Archives de la catégorie ‘B 5 Le rôle des associations de parents d’élèves.’

 
 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Marie Curie de Provins. Toutefois, la victoire des enseignants et des parents d’élèves de cet établissement est à saluer ici.

On trouvera dans un précédent billet un résumé des réflexions déjà exprimées sur ce blog, concernant la lutte menée dans ce collège.

Le plus important est la Victoire. La Victoire contre le Harcèlement Moral Hiérarchique – termes qu’Anouk GUEZET n’a toujours pas osé prononcer, ce que nous regrettons vivement.

Malgré ce bémol, nous saluons cette victoire. Bravo Anouk ! Et bravo au personnel de ce collège. Bravo surtout aux parents d’élèves qui ne se sont pas laissés corrompre ou embobiner par l’administration – c’est assez rare pour être souligné. Sans les parents d’élèves, et sans qu’on ose prononcer le mot « harcèlement », la Victoire aurait été impossible.

 

Jeanne, Marie, et Philippe.

P.S. : Nous l’avons déjà écrit : Le principal de ce collège bénéficie de la présomption d’innocence. Il se peut qu’il soit totalement innocent de tout délit de harcèlement. Peut-être que ces menus reproches ne reposent que sur du vent, que tout a été inventé, qu’il a toujours fait preuve d’une extrême bienveillance envers ses subordonnés. C’est possible. Il est peut-être victime d’une série de malentendus, d’une cabale, d’un vaste complot, ou encore des manoeuvres des services secrets d’une puissance étrangère jalouse du fonctionnement exemplaire de notre système scolaire. Pourquoi pas…

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous lien vers l’article du Parisien, 21 octobre 2015.

http://www.leparisien.fr/provins-77160/provins-il-y-aura-un-nouveau-principal-au-college-marie-curie-a-la-rentree-21-10-2015-5206387.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Provins (77160)

Provins : il y aura un nouveau principal au collège Marie-Curie à la rentrée

21 Oct. 2015, 16h44 | MAJ : 21 Oct. 2015, 16h44

Provins, le 21 septembre. La mobilisation des professeurs a provoqué le changement de direction du collège Marie-Curie.

Provins, le 21 septembre. La mobilisation des professeurs a provoqué le changement de direction du collège Marie-Curie. (LP/Sé.B.)

Les professeurs du collège Marie-Curie, en grève du 21 au 24 septembre, puis du 5 au 15 octobre, ont remporté leur bataille contre leur direction. Un nouveau principal s’installera dès la rentrée du 2 novembre, dans le fauteuil occupé jusque-là par l’ancien responsable de l’établissement décrié par les professeurs, et cause selon eux de problèmes relationnels.

 

Le tournant de ce conflit a été une nouvelle réunion en mairie en milieu de semaine dernière, à la suite de laquelle les parents d’élèves ont apporté un soutien plus important aux professeurs. Ils ont même fait signer une pétition vendredi dernier. « On a gagné et c’est génial », affirme Anouk Guézet, la déléguée syndicale Snes-FSU.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus lien vers l’article du Parisien, 21 octobre 2015.

http://www.leparisien.fr/provins-77160/provins-il-y-aura-un-nouveau-principal-au-college-marie-curie-a-la-rentree-21-10-2015-5206387.php

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de quelques harceleurs, nous sommes censés ne rien écrire au sujet du Collège Gay Lussac de Colombes. Toutefois, ce qui s’est joué dans cet établissement scolaire est si grave, si lourd et si dérangeant qu’il nous faut en parler ici.

Pour faire reculer une répression arbitraire, deux enseignants de ce collège ont été contraints de mener une grève de la faim de 16 journées. Menacés d’être traduits en Commission Disciplinaire – instance dont on sait qu’elle n’observe pas le principe du contradictoire, mais consiste le plus souvent en un procès stalinien – ils ont fini par obtenir justice ! Mais à quel prix !

Quelle honte, de pousser des professeurs, dans notre pays, à mener des actions aussi extrêmes.

