Archives de la catégorie ‘Le Lycée Raymond Naves de TOULOUSE (31)’

Bientôt sur Omerta au Rectorat, quelques billets sur le Lycée Raymond Naves de Toulouse et sur le harcèlement vertical qu’y a subi un professeur agrégé de Lettres Modernes… D’emblée soulignons que ce calvaire n’a pu être possible que grâce à… la passivité complice de ses collègues.

M., J. et P.

 

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

Ci-dessous billet du 13 mars 2014, extrait du blog  » Kafka au Lycée « .

http://kafkaaulycee.over-blog.com/article-poubelles-122936945.html

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

13 mars 2014

     Le Rectorat  a donc fini, après trois semaines de méandres bureaucratiques, par m’envoyer le résultat du Conseil de discipline du 31 Janvier. Il confirme ce qui m’a été notifié officieusement par Mme Tajan, chef de la DPE.

     L’Administration bétonne son attitude pour faire plier un fonctionnaire récalcitrant, tentant de dénoncer à sa manière les dérives de responsables censés donner l’exemple. Les moyens les plus détestables ont été employés. Je détaillerai plus loin ceux qui innovent en la matière. Je rappellerai pour le moment une fois de plus que cette dérive n’a pu avoir lieu que grâce à l’indifférence de mes collègues, voire comme je l’ai indiqué, à un début d’hostilité. J’ai eu la nette impression dans les derniers jours de la sortie des vacances de Février que pour certains, il leur tardait que je parte, que je les laisse à leur ron-ron habituel, richement vide…

     C’est ainsi que la victime devient coupable, c’est ainsi que le délit se transforme en acte légal, empreint de toute la majesté de l’acte administratif rendu par une noble assemblée chargée d’avaliser une condamnation déjà toute faite, tout entière à charge, ne tenant aucun compte de tout ce qui a été réalisé de positif, en particulier la réédition de la plaquette de poèmes de Raymond Naves. Nul doute que son nom sera encore l’occasion de discours solennels sur l’esprit de résistance, l’humanisme nécessaire à notre civilisation déshumanisée, etc. etc.

      Ainsi va le monde avec son cortège de lourde hypocrisie, de bêtise assumée, de petites gloires…

      Avec la sentence du Conseil de discipline, le pire a été atteint sur deux points :

1) On m’enlève mes élèves brutalement. Je suivais avec eux un programme bien tracé (l’analyse de « L’étranger » à la rentrée pour une de mes deux classes). L’Education Nationale n’en a cure. Un autre fonctionnaire, plus docile, viendra prendre la relève. Vous me direz que personne n’est irremplaçable. Une fois de plus ce sont les jeunes en formation qui sont pénalisés. mais pour l’ Administration c’est un problème largement secondaire. L’urgence est de faire taire les lanceurs d’alerte. Ce qui est curieux, c’est que la mesure d’éloignement ne m’empêchera pas de continuer à donner mon avis…

2) J’ai été sidéré de constater sur l’arrêté, que le Conseil de discipline – en réalité c’est le chef d’établissement qui en est à l’origine, montrant par là la droiture de sa démarche… – s’est inspiré, à côté d’une pluie de citations de mon blog actuel, de phrases d’une version que j’ai supprimée il y a belle lurette ! Je sais que sur Internet rien ne s’efface mais de là à aller fouiller dans les poubelles…

       Vous me direz encore : quand on veut noyer son chien, tous les moyens sont bons, même les pires…

       Une page se tourne. Je ne cacherai pas qu’elle m’affecte. Elle assombrit un peu plus ma vision de l’homme et de la société. Les lanceurs d’alerte, s’ils ne sont pas des gens connus, intouchables, sont systématiquement et facilement réprimés. Le mammouth, quand les dos sont tournés, les oreilles bouchées, les yeux fermés, n’a aucune peine à écraser la fourmi.

        Administration sclérosée, inhumaine, retorse.

        Heureusement qu’il reste des échappées belles, les tout proches, le jardin, ses fleurs, sa pureté…

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************

Ci-dessus billet du 13 mars 2014, extrait du blog  » Kafka au Lycée « .

http://kafkaaulycee.over-blog.com/article-poubelles-122936945.html

**************************************************************************************************

**************************************************************************************************