables, les « j’ai vu », les « on dit », les pires rumeurs, à la sortie du collège, dans les rues, dans les foyers, entre voisines, entre cousines, entre frangines… Résultat de ces prises de position et de ce travail de sape et de désinformation mené depuis le vendredi, au matin ce sont des cris hostiles, des huées d’adolescents rétifs et de parents en colère qui ont accueilli l’arrivée des enseignants dans leur collège !

« La FCPE a tout de suite réagi.

« L’enseignante veut-elle nous faire croire que l’enfant s’est blessé tout seul ? » ».

Une enseignante marquée à vie par les rumeurs, par le « ce qu’on en dit », par le doute des fumées qui ne pourraient exister sans feux, et une femme trop vite lynchée par une populace décérébrée… Alors, oui, pour répondre à cet élu de la FCPE, qui visiblement n’a jamais vu Jacques BREL se dépêtrer dans Les Risques du Métier (André CAYATTE, 1967), oui, le gosse s’est blessé tout seul – ou plutôt, il a fait mine d’être blessé, il a simulé une agression, il a menti volontairement.

« La FCPE a tout de suite réagi.

« L’enseignante veut-elle nous faire croire que l’enfant s’est blessé tout seul ? » ».

Et puis… et puis… devant l’ampleur du phénomène, qui provoqua une journée morte au collège Anatole France, réalisant un peu tard (après quatre jours pleins…) que les délires de certains de ses membres avaient assez duré, et qu’ils avaient causé bien assez de dégâts, la FCPE locale, se souvenant qu’elle aurait déjà fort à faire à justifier demain de ses prises de position dans d’autres dossiers locaux de lynchages d’enseignants, la FCPE du coin, craignant que son implication directe et son rôle actif dans telle ou telle affaire immonde de harcèlement moral ne finissent par être dévoilés et médiatisés, la FCPE du cru, sagement, a décidé de faire marche arrière. Exit les prises de position féroces contre l’enseignante incriminée. Exit les condamnations à l’emporte-pièce. Exit la conclusion de l’article de la journaliste, qui s’empressa en fin de journée de supprimer de son texte, sur le site du journal La Voix du Nord, la petite phrase qu’elle avait recueillie auprès de la FCPE.

« La FCPE a tout de suite réagi.

« L’enseignante veut-elle nous faire croire que l’enfant s’est blessé tout seul ? » ».

Philippe, Jeanne et Marie.

Publicités

 

On le sait, tous les élèves ne sont pas des anges, loin de là. On le sait, les professeurs peuvent être soumis de manière chronique à beaucoup de tension, voire à du stress quotidien, surtout lorsque leur direction démago donne systématiquement raison aux parents et à leur progéniture. Les fauteurs de troubles, les sauvageons, les gosses sans repères sont dans leur bon droit lorsqu’ils épuisent le personnel d’enseignement et d’encadrement. C’est pour rire. Ce sont de petits jeux innocents. Les chères petites têtes blondes peuvent pousser à bout ces paresseux de profs, ça ne pourra que les remuer un peu, eux qui sont toujours en vacances ou en grève. Les parents sont infichus d’éduquer leurs propres gamins ? Ce n’est pas de leur faute. Et quand ces mêmes parents, incapables d’apprendre le respect à leur marmaille, sont dans le même temps capables de trouver la porte du Commissariat de Police pour déposer plainte contre un enseignant poussé à bout, tout va bien.

En tout cas, après l’incident du 31 janvier, à Noeux-les-Mines, au collège Anatole France tout va bien. Tout va bien pour la FCPE locale…

Une enseignante note toutefois : « Ça gave de toujours devoir se justifier et se défendre de tout face à des manipulateurs en culottes courtes. J’enrage !  ».

Comment ? Des « manipulateurs en culottes courtes »  ? Et qui seraient appuyés par la FCPE du Pas-de-Calais ? De mémoire d’enseignant, on n’a jamais vu ça… Encore que…  La FCPE du coin est réputée pour ses prises de position en faveur de manipulateurs en culottes courtes, mais aussi en faveur de manipulateurs en pantalon, de manipulateurs en costume et cravate, et autres manipulateurs arborant parfois au plastron les palmes académiques. La Voix du Nord n’en parle pas – ou pas encore – mais les témoignages abondent et les dossiers se succèdent.