Le Recteur de l’Académie de Versailles, Monsieur Daniel FILATRE en sort-il grandi ? A chacun d’en juger…

A l’occasion de cette lutte légitime, la collusion de certains dirigeants du SNES a été mise en évidence par des membres de ce syndicat, écoeurés par le double jeu de leurs chefs, décidément de plus en plus patent : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/10/01/le-college-gay-lussac-de-colombes-6-le-snes-fsu-complice-silencieux-de-delits-de-harcelement-des-militants-de-la-fsu-denoncent-ce-double-jeu/

* * *

Bravo à Gari Pham et à Oscar Roman pour leur courage et leur ténacité. Merci à toutes celles et à tous ceux, souvent anonymes, qui les ont soutenus ou aidés. 😉

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article d’Adeline ABOVAL, 8 octobre 2015, Le Parisien :

http://www.leparisien.fr/colombes-92700/colombes-les-profs-en-greve-de-la-faim-obtiennent-gain-de-cause-08-10-2015-5167473.php

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

Colombes : les profs en grève de la faim obtiennent gain de cause

Adeline Daboval | 08 Oct. 2015, 19h12 | MAJ : 08 Oct. 2015, 19h12

Colombes, samedi 3 octobre. Convoqués en commission de discipline après les grèves de fin 2014, Oscar Roman et Gari Pham, professeurs au collège Gay-Lussac, étaient en grève de la faim depuis le 21 septembre.
Colombes, samedi 3 octobre. Convoqués en commission de discipline après les grèves de fin 2014, Oscar Roman et Gari Pham, professeurs au collège Gay-Lussac, étaient en grève de la faim depuis le 21 septembre. (LP/T.C.)

 

Le collège Gay-Lussac de Colombes retrouvera-t-il un semblant de sérénité ? Après plus de deux semaines de grève quasi ininterrompue des enseignants, deux grèves de la faim et plusieurs réunions sous haute tension avec des parents excédés, un pas décisif a été franchi mercredi. L’Education Nationale a accepté de « suspendre les procédures disciplinaires et d’annuler les convocations devant la commission de discipline » de Gari Pham et Oscar Roman, respectivement professeurs de sport et de mathématiques, qui avaient entamé une grève de la faim le 21 septembre.

 

Après plusieurs reports, la première de ces commissions aurait dû se tenir ce vendredi.

« On nous reprochait d’avoir bloqué le collège en novembre 2014 (NDLR : pour protester contre la sortie du collège Gay-Lussac du réseau d’éducation prioritaire), ce qui est faux ! se défend Oscar Roman. En fait, ces convocations étaient une atteinte directe au droit de grève. »

«Ils ont vu que nous étions déterminés»

« Un travail de médiation a été mené, qui a abouti à un protocole d’accord», explique sobrement Philippe Wuillamier, directeur académique. « Nous avons gagné notre bras de fer, se satisfait Oscar Roman. Ils ont vu que nous étions déterminés et soutenus sur la durée. Pour nous, il est important qu’aucune commission de discipline ne soit convoquée pour des faits de grève, qu’il n’y ait pas de précédent. »

« Nous sommes contents que les cours reprennent, commente de son côté Abdel Mesbahi, représentant FCPE des parents d’élèves. Mais cette décision ne prend pas en compte le mal-être qui gangrène ce collège. » Lors de ce conflit, les parents s’étaient divisés entre ceux qui soutenaient le mouvement et les autres, excédés par ces nouvelles annulations de cours.

« Dans cette affaire, le droit de grève a prévalu sur le droit à l’éducation de nos enfants, regrette Catherine Lesage, parent d’un élève de 5e. Toutes ces heures de cours sont perdues. Elles ne pourront jamais être rattrapées. »

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, article d’Adeline ABOVAL, 8 octobre 2015, Le Parisien :

http://www.leparisien.fr/colombes-92700/colombes-les-profs-en-greve-de-la-faim-obtiennent-gain-de-cause-08-10-2015-5167473.php

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

 

 

Du nouveau dans l’affaire du Collège Nelson Mandela de Biscarosse. Certaines fédérations locales de la FCPE et de la PEEP auraient mieux fait de s’inspirer de leurs homologues de Biscarosse et de refuser de participer à un lynchage médiatique irresponsable ! A suivre…

M., J., et P.

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, lien vers un des articles à lire sur le sujet :

http://www.sudouest.fr/2015/09/16/biscarrosse-37-parents-d-eleves-juges-pour-denonciation-calomnieuse-2125691-3307.php#article-comments

*************************************************************************************************

***********************************************************************************************

 

 

 

 

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas d’articles sur le Collège La Grande Saule de Falck. Et c’est bien dommage car la situation de cet établissement est très révélatrice de l’Omerta que l’administration de l’Education Nationale fait peser sur les situations de Harcèlement Moral Hiérarchique quelques menus dysfonctionnements sans importance. 😉

Vous pouvez néanmoins lire et écouter ci-dessous un reportage de 1 minute 40 qui aurait pu alimenter notre site.

