Archives de la catégorie ‘Le Collège Voltaire de LOURCHES (59)’

 

« Rien à se reprocher »… C’est toujours ainsi que se défendent les chefaillons qui pratiquent le Harcèlement Moral Hiérarchique. Jamais ils ne reconnaissent le délit. Et comme l’administration les couvre systématiquement

Heureusement que les vrais syndicats s’engagent au côté des victimes, pour un peu plus de justice et pour le respect des valeurs qui fondent la République. Comment de hauts fonctionnaires dans les Rectorats et au Ministère de l’Education Nationale peuvent-ils accepter de couvrir ce type de délits ?

Philippe, Marie, et Jeanne.

 

P.S. : pour ne froisser personne, et comme à notre habitude, rappelons que la gestionnaire de ce collège est peut-être entièrement innocente de ce dont on l’accuse (peut-être… ou peut-être pas). Oui mon bon monsieur ! Même que ça s’appelle la présomption d’innocence, parfaitement. Il est possible que cette brave dame soit victime d’une simple succession de malentendus sans importance. Ou victime d’une cabale, d’un vaste complot, voire de mauvaises intentions de petits hommes verts venus tout exprès du fin fond de l’espace rien-que-pour-l’embêter… 😉 Mais oui ! L’existence des soucoupes volantes est plus concevable que celle du Harcèlement Moral Hiérarchique dans l’Education Nationale, à en croire le discours de l’institution scolaire.

************************************************************************************************

************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Valérie AUBERT, 25 septembre 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/lourches-bientot-l-apaisement-au-college-voltaire-ia15b36974n2399445

************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

 

 

Lourches : bientôt l’apaisement au collège Voltaire?

Publié le 25/09/2014

PAR VALÉRIE AUBERT

Vendredi dernier, des agents chargés de la restauration et de l’entretien au collège Voltaire (4 à 6 personnes, sur huit, selon les sources) ont fait grève pour protester contre « un abus d’autorité » de la gestionnaire de l’établissement.

IMG_9216.JPG

 

Lundi, des représentants du conseil général, dont dépendent les agents, ont rencontré le principal M. Stachowski et la gestionnaire Mme Murez. Le lendemain, d’autres membres du conseil général sont venus constater de plus près ce qui se passait en cuisine. En juin, les services vétérinaires y avaient pointé plusieurs dysfonctionnements. Rien de « très grave » selon le principal, mais qu’il fallait faire remonter à la chef de cuisine, qui n’aurait pas apprécié les remarques faites par la gestionnaire. D’après M. Stachowski, les agents chargés du nettoyage (qui protestent au sujet de leur emploi du temps et d’horaires jugés trop lourds) auraient été entraînés dans ce mouvement de colère.

Le syndicat SUD, qui soutient les employés, aurait, selon le principal, profité de l’aubaine pour faire parler de lui à l’approche des élections professionnelles… Il ajoute : « Les propos de SUD (dans ses communiqués et dans la presse, NDLR) à l’égard de ma gestionnaire sont calomnieux. Mme Murez n’a rien à se reprocher. »

De son côté, SUD annonce qu’une nouvelle réunion doit avoir lieu ce vendredi après-midi au collège, avec le conseil général, le principal, la gestionnaire et les agents. Un rendez-vous que le syndicat juge « déterminant ».

 

 

************************************************************************************************

************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Valérie AUBERT, 25 septembre 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/lourches-bientot-l-apaisement-au-college-voltaire-ia15b36974n2399445

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

« Le pouvoir ne donne pas tous les droits » rappelle une banderole devant le collège Voltaire de Lourches.

Qui défend là-bas les victimes du harcèle des « abus d’autorité » ? Le syndicat SUD EDUCATION.

Philippe, Jeanne, et Marie.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article de Valérie AUBERT, 19 septembre 2014, La Voix du Nord

http://www.lavoixdunord.fr/region/des-agents-du-college-de-lourches-en-greve-le-conseil-ia15b36974n2388711

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Des agents du collège de Lourches en grève, le conseil général appelé à la rescousse

Publié le 19/09/2014

PAR VALÉRIE AUBERT

Le bras de fer continue au collège Voltaire. Comme ils l’avaient annoncé, une partie des agents de l’établissement a fait grève, hier, pour protester contre un « abus d’autorité » de la gestionnaire. Conséquence, la cantine était fermée.

<br /><br /><br /> Syndicalistes et agents attendent désormais les conclusions de la réunion de lundi entre le conseil général et la direction du collège pour définir la suite de leur mouvement.<br /><br /><br />

LOURCHES. Les 200 élèves du collège Voltaire et les 200 du primaire qui déjeunent habituellement au sein de l’établissement ont dû prendre leur repas ailleurs hier midi. Le restaurant scolaire était fermé, conséquence du mouvement d’action des agents chargés de la restauration et de l’entretien. Soutenus par le syndicat SUD, ils ont installé un piquet de grève devant l’établissement. Six agents sur huit selon le syndicat, quatre selon le principal, ne sont pas venus travailler. Leurs motifs de protestation visent la gestionnaire du collège, Sabine Murez, à qui ils reprochent principalement un « abus d’autorité ». Selon le personnel de cuisine, les propos qu’elle a tenus dans nos colonnes vendredi (non-respect du fait maison, manquement aux règles d’hygiène) sont « mensongers ». Les employés affirment avoir « des preuves » de ce qu’ils avancent. « On respecte les procédures ! » Et d’ajouter : « On a assez d’ancienneté pour connaître notre travail ! »