Quand un principal de collège décide de se débarrasser d’un professeur refusant de voter pour des suppressions de poste en Conseil d’Administration, et que ce chef d’établissement monte un dossier bidonné à charge contre ce professeur, la FCPE du Pas-de-Calais participe-t-elle à cette mascarade ?

La FCPE du Pas-de-Calais accepte-t-elle de participer à des manipulations, à des cabales, à des campagnes de dénigrement et de déstabilisation ?

La FCPE du Pas-de-Calais accepte-elle d’apporter de faux témoignages, d’accuser et d’accabler des professeurs innocents, dont le seul crime est de déplaire à leur chef d’établissement ?

La FCPE du Pas-de-Calais est-elle impliquée dans des situations de harcèlement moral ayant entraîné le suicide d’enseignants ?

Officiellement, la réponse à ces questions est non. Bien sûr que non, ce n’est pas possible. La FCPE, dans le Pas-de-Calais, pas plus qu’ailleurs en France, ne ferait jamais de telles saloperies. N’est-ce pas… Quoi que… Il se murmure ici et là que… Des documents circulent, qui tendent à montrer que…

Il semble bien que ces questions restent à creuser. A suivre…

Marie, Jeanne, et Philippe

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article de Elsa LAMBERT-LIGIER, La Voix du Nord 4 février 2014.

http://www.lavoixdunord.fr/region/college-mort-a-noeux-les-mines-apres-les-parents-le-ia30b53960n1895137

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Collège mort à Nœux-les-Mines après l’incident entre un prof et un élève vendredi !

Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 04/02/2014

Par ELSA LAMBERT-LIGIER

Pas de cours ce mardi au collège Anatole-France de Nœux-les-Mines. Les élèves sont quasiment tous rentrés chez eux. Pourquoi ? Les professeurs font grève. Si on ignore encore le motif exact de la grève, on se doute que ce mouvement est lié à l’« incident » de vendredi entre un collégien en 5e et un prof d’histoire-géographie qui s’est terminé par un dépôt de plainte des parents.

IMG_0709.JPG

Collège mort à Nœux-les-Mines. À 10h, une poignée d’élèves dehors et autant dans le hall attendent de rentrer chez eux. Les autres sont déjà repartis. « Le surveillant nous a dit que les profs font grève », raconte un élève de 5e, dans la même classe que l’élève qui se dit victime de coups de la part de son professeur. « Le professeur était énervé et en secouant l’élève, sa tête a claqué contre la table. » Impossible de discuter avec la direction, qui ne veut toujours pas répondre à nos questions et nous renvoie vers le rectorat. Et nous n’avons pu rencontrer aucun professeur pour expliquer les raisons de leur mouvement. Solidarité avec le professeur ? Ras-le-bol du comportement et des bagarres entre certains élèves ?

Sur son site Facebook, la FCPE de Nœux-les-Mines parle d’un « acte tout à fait exceptionnel dans cet établissement ». Dans le commentaire d’une prof, on sent le malaise déclenché ou révélé par cet incident de vendredi. « Une journée qui pèse, un collègue dans la m… et se sentir impuissante à l’aider alors qu’il risque gros. Ça gave de toujours devoir se justifier et se défendre de tout face à des manipulateurs en culottes courtes. J’enrage ! » La FCPE a tout de suite réagi. « L’enseignante veut-elle nous faire croire que l’enfant s’est blessé tout seul ? »

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus article de Elsa LAMBERT-LIGIER, La Voix du Nord 4 février 2014.

http://www.lavoixdunord.fr/region/college-mort-a-noeux-les-mines-apres-les-parents-le-ia30b53960n1895137

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

A partir du 4 février 2014 lisez nos articles sur le Collège Anatole France de Noeux-les-Mines.

A suivre…

Marie, Jeanne, et Philippe.