Marie, Jeanne, et Philippe.

P.S. : Une grève de la faim ? C’est par ce biais que Roland VEUILLET a fini par obtenir la reconnaissance, par le Ministère, que sa hiérarchie était totalement à côté de la plaque et en dehors des clous, et qu’elle avait pratiqué l’abus d’autorité et l’arbitraire à ses dépens ! Voir ici : https://omertaaurectorat.wordpress.com/2015/01/30/roland-veuillet-7-la-victoire-dune-homme-dexception/

C’est navrant, mais pour se faire entendre, les enseignants doivent malheureusement en passer par des solutions extrêmes…

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Didier VINCENOT et reportage de Benoît BOUR, Séverine DANGIN et Alain BLANQUET, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 16 juin 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/16/falck-57-cinq-professeurs-en-greve-de-la-faim-748557.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

 

Certains enseignants et personnels du collège La Grande Saule à Falck, en Moselle en ont assez.

Leurs reproches vont vers la principale du collège et vers le rectorat.

Hier, à 16 heures, une ultime assemblée réunissant parents d’éléves, enseignants, représentants de la mairie s’est tenue.

Depuis décembre 2014, 40 courriers sont partis, et nombre de demande d’entretiens.

Assemblée générale. © Alain Blanquet - France Télévisions

© Alain Blanquet – France Télévisions Assemblée générale.

 

Côté rectorat, on se défend en invoquant cinq mesures déjà prises, comme des entretiens individuels menés en terme de GRH (Gestion des Ressources Humaines), l’écoute des risques psychos-sociaux, une enquête du Comité d’Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT).

Mais la situation semble dans l’impasse. Le départ suggéré de la principale ne semblant pas à l’ordre du jour.

Le véhicule des grévistes de la faim. © Alain Blanquet - France Télévisions

© Alain Blanquet – France Télévisions Le véhicule des grévistes de la faim.

Après l’assemblée, cinq enseignants ont pris la décision d’entamer une grève de la faim.
Ils donneront leurs cours normalement, et tiendrons leur action dans un camping-car prévu à cet effet et stationné devant l’établissement.

Reportage de Benoît Bour, Séverine Dangin et Alain Blanquet

 

Falck : grève de la faim au collège

Cinq enseignants ont décidé d’entamer une grève de la faim.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus, article de Didier VINCENOT et reportage de Benoît BOUR, Séverine DANGIN et Alain BLANQUET, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 16 juin 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/16/falck-57-cinq-professeurs-en-greve-de-la-faim-748557.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas d’articles sur le Collège La Grande Saule de Falck. Et c’est bien dommage car la situation de cet établissement est très révélatrice de l’Omerta que l’administration de l’Education Nationale fait peser sur les situations de Harcèlement Moral Hiérarchique quelques menus dysfonctionnements sans importance. 😉

Vous pouvez néanmoins lire et écouter ci-dessous deux des sources qui auraient pu alimenter notre site.

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous, reportage de Thomas TOUSSAINT, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 17 mai 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/05/17/la-principale-du-college-de-falck-source-de-tensions-726119.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous, article de Bertrand BAU, Le Républicain lorrain, 2 juin 2015.

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-saint-avold-creutzwald/2015/06/01/vers-une-greve-de-la-faim

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

 

La principale du collège de Falck source de tensions ?

Le collège de Falck est en proie à un malaise certain. Après la manifestation, samedi 16 mai 2015, des personnels, enseignants et parents d’élèves, les tensions se poursuivent avec la nouvelle principale.

  • Thomas Toussaint
  • Publié le 17/05/2015 | 16:30, mis à jour le 19/05/2015 | 16:55

Plus de 200 personnes étaient dans les rues de Falck samedi 16 mai 2015. © France 3 Lorraine

© France 3 Lorraine Plus de 200 personnes étaient dans les rues de Falck samedi 16 mai 2015.

