Archives de la catégorie ‘Le Lycée Val Moré de BAR-SUR-SEINE (10)’

 

          Les proviseurs et les principaux harceleurs ont le droit de « casser  » de l’humain. Le Ministère de l’Education Nationale les y autorise. Les rectorats les y encouragent. Les proviseurs et les principaux ne risquent vraiment rien à mettre des profs au placard, à les salir, à les pousser au suicide. Ce sont des délits passibles de lourdes peines… en théorie. Dans la pratique, la justice laisse faire, même quand une victime porte plainte.

La justice laisse faire et le rectorat s’enferme dans un silence de plomb afin de protéger les harceleurs et de laisser leurs pratiques et leurs tortures se poursuivre encore et encore.

Dans les affaires de détournement d’argent ou de biens, il est parfois plus difficile d’étouffer les faits. En général, ça passe comme une lettre à la poste, d’autant mieux si au passage on a mis dans sa poche quelques fonctionnaires, quelques amis bien placés, des copains et des pseudo-syndicalistes. En général, tout se passe bien. Mais, parfois – surtout si on ne partage pas bien le butin – ça peut remonter à la surface. Même lorsque les choses se savent, le rectorat reste dans sa logique d’opacité et de silence. Alors que la transparence serait la bienvenue.

C’est ce silence de plomb qu’a relevé le journaliste de l’Est Eclair dans son article du 9 mars 2013, concernant un proviseur pas plus vertueux que les milliers de proviseurs harceleurs protégés par le silence de plomb de leur hiérarchie.

Philippe, Marie, et Jeanne.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article du 9 mars 2013, L’Est Eclair.

http://www.lest-eclair.fr/autres-actus/val-more-l-ex-proviseur-dans-la-tourmente-ia0b0n64175

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

 

 

Val-Moré : l’ex-proviseur dans la tourmente

Publié le 09/03/2013 – Mis à jour le 09/03/2013 à 11:12

Par l’est éclair

 

Bar-sur-Seine – Marc Dewitte a été placé en garde à vue par les gendarmes avant d’être suspendu de ses fonctions

Marc Dewitte est suspendu de ses fonctions de proviseur du lycée polyvalent Denis-Diderot de Langres depuis le 27 février

Depuis la rentrée de septembre, Marc Dewitte coulait des jours tranquilles à la tête du lycée polyvalent Denis-Diderot à Langres. Jusqu’au 15 février, lorsqu’il est placé en garde à vue par les gendarmes attachés à la compagnie de Bar-sur-Aube.
L’ancien proviseur du Lycée Val-Moré de Bar-sur-Seine est alors contraint de s’expliquer sur des faits de détournement de matériel commis lors de ses cinq années passées dans l’Aube. Tranquillement mais sûrement, Marc Dewitte aurait procédé à quelques achats personnels sur le compte de l’établissement professionnel.
Si la rumeur court depuis des mois, l’information tombe officiellement sur le bureau du procureur de la République alors que Marc Dewitte a déjà quitté le département pour d’autres cieux. Les gendarmes engagent alors des investigations dans le cadre d’une enquête préliminaire. Les 15 et 16 février, il est placé en garde à vue.
Les perquisitions menées à son domicile de fonction de Langres mais aussi dans sa résidence de Villarembert en Savoie auraient permis d’établir les détournements. Des écrans plats feraient, entre autres, partie du matériel que Marc Dewite aurait acheté sur le dos du lycée.
Et les confidences s’arrêteront là. Si les enquêteurs enchaînent les auditions, le procureur de la République ne « communique rien d’une affaire en cours ».

« Procédure habituelle… »

Un silence de plomb qui plane aussi au-dessus des services du rectorat de l’académie Reims. Car depuis le 27 février dernier, Marc Dewitte est suspendu de ses fonctions.
Un message laconique confirme simplement l’absence : « Afin d’assurer la continuité du service public de l’éducation dans le lycée Denis-Diderot de Langres, Monsieur Transler, proviseur adjoint, assure effectivement la direction fonctionnelle de l’établissement en l’absence de Monsieur Dewitte. Cette procédure est habituelle, elle est systématiquement appliquée en cas d’absence d’un chef d’établissement (maladie, départ en retraite en cours d’année…) ».
En juillet dernier, lors de la cérémonie organisée à l’occasion de son départ, Marc Dewitte témoigne de sa satisfaction du devoir accompli : « La restructuration de l’établissement a évidemment marqué mon passage ici. Nous avons aussi mis l’accent sur l’audiovisuel en partenariat avec la Région… ».

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article du 9 mars 2013, L’Est Eclair.

http://www.lest-eclair.fr/autres-actus/val-more-l-ex-proviseur-dans-la-tourmente-ia0b0n64175

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Publicités