Archives de la catégorie ‘Le Lycée Flora Tristan de CAMBLANES (33)’

La bonne soupe des lycéens

Mireille THEVENET, proviseur du Lycée Flora TRISTAN de CAMBLANES, est-elle sur cette photographie en train de communiquer à la gendarmerie le nom des élèves « subversifs, irresponsables, fainéants, et menteurs » ? (Voir notre précédent article ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2014/11/23/le-lycee-flora-tristan-de-camblanes-1-des-elements-subversifs-irresponsables-et-faineants/ ).

Non ! Elle essaye simplement de redorer son blason après les révélations de Sud Ouest, en décembre 2010.

Et sa coupe de cheveux flambloyante ne doit pas être prise comme un appel à la subversion ou à l’insurrection ! 😉

Marie, Philippe, et Jeanne.

************************************************************************************************* ************************************************************************************************* Ci-dessous, article du 5 mars 2012, Marie HUGUENIN, Sud Ouest.

http://www.sudouest.fr/2012/05/03/la-bonne-soupe-des-lyceens-704174-2800.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

La bonne soupe des lycéens

Publié le 03/05/2012 à 06h00 par

Les élèves de la section hôtellerie du lycée Flora-Tristan pourront faire des stages dans les cuisines des gendarmeries .

La bonne soupe des lycéens
Mireille Thévenet et Didier Aka se sont engagés dans un partenariat dont bénéficieront les lycéens. © Photo

Photo M. H.
Qui l’eut crû? Effectuer son stage chez les gendarmes quand on prépare un bac pro ou un CAP hôtellerie-restauration? Ou encore un CAP d’agent polyvalent de restauration collective. Et bien c’est possible. Mercredi après-midi, une convention de partenariat a été signée entre la gendarmerie et le lycée professionnel Flora-Tristan. Elle concerne la section hôtellerie, dont les élèves doivent effectuer plusieurs stages pendant leur cursus, ainsi que les CAP Assistant technique en milieu familial et collectif.Côté gendarme, le major Didier Aka, directeur du cercle régional, et le lieutenant colonel Raymond Weisse, de la caserne Battesti de Mérignac, ont visité hier en fin de matinée le lycée, qu’ils ont trouvé admirable, avant d’être reçu au restaurant d’application pour un déjeuner qui l’était tout autant.Coté lycée, le proviseur, Mireille Thévenet, signataire de la convention, un chef de travaux, Catherine Cochet, et un professeur, Bernadette Dutheil. Ces deux dernières étant chargées de la mise en place de partenariats pour l’accueil de leurs élèves.Une véritable insertion Dès le mois de juin, certains élèves pourront donc mettre en pratique ce qu’ils ont appris en classe. À la caserne de Mérignac. Ou à celle de Bouliac. Au total ce sont jusqu’à 350 repas qui peuvent être servis à l’heure du déjeuner. « Quand nous accueillons des jeunes, nous les considérons comme des agents à part entière, note le major Aka. On ne se contente pas de les mettre à la plonge. Ils participent vraiment. Ce sont de vraies périodes de formation en milieu professionnel. »Qui vont de la restauration collective à la gastronomie avec réception de « gants blancs ». Et cela peut parfois susciter des vocations. Certains découvriront ainsi, qu’être gendarme, ce n’est pas seulement être au bord de la route pour contrôler les automobilistes. Et Mme Thevenet « d’apprécier ce type de partenariat qui renforce les liens et permet en effet aux jeunes d’appréhender le métier de gendarme dans toute sa diversité ».Au lycée Flora-Tristan, de nombreuses conventions permettent aux élèves d’être accueillis en stage dans de grandes entreprises régionales, renforçant ainsi leurs moyens d’accéder à un emploi à la sortie de leurs études. Tel est un des objectifs de l’enseignement professionnel.

************************************************************************************************* ************************************************************************************************* Ci-dessus, article du 5 mars 2012, Marie HUGUENIN, Sud Ouest.

http://www.sudouest.fr/2012/05/03/la-bonne-soupe-des-lyceens-704174-2800.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Publicités

Des éléments subversifs,

irresponsables,

fainéants

qui ont l’intention de nuire

et qui souhaitent entraîner leurs camarades !

Ce sont tous des menteurs !

Mais de qui parle ainsi la proviseur du lycée de Camblanes ? Des enseignants qui participent parfois aux mouvements de grève ? Qui sait… 😉

Mais en décembre 2010, c’est par ces termes que Mireille THEVENET a évoqué… ses élèves !

La classe…

La grande classe, jeter les pétitions des élèves au panier, pendant trois années…

Faire des relevés de température à 13h00, sans tenir compte de celles au petit matin… La bonne foi qui vous grandit un être humain.