Mise à jour du 19 mai 2015 :

Deux jours après la manifestation, l’état d’esprit reste le même du côté des enseignants et parents d’élèves. Le Rectorat communique mais la principale ne souhaite pas s’exprimer :

Tensions au collège de Falck

Notre article initial :
Rien ne va plus au collège la Grande Saule de Falck (57). Après une opération « collège mort » mardi 12 mai, personnels, enseignants et parents d’élèves de l’établissement ont manifesté dans la rue hier samedi 16 mai 2015 contre la principale. Les premiers dénoncent une dégradation des conditions de travail et des coups de pression de la part de la principale qui rabaisserait le personnel depuis son arrivée. Les parents eux, redoutent une fermeture de classe.

Presqu’aucun élève sur environ 320 n’était en classe mardi, suite à un appel des parents et une grève des enseignants. Hier, samedi 16 mai 2015, c’est dans les rues de Falck qu’il y avait du monde. Plusieurs centaines de manifestants dénonçaient un refus de dialogue et du dénigrement de la part de la principale. Dans le cortège était notamment présent un enseignant d’un ancien collège de la principale en question où des faits similaires avaient eu lieu.

Nos explications avec Séverine Dangin et Yves Kreidl :

Manifestation contre la principale du collège de Falck (57)
 
 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

SOCIAL Collège de Falck: le malaise perdure

02/06/2015 à 09:00 , actualisé à 09:25
Vu 2870 fois
PHOTO
Le samedi 16 mai, 250 personnes ont manifesté dans les rues de Falck. Photo archives RL

Le conflit s’enlise au collège de Falck. La seconde réunion en présence du Directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) a ressemblé, une nouvelle fois, à un dialogue de sourds. D’un côté, une majorité du personnel de l’établissement qui exige le départ de la principale ; de l’autre la hiérarchie qui met sur la table des propositions pour renouer le dialogue. Au milieu, des parents d’élèves, excédés, qui soutiennent les enseignants et ne comprennent pas l’obstination du Dasen.

« Pas de lynchage »

Antoine Chaleix balaye d‘un revers de main la mutation de la principale. « On ne déplace pas du personnel contre son gré. Cela s’apparenterait à une sanction disciplinaire, or il n’y a pas de fautes professionnelles. » Le Dasen poursuit son argumentation : « Des enseignants, des personnels, des parents soulignent qu’il n’y a pas de dysfonctionnements au sein du collège. Certaines tensions existaient d’ailleurs auparavant et se font jour aujourd’hui. »

Antoine Chaleix estime que la principale a déjà formulé des excuses et s’offusque « du lynchage » auquel elle est soumise. Pour un retour au calme, le Dasen a proposé des mesures exceptionnelles. Tout d’abord la création d’un poste de principal-adjoint à la rentrée « pour rétablir la confiance ». Au niveau du rectorat, une cellule d’écoute sur les risques sociaux va être ouverte. Le comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail, du conseil départemental, va aussi se déplacer à Falck. « Tous les personnels qui le souhaitent ont été entendus, y compris ceux qui soutiennent la principale », insiste Antoine Chaleix. « Et ils seront reçus individuellement. »

Tout cela va dans le même sens que les groupes de dialogue mis en place. « Encore faut-il s’inscrire… Je regrette que certains refusent d’y participer. Ils affirment ainsi une position. »

« Pas à la hauteur des enjeux »

Une position jusqu’au-boutiste assumée par les enseignants. « Tout cela c’est du vent. Le Dasen ne prend pas la mesure de la gravité des choses, des dégâts humains », s’alarme un des porte-parole.« Les propositions avancées ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. Les groupes de travail s’occupent de sujets annexes (voyages scolaires, règlement intérieur, etc.). Quant à un principal-adjoint, il sera sous la coupe de l’actuelle principale, avec un devoir de réserve, d’obéissance. Au pire, ce sera une victime de plus. »

C’est peu dire que la majorité du personnel rejette en bloc les solutions de l’administration. « Nous allons poursuivre la constitution du dossier et contacter le ministère. » Dans le même temps, « nous allons créer un site Internet pour rendre publique la situation dans laquelle nous sommes plongés et les problèmes de management rencontrés. »

Dans le cas où la situation n’évolue pas, cinq enseignants se sont déclarés prêts à entamer une grève de la faim à compter du lundi 8 juin. « Toutefois les professeurs continueront à assurer leurs cours afin de ne pas pénaliser les élèves qui vont bientôt passer le brevet. »

« Il se voile la face »

