Archives de la catégorie ‘Le Collège Georges Rayet de FLOIRAC (33)’

 

Quatre plaintes pour harcèlement moral contre un principal de collège. Le fonctionnaire incriminé bénéficie de la protection juridique du Rectorat et de la présomption d’innocence. Et on sait que les procureurs et les juges accordent peu d’intérêt aux plaignants, dans ce type d’affaire, de la même manière que les victimes de viols, avaient en France, avant les années 1970, le plus grand mal à faire reconnaître leurs droits… La mentalité des hommes de lois et des hommes de Justice doit évoluer dans ce domaine, et il y a un sacré chemin à faire ! On commence quand ? Aujourd’hui ? Demain ? Ou à l’horizon 2050 ?

Quatre plaintes pour harcèlement moral contre un principal de collège. Cela pourrait se répéter au quotidien, car des dizaines de milliers de fonctionnaires de l’Education Nationale subissent des formes de harcèlement de la part de leur hiérarchie.

Quatre plaintes pour harcèlement moral contre un principal de collège. Cela se fait très rarement, en raison notamment d’une certaine collusion entre plusieurs syndicats enseignants et les syndicats de chefs d’établissement (regroupés dans les mêmes fédérations). Faire intervenir un vrai syndicat, le syndicat SUD Education, et la Ligue des Droits de l’Homme a permis, au collège Georges Rayet de FLOIRAC, de débloquer une situation qui aurait pu amener au suicide de plusieurs agents, si c’est envers de pseudo-syndicats que s’étaient tournées les victimes de ces faits insoutenables. L’exemple de l’intervention syndicale dans ce collège est un modèle à suivre. De quoi faire réfléchir les syndicalistes corrompus qui protègent à longueur d’année les chefs d’établissement harceleurs ?

Marie, Jeanne, Philippe

P.S. : Nous l’avons écrit : Le principal de ce collège bénéficie de la présomption d’innocence. Il se peut qu’il soit totalement innocent des délits de harcèlement dont on l’accuse. Peut-être que ces accusations ne reposent que sur du vent, que tout a été inventé, qu’il a toujours fait preuve d’une extrême bienveillance envers ses subordonnés. C’est possible. Il est peut-être victime d’une série de malentendus, d’une cabale, d’un vaste complot, ou encore de mauvaises intentions de petits hommes verts venus du fin fond de l’espace…

 

*****************************************************************************************

*****************************************************************************************

Ci-dessous, reportage de Martin COTTA, France Bleue Gironde, 14 octobre 2013.

*****************************************************************************************

*****************************************************************************************

Quatre agents d’un collège de Floirac portent plainte pour harcèlement moral contre son principal

Lundi 14 octobre 2013 à 06h00

Une enquête de police doit déterminer si oui ou non quatre agents d’entretien du collège Georges-Rayet à Floirac sont victimes de harcèlement de la part du principal du collège. Un problème de logement de fonction serait à l’origine du contentieux.

Le reportage France Bleu Gironde de Martin Cotta

Lecture

Partager

Il y a un an et demi, lorsque Khaled (le prénom a été changé) est muté au collège Georges-Rayet de Floirac, il prend un logement de fonction. Avec lui vivent sa femme et ses trois enfants. Selon le syndicat Sud et la Ligue des droits de l’Homme, ce logement est un F3, trop petit pour la famille. Khaled demande donc au principal du collège à pouvoir changer et loger dans un appartement plus grand. Pas question pour le principal. Selon ce dernier, en plus, « tous les logements de fonction dans le collège font la même taille« .

Pour remédier au problème, le Conseil général de Gironde (employeur de Khaled) débloque des crédits pour construire une mezzanine dans l’appartement de l’agent. Mais rien y fait : cette solution ne convient pas à Khaled.

