Archives de la catégorie ‘Le Collège Jean Boucheron de CASTILLONNES (47)’

Dans l’Education Nationale, une fois pour toutes, il n’y a PAS de chefs d’établissements qui dérapent. Il n’y en a jamais eu. Et il n’y en aura jamais. C’est officiel donc on s’incline.

Des profs coupables, oui, ça, il y en a. Et s’ils sont innocents ce n’est pas bien difficile d’en faire des coupables en les chargeant de fautes imaginaires et d’accusations montées de toutes pièces.

Mais un principal délinquant dans son collège, cela n’est pas possible. Un proviseur délinquant dans son lycée, cela n’est pas possible. Ce serait trop grave. Et le site Omerta au Rectorat en parlerait. 😉

Jeanne, Philippe, et Marie.

 

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article du 4 septembre 2014, Bastien SOUPERBIE et Pierre-Antony EPINETTE, Sud Ouest.

http://www.sudouest.fr/2014/09/04/un-principal-de-college-suspendu-pour-au-moins-quatre-mois-1659947-3656.php

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Castillonnès (47) : un principal de collège suspendu pour au moins quatre mois

Publié le 04/09/2014 à 06h00 , modifié le 04/09/2014 à 09h33 par

Il est reproché au fonctionnaire un comportement déplacé à l’égard de deux surveillantes

Castillonnès (47) : un principal de collège suspendu pour au moins quatre mois
Le principal n’était pas présent pour la rentrée scolaire. © Photo

Archives T. M.

 

 

Au collège de Castillonnès, la rentrée des classes s’est déroulée sans son principal attitré, Mustapha Hani. Ce dernier a été, durant l’été, suspendu à titre provisoire pour une durée de quatre mois par l’Inspection académique. Il lui est reproché, a minima, un comportement déplacé à l’égard de deux jeunes surveillantes. Une procédure judiciaire est en cours pour élucider cette affaire dans une atmosphère jugée « confuse » par des personnes extérieures au collège, celles-ci évoquant un contexte « conflictuel » entre le principal et notamment le corps enseignant.La menace d’un mouvement de grève aurait été même brandie en cas de maintien aupostedeMustaphaHani, arrivé dans la commune à la rentrée 2013.

Dominique Poggioli, le nouveau directeur académique, estime que la procédure de suspension visant le principal de Castillonnès est une « procédure courante » au sein de l’Éducation nationale. « Ce n’est ni la première, ni la dernière plainte de ce genre à laquelle l’administration est confrontée », indique par ailleurs ce dernier qui attend les résultats de l’enquête pour juger de la fiabilité des accusations.

« Ce qui est primordial c’est d’apporter de la sérénité au sein du collège mais aussi de permettre à l’intéressé de se défendre ». Nous n’avons pas pu joindre Mustapha Hani qui, jusqu’à preuve du contraire, bénéficie de la présomption d’innocence, et serait soutenu par plusieurs parents d’élèves. En attendant, c’est la proviseur adjointe du lycée Jean-Monet à Foulayronnes qui assure l’intérim à Castillonnès.

 

5 commentaires
  • lechoucas

    il y a 5 mois – 06/09/2014 à 13h44

    M. Hani soutenu par des parents d’élèves? ceux-là même qu’il insultait dans leur dos! Prévenu dès juin, le rectorat a attendu fin août pour décider d’éloigner d’un établissement scolaire un homme accusé de harcèlement sexuel et accablé par une vingtaine de courriers de la part du personnel de l’établissement qui a également voulu dénoncer ses méthodes malhonnêtes… une enquête est en cours, qui a été close fin juin pour être rouverte mystérieusement fin août…
  • ouigres

    il y a 5 mois – 05/09/2014 à 05h40

    Combien de personnels sont renvoyés par an pour incompétence, fraudes, harcèlements, violences aux enfants ?
    Il serait intéressant que cette « grande muette » d’éducation nationale publie ses chiffres !
    La plupart du temps les personnes sont déplacées sur un autre poste pour, parfois, revenir dans l’école de leurs forfaits quelques années après !
    L’éducation nationale est de plus en plus gangrenée mais demeure intouchable les syndicats (une désormais minorité) faisant peur à tous les pouvoirs, résultats les niveaux baissent sans cesse, la France au classement PISA étant désormais derrière certaines républiques bananières et personne ne s’en émeut, à se demander même si les ministres le savent !
  • anonyme 47

    il y a 5 mois – 04/09/2014 à 15h05

    @momo040
    +1
  • Jeanré

    il y a 5 mois – 04/09/2014 à 13h55

    on attend que ça se tasse puis on délocalise, pas de vague chuttttttttt c’est l’education nationale, il ne peut pas y avoir de brebis galeuse voyons, c’est eux qui ont le savoir
  • momo040

    il y a 5 mois – 04/09/2014 à 12h07

    « bénéficie de la présomption d’innocence, et serait soutenu par plusieurs parents d’élèves » J’ai comme une petite idée sur ces parents d’élèves…..

    *************************************************************************************************

    *************************************************************************************************

    Ci-dessus article du 4 septembre 2014, Bastien SOUPERBIE et Pierre-Antony EPINETTE, Sud Ouest.

    http://www.sudouest.fr/2014/09/04/un-principal-de-college-suspendu-pour-au-moins-quatre-mois-1659947-3656.php

    *************************************************************************************************

    *************************************************************************************************

Publicités