La FCPE se déclare solidaire des enseignants, « même si au départ ce n’est pas notre combat ». Les parents d’élèves ont écrit plusieurs courriers au Dasen pour l’alerter sur les problèmes liés au management. « M. Chaleix ne peut pas prétendre que le dossier est vide. Il refuse de voir la réalité en face et d’admettre que le climat est pourri. »

Et de rappeler que lors de l’opération collège mort seuls trois élèves ont été en classe, que 250 personnes ont manifesté dans les rues de Falck. « Et maintenant des enseignants vont faire grève de la faim. Ce n’est pas rien. On a l’impression d’être face à un mur. C’est aberrant. Que faut-il de plus ? »

La représentante réclame un retour à la sérénité, comme les années précédentes où « tout se passait bien, avec de bons résultats scolaires, des activités en nombre et des professeurs impliqués. »

La porte-parole des parents d’élèves s’inquiète déjà de septembre. « Si la rentrée s’effectue avec la même direction, comment espérer un retour au calme ? »

Bertrand Baud.

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus, reportage de Thomas TOUSSAINT, France 3 Lorraine, témoignages vidéo et audio, 17 mai 2015.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/05/17/la-principale-du-college-de-falck-source-de-tensions-726119.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus, article de Bertrand BAU, Le Républicain lorrain, 2 juin 2015.

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-saint-avold-creutzwald/2015/06/01/vers-une-greve-de-la-faim

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas d’articles sur le Collège Victor Hugo d’Aulnaye-sous-Bois. Et c’est bien dommage car la situation de cet établissement scolaire est assez caractéristique, semble-t-il, de la façon dont certains chefs d’établissement « dysfonctionnent ». Ou pour le dire autrement, assez révélatrice de l’attitude très étonnante de certains chefs d’établissement vis-à-vis des enseignants, des élèves, et du droit.

Selon le syndicat SUD-Education, les enseignants affirment avoir constaté :

– des défaillances de la direction,

– des relations tendues avec la direction,

– des dysfonctionnements systématiques de la direction vis-à-vis des enseignants,

– des dysfonctionnements systématiques vis-à-vis du personnel,

– des dysfonctionnements systématiques vis-à-vis des élèves,

– des dysfonctionnements systématiques vis-à-vis du droit,

– des tentatives d’intimidation de la part de la direction de l’établissement,

– des tentatives de répression du droit syndical,

– une absence de réaction et de médiation de la DSDEN et du Rectorat,

– etc.

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas d’articles sur le Collège Victor Hugo d’Aulnaye-sous-Bois, ni sur son principal Samuel GALANTH, qui bénéficie de la présomption d’innocence concernant les faits qui lui sont reprochés. Vous pouvez néanmoins lire ci-dessous une des sources qui auraient pu alimenter notre site.

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessous, article du site Sud Education Créteil, 6 juin 2015.

http://www.sudeduccreteil.org/Greve-reconduite-au-college-Victor.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

SUD Education Créteil 77/93/94
Solidaires, Unitaires, Démocratiques

Grève reconduite au collège Victor Hugo d’Aulnay-sous-bois – Direction défaillante, repression anti-syndicale : c’est trop !

Article publié le 6 juin 2015

Les personnels du collège Victor Hugo d’Aulnay-sous-bois on fait grève jeudi 4 et vendredi 5 juin contre la direction de l’établissement.

Ils et elles dénoncent :

  • des dysfonctionnements systématiques de la part de la direction de l’établissement (vis à vis des personnels, des élèves, du droit…) ;
  • des relation tendues avec la direction, tension qui se répercute dans l’ensemble de l’établissement.

La médiation demandée il y a 3 mois à l’administration n’est toujours pas arrivée.

Lundi 8 juin le collège sera bloqué par les parents d’élèves pour les mêmes raisons.

Les collègues, soutenu-e-s par les parents d’élèves, sont déterminé-e-s à poursuivre leur lutte malgré les tentatives d’intimidation et de répression anti-syndicale.

La DSDEN et le rectorat doivent réagir dans les plus brefs délais !

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

Ci-dessus, article du site Sud Education Créteil, 6 juin 2015.

http://www.sudeduccreteil.org/Greve-reconduite-au-college-Victor.html

************************************************************************************************* *************************************************************************************************

 

Notre blog étant fermé suite aux menaces de dangereux harceleurs, nous ne publierons pas de nouveaux articles sur le Collège Bellefontaine de Toulouse. Et c’est bien dommage car la mobilisation relativement réduite autour de la manifestation du 3 juin (en soutien aux enseignants injustement sanctionnés de ce collège) semble traduire à quel point en France le corps professoral semble écrasé, accablé, résigné face aux pressions de l’institution. Et cela d’autant plus que localement, le Rectorat a parfaitement joué la carte de la division entre parents d’élèves et enseignants.