Se défausser sur le Conseil Régional, quand depuis trois ans on a foutu au panier les pétitions et réagi de manière agressive et expéditive sans jamais reconnaître ni signaler officiellement le problème. C’est une attitude honnête. 🙂

On imagine avec quel respect et quels trésors de bienveillance cette sympathique proviseur traite les enseignants qui ont le bonheur de se retrouver sous ses ordres. 😦

Jeanne, Marie, et Philippe.

************************************************************************************************* ************************************************************************************************* Ci-dessous, article du 8 décembre 2010, Christian BOISSON, Sud Ouest.

http://www.sudouest.fr/2010/12/08/coup-de-froid-au-lycee-261081-2800.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Publié le 08/12/2010 à 06h00 par

Les élèves du lycée Flora-Tristan se plaignent du manque de chauffage dans le dortoir et dans les salles de cours, le proviseur du lycée conteste.

Coup de froid au lycée
Hier, les lycéens ont fait la grève des cours. Photo fabien cottereau © Photo
Cottereau Fabien
Les élèves du lycée professionnel Flora-Tristan, à Camblanes, sont très en colère. Ils ont décidé hier après-midi de faire la grève des cours pour protester et dénoncer une situation qu’ils jugent inadmissible, insupportable. Les internes, en particulier, se plaignent de températures beaucoup trop basses dans les chambres et les salles de classe. Après maintes tentatives auprès de leur proviseur, Mme Thévenet afin que soit réglé ce problème de chauffage, ils disent s’être heurtés à chaque fois à une fin de non-recevoir, agressive et expéditive. Alicia explique qu’une pétition a déjà été adressée dernièrement à Mme Thévenet. « Elle l’a jetée au panier, et a simplement répondu à notre délégué  »Et alors ? » ».Certains anciens de l’établissement assurent que la situation n’est pas nouvelle. « Cela fait trois ans que ça dure pour moi, évoque Paméla, interne depuis la rentrée 2007. Toutes nos pétitions sont toujours allées au panier, sans suite. » Appuyée par ses copines, Wendy explique à son tour qu’il n’y a jamais d’eau chaude dans les douches et qu’il n’y a aucune pression dans l’eau. Elle aussi se plaint de la température des chambres. « Le matin, quand on se réveille, il fait 13 degrés dans les chambres. On dort dans de véritables frigos. »
Dans les classes aussi
Mais la journée apporte aussi son lot de mécontentement. « Les salles de classe sont à 14°-15° maximum, raconte Marina. Certains de nos profs refusent même parfois de faire cours dans ce froid. L’autre jour, notre cours d’espagnol s’est transformé en cours de flamenco pour nous réchauffer. » Nana, elle, n’apprécie pas la façon dont Mme Thévenet cherche à les discréditer. « Elle passe faire ses relevés de température vers 13 heures, mais jamais le matin. Elle sait que la chaudière qui se relance à 10 heures va donner le maximum de température dans les pièces, vers 13 heures. ». Les parents résidant pour la plupart hors département, les élèves ne comptent que sur eux-mêmes et l’appui de quelques professeurs pour se battre.« Ce qui est révoltant, poursuit Emilie, c’est que les tarifs ont augmenté cette année de 20 %. L’année d’internat a pris 250 euros de plus et la cantine, 100 euros. »
Une panne jeudi dernier.

Le proviseur du lycée, Mme Thévenet ne cautionne absolument pas les revendications des élèves.

« Ce mouvement contestataire n’est dû qu’à l’intention de nuire de quatre ou cinq éléments subversifs qui souhaitent entraîner leurs camarades. Ce sont des irresponsables et des fainéants, ni plus, ni moins. » Quant au contenu des revendications, elle reconnaît seulement qu’une panne importante sur le système de chauffage a eu lieu jeudi dernier mais que le problème a été réglé dans la journée par les techniciens de maintenance. Quant aux températures relevées par les élèves dans les chambres et les salles de classe, elle les conteste avec virulence. « Ce sont tous des menteurs, dit-elle avec colère. Il fait 18 degrés dans les chambres et je peux le prouver car mes relevés le confirment. » Elle admet cependant la vétusté du bâtiment, rejetant sur le Conseil régional sa part de responsabilité en matière d’aménagement et de travaux d’isolation non prévus encore pour les deux ans à venir. Une pétition des délégués des élèves partait hier pour sensibiliser les élus de la Région à cette fâcheuse situation.

  ************************************************************************************************* ************************************************************************************************* Ci-dessus, article du 8 décembre 2010, Christian BOISSON, Sud Ouest.

http://www.sudouest.fr/2010/12/08/coup-de-froid-au-lycee-261081-2800.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************