Le conflit fait alors tâche d’huile : trois autres agents de l’établissement, dont sa gestionnaire, se montrent solidaires de leur collègue. Selon le syndicat Sud et la LDH, les relations se dégradent au quotidien avec la direction. « Ils ne se parlent plus, se regardent de travers. Le principal et des représentants de l’établissement ne se privent pas de faire des réflexions désobligeantes« , confie Jean-Claude Guichenet le Président de la Ligue des droits de l’Homme en Gironde. Aujourd’hui, les agents subiraient donc les foudres quotidiennes d’un principal furieux de constater l’ampleur de l’affaire.

Même s’il ne donne pas d’interview, le principal nie les faits de harcèlement. Il a été entendu par la police. Selon le syndicat Sud et la LDH, certains agents auraient pourtant envisagé le suicide. Dans le cas d’un des agents, le malaise se traduirait sous la forme de psiorasis, une réaction cutanée difficile à soigner, sorte de plaque rouge sur la peau.

Khaled, lui, enchaîne les arrêts maladies. Il est d’ores et déjà muté dans un collège de Lormont début novembre mais l’affaire n’est pas terminée car une enquête de police est ouverte.

********************************************************************************************

*******************************************************************************************

Ci-dessus, reportage de Martin COTTA, France Bleue Gironde, 14 octobre 2013.

*******************************************************************************************

********************************************************************************************

Dès demain notre premier article sur le Collège Georges Rayet de Floirac. A suivre…

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

Marie, Jeanne, Philippe

*****************************************************************************************

*****************************************************************************************

Ci-dessous, reportage de Martin COTTA, France Bleue Gironde, 14 octobre 2013.

*****************************************************************************************

*****************************************************************************************

Quatre agents d’un collège de Floirac portent plainte pour harcèlement moral contre son principal

Lundi 14 octobre 2013 à 06h00

Une enquête de police doit déterminer si oui ou non quatre agents d’entretien du collège Georges-Rayet à Floirac sont victimes de harcèlement de la part du principal du collège. Un problème de logement de fonction serait à l’origine du contentieux.

Le reportage France Bleu Gironde de Martin Cotta

Lecture

Partager

Il y a un an et demi, lorsque Khaled (le prénom a été changé) est muté au collège Georges-Rayet de Floirac, il prend un logement de fonction. Avec lui vivent sa femme et ses trois enfants. Selon le syndicat Sud et la Ligue des droits de l’Homme, ce logement est un F3, trop petit pour la famille. Khaled demande donc au principal du collège à pouvoir changer et loger dans un appartement plus grand. Pas question pour le principal. Selon ce dernier, en plus, « tous les logements de fonction dans le collège font la même taille« .

Pour remédier au problème, le Conseil général de Gironde (employeur de Khaled) débloque des crédits pour construire une mezzanine dans l’appartement de l’agent. Mais rien y fait : cette solution ne convient pas à Khaled.

Le conflit fait alors tâche d’huile : trois autres agents de l’établissement, dont sa gestionnaire, se montrent solidaires de leur collègue. Selon le syndicat Sud et la LDH, les relations se dégradent au quotidien avec la direction. « Ils ne se parlent plus, se regardent de travers. Le principal et des représentants de l’établissement ne se privent pas de faire des réflexions désobligeantes« , confie Jean-Claude Guichenet le Président de la Ligue des droits de l’Homme en Gironde. Aujourd’hui, les agents subiraient donc les foudres quotidiennes d’un principal furieux de constater l’ampleur de l’affaire.

Même s’il ne donne pas d’interview, le principal nie les faits de harcèlement. Il a été entendu par la police. Selon le syndicat Sud et la LDH, certains agents auraient pourtant envisagé le suicide. Dans le cas d’un des agents, le malaise se traduirait sous la forme de psiorasis, une réaction cutanée difficile à soigner, sorte de plaque rouge sur la peau.

Khaled, lui, enchaîne les arrêts maladies. Il est d’ores et déjà muté dans un collège de Lormont début novembre mais l’affaire n’est pas terminée car une enquête de police est ouverte.

********************************************************************************************

*******************************************************************************************

Ci-dessus, reportage de Martin COTTA, France Bleue Gironde, 14 octobre 2013.

*******************************************************************************************

********************************************************************************************