Toutefois, les pétitions de soutien ont rassemblé 3000 signatures, et des enseignants solidaires d’autres établissements se sont déplacés, notamment du Collège de la Reynerie. Partagés entre lassitude et volonté de retrouver leur dignité, les enseignants de Toulouse promettent de poursuivre leurs revendications légitimes.

Vous pouvez découvrir ci-dessous une des sources qui aurait pu alimenter notre site.

Marie, Jeanne, et Philippe.

 

 

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessous, article de La Dépêche, 4 juin 2015.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/06/04/2117734-mobilises-contre-les-mutations-sanctions.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Mobilisés contre les mutations-sanctions

Publié le 04/06/2015 à 03:51

Repères

250 manifestants dont des enseignants grévistes du collège de la Reynerie étaient de nouveau réunis hier devant le rectorat./ Photo DDM, Frédéric Charmeux
250 manifestants dont des enseignants grévistes du collège de la Reynerie étaient de nouveau réunis hier devant le rectorat./ Photo DDM, Frédéric Charmeux

Quelque 250 manifestants se sont de nouveau rassemblés hier devant le rectorat pour obtenir le retrait des sanctions qui menacent les grévistes du collège de Bellefontaine.

Début décembre 2014, le projet de suppression de la zone d’éducation prioritaire dans le quartier d’Empalot, mobilise enseignants, parents d’élèves et médias. Mais ce conflit populaire masque d’autres tensions. Au collège de Bellefontaine, les enseignants sont en grève. Du 27 novembre au 15 décembre, dans une indifférence quasi générale, ils demandent que leur établissement «préfigurateur» des futures «REP plus» destinées à remplacer les zones d’éducations prioritaires (ZEP) obtiennent enfin les moyens qui lui ont été promis pour conduire cette expérimentation pédagogique. Le conflit se solde à la veille des vacances de Noël par l’octroie d’un quota d’heures supplémentaires pour l’établissement. Mais il vient de rebondir à la suite d’une procédure disciplinaire et d’un train de mutations engagés par le rectorat de Toulouse à l’encontre de six grévistes de décembre. Onde de choc de ce conflit oublié du grand public : suite aux tensions qui l’opposent à une partie des enseignants, le principal du collège est muté à Aucamville après seulement deux années en poste à Bellefontaine. Interrogé sur ces mesures, le rectorat ne cesse d’affirmer que les mutations des grévistes ne sont motivées que par «l’intérêt du service» et n’ont rien à voir avec leur engagement durant le conflit. Mais l’intersyndicale Sud éducation, FUS, Snu-Ipp, FO SE-Unsa et CGT éducation ne croit pas un traître mot de cette version officielle. Elle fait feu de tous bois pour obtenir le report de la réunion de la CAPA qui doit statuer lundi sur les mutations et arracher dans la foulée l’annulation des procédures disciplinaires. Après un premier rassemblement mercredi 27 mai, 250 manifestants étaient de nouveau réunis hier après-midi devant les grilles du rectorat pour demander une nouvelle fois le retrait de la procédure disciplinaire et l’annulation des mutations. Aucune réponse allant dans ce sens n’a été fournie à l’issue de la rencontre entre la délégation de l’intersyndicale, le chef de cabinet de la rectrice, et le secrétaire général du rectorat. Mais analyse Jean-Philippe Gadier du Snu-Ipp : «la rectrice a la possibilité de ne pas convoquer les instances disciplinaires, ce serait un minimum.»


Collège de Bellefontaine

Le chiffre : 3 000

« Les mesures engagées (…) à l’égard de quelques professeurs du collège Bellefontaine ne sont en aucun cas une réponse au mouvement de grève. Ce serait en effet une atteinte à un droit fondamental de la fonction publique ».

Rectorat de Toulouse.

3000 signatures >rassemblées. par les deux pétitions de soutien aux enseignants.

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************

Ci-dessus, article de La Dépêche, 4 juin 2015.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/06/04/2117734-mobilises-contre-les-mutations-sanctions.html

*************************************************************************************************

*************************************************************************************************