Les dames chargées de l’entretien, de leur côté, déplorent que leurs emplois du temps aient été établis « sans avoir été consultées ». Des plannings qui, selon elles, leur imposent un volume horaire trop lourd. L’une d’elle fond en larmes en expliquant qu’en raison de problèmes de santé, elle ne peut pas travailler dix heures par jour deux jours consécutifs. Une autre estime que les horaires de l’an dernier (12 heures – 19 h 30) conviennent tout à fait, et qu’il ne sert pas à grand-chose d’être présentes dès 7 h 15, comme il leur est demandé. La gestionnaire leur reprocherait aussi de ne pas aider les employés communaux à la plonge le midi. « C’est faux !, clament les agents. On y va à tour de rôle, ça fait partie de notre travail ! »

Le principal, Jean-Paul Stachowski, fait bloc derrière sa gestionnaire. « Si elle a fait des choses, c’est par mon initiative. » À propos de l’hygiène en cuisine, il explique : « On a eu un rapport des services d’hygiène en juin, qui mettait certaines choses en avant, auxquelles il fallait remédier. » D’où les contrôles effectués par Mme Murez. Le principal justifie aussi les recommandations qu’elle a pu effectuer au sujet des menus : la lutte contre l’obésité est au cœur du projet d’établissement depuis 2007.

Comment débloquer la situation ? Pour lui, la solution est entre les mains du conseil général, l’employeur des agents. Il fait aussi appel au « sens civique » de ces derniers. Des représentants du Département sont attendus lundi au collège pour rencontrer la gestionnaire et le principal.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus article de Valérie AUBERT, 19 septembre 2014, La Voix du Nord

http://www.lavoixdunord.fr/region/des-agents-du-college-de-lourches-en-greve-le-conseil-ia15b36974n2388711

*************************************************************************************************

************************************************************************************************

 

Encore une gestionnaire sympathique. Celle du collège Voltaire de Lourches, près de Denain, dans le Nord. Abus d’autorité, climat délétère, pressions, irrespect… schéma classique, quoi… Tout est nié en bloc par la petite caporale brave fonctionnaire, qui bénéficie de la présomption d’innocence.

S’agit-il d’accusations infondées ? Ou d’une énième affaire de Harcèlement Moral Hiérarchique ?

On aimerait pouvoir écouter un avis neutre. On aimerait un avis fiable. On aimerait qu’il existe une instance objective qui puisse exprimer le plus près de la réalité. Mais il n’existe aucun contre pouvoir hiérarchique dans l’Education Nationale. Aucun ! Ce qui favorise les dérives les plus graves. Le rectorat de Lille, quant à, lui,  ne communique pas… c’est l’opacité totale et l’Omerta…

Jeanne, Marie, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article de Valérie AUBERT, 18 septembre 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/college-voltaire-de-lourches-le-torchon-brule-entre-les-ia15b36974n2386542?xtor=RSS-2

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Collège Voltaire de Lourches: le torchon brûle entre les agents et la gestionnaire

Publié le 18/09/2014

PAR VALÉRIE AUBERT

 

La colère monte au collège Voltaire. Les agents chargés de l’entretien et de la restauration dénoncent un « abus d’autorité » de la gestionnaire de l’établissement. Ils seront en grève ce vendredi Conséquence, pas de cantine ce vendredi midi. De son côté, la gestionnaire dément catégoriquement les reproches qui lui sont faits.

<br /><br /><br /><br /><br /> Jeudi matin, une réunion a eu lieu au conseil général pour tenter de désamorcer la crise, sans succès.<br /><br /><br /><br /><br />

Six agents du collège Voltaire sur huit devraient se mettre en grève, annonçait ce jeudi Olivier Treneul, porte-parole du syndicat SUD des personnels du département du Nord, syndicat auquel ont fait appel ces personnels en colère. Principale conséquence : la fermeture de la cantine ce vendredi midi.

Ce que souhaitent avant tout les agents, « c’est faire savoir ce qu’il se passe », explique le syndicaliste. Ils en veulent à la gestionnaire, leur supérieure hiérarchique directe. Ils dénoncent des « pressions », de « l’irrespect », une « absence de communication » de sa part. Ils font également part d’horaires « imposés » entraînant « vingt heures de travail en deux jours » pour certains, soit « un rythme de travail insoutenable », avec également des horaires postés d’une semaine sur l’autre, contrairement à ce que le règlement du personnel impose.

« Abus d’autorité »

La situation n’est, semble-t-il, guère plus brillante en cuisine, où la chef et son second auraient été dépossédés par la gestionnaire de l’exercice de leurs missions, à savoir élaborer les menus et lister les achats. En outre, les normes sanitaires au sein de la restauration scolaire ne seraient pas respectées.

Les agents, appuyés par le syndicat SUD, évoquent un « abus d’autorité » de la gestionnaire, entraînant « un climat délétère et une souffrance au travail importante ».

Jeudi matin, une réunion a eu lieu au conseil général avec la direction des ressources humaines et la direction de l’éducation pour tenter de désamorcer la crise, sans succès. Les agents des collèges, rappelons-le, sont employés par le conseil général. Mais sur le terrain, leur supérieur hiérarchique est un gestionnaire qui, lui, dépend de l’Éducation nationale.

Lors de la réunion de ce jeudi, « l’engagement a été pris de rencontrer la gestionnaire du collège lundi, indique Olivier Treneul. De notre côté, nous demandons que le rectorat ou l’inspection académique soient interpellés ».

CollègeGrèveLourchesSyndicats

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous article de Valérie AUBERT, 18 septembre 2014, La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/college-voltaire-de-lourches-le-torchon-brule-entre-les-ia15b36974n2386542?xtor=RSS-2

*************************************************************************************************

************************************